• Christies auction house James Christie logo

    Sale 13572

    Zeineb et Jean-Pierre Marcie-Rivière : Grands collectionneurs et mécènes

    8 - 9 June 2016, Paris

  • Lot 78

    OIE EN BOIS ET EN BRONZE

    ART EGYPTIEN, BASSE EPOQUE-EPOQUE PTOLEMAIQUE, CIRCA 664-30 AVANT J.-C.

    Price Realised  

    Estimate

    OIE EN BOIS ET EN BRONZE
    ART EGYPTIEN, BASSE EPOQUE-EPOQUE PTOLEMAIQUE, CIRCA 664-30 AVANT J.-C.
    L'oiseau dans l'attitude de la marche, la patte gauche en avant, le corps en bois peint en polychromie, la poitrine en rouge mouchetée de noir, suivi d'un collier de jaune, les ailes détaillées, la tête et les pattes faits séparément en bronze, les détails incisés avec beaucoup de soin, notamment les yeux, les oreilles et les écailles sur les serres, polychromie possiblement ajoutée postérieurement
    Hauteur: 30,5 cm.


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Contact the department

    Les oies ont fait partie du paysage égyptien depuis l’ancien empire. On les retrouve représentées sur des reliefs ou des stèles, dans un contexte funéraire ou religieux. Elles étaient séparées en deux catégories : les oies domestiques d’élevage, gardées de manière privée ou dans les temples (le temple d’Amon a Karnak comportait une volière). Elles servaient lors de sacrifices rituels. L’oie sauvage au contraire était considérée comme un animal divin et fortement liée à la religion thébaine.
    Associée à plusieurs dieux dont Horus et Seth, l’oie est surtout mise en rapport avec Amon. Le dieu thébain fut élevé au rang national au Nouvel Empire et on lui conféra alors des propriétés démiurgiques qui l’impliquent dans la cosmogonie égyptienne. Présent dans le Noun (ou masse originelle) à la naissance du monde, Amon féconde l’œuf primordial qui produira le premier soleil a l’origine de la création de tous les êtres divins et humains (cf. C. Zivie-Coche, "L'Ogdoade a Thebes a l'époque ptolémaique et ses antécédents", in: Documents de Théologies Thébaines tardives (Ch. Tiers ed.), Cahiers Egypte Nilotique et Méditerranéenne, Montpellier, 2009, p. 171). Or les hymnes issus de la théologie thébaine attribuent a une oie le rôle de gardien de cet œuf primordial, d’où son importance et le lien avec le culte d’Amon (cf. J. Vandier, L'oie d'Amon. À propos d'une récente acquisition du Musée du Louvre, in: Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot, tome 57, 1971, pp. 22).

    Seulement quatre autres exemples d'oies en ronde bosse étaient connus, le présent lot est la cinquième : la plus célèbre est au Louvre et fut acquise en 1969. Les trois autres sont connus par le marché de l’art, dont la fameuse oie d’Essen (cf. H. Mueller-Feldmann, Zeugnisse altaegyptischer Kultur aus europaeischen Privatbesitz, Essen, 1966). Les formes des corps en bois divergent, mais de fortes ressemblances sont présentes dans la fabrication et le style de la tête et des pattes en bronze, ce qui suppose que ces parties pourraient provenir du même atelier. Une autre tête en bronze est connue et partage le même style que l’oie Marcie-Rivière (Sotheby’s, Londres, 10 décembre 1996, lot 49).
    Vandier propose que ces figures fussent produites afin de servir d’offrandes au dieu Amon, et déposées dans une nécropole, peut-être à Hermopolis en Moyenne Egypte, le lieu présumé de la fécondation de l’œuf primordial. Une datation a l'époque tardive est supportée par le fait que la technique d'utiliser un materiau clair pour le corps et le bronze pour d'autres éléments n'était pas connue au Nouvel Empire (cf. J. Vandier, op. cit., p. 34).

    Provenance

    Collection André et Zeineb Levy-Despas; puis par descendance.


    Post Lot Text

    AN EGYPTIAN BRONZE AND POLYCHROME GOOSE, LATE PERIOD-PTOLEMAIC PERIOD, CIRCA 664-30 B.C.