ie, (1922). | Christie's" /> ARNOULD-GRÉMILLY, Louis. <I>Kupka</I>. Collection d'art "La Cible". Paris: J. Povolozky & C<SUP>i</SUP><SUP>e</SUP>, (1922). | Christie's
  • Importants Livres Anciens, Liv auction at Christies

    Sale 5575

    Importants Livres Anciens, Livres d'Artistes et Manuscrits

    27 November 2009, Paris

  • Lot 185

    ARNOULD-GRÉMILLY, Louis. Kupka. Collection d'art "La Cible". Paris: J. Povolozky & Cie, (1922).

    Price Realised  

    ARNOULD-GRÉMILLY, Louis. Kupka. Collection d'art "La Cible". Paris: J. Povolozky & Cie, (1922).

    Petit in-8 (245 x 182 mm). Illustré d'un portrait de Kupka en frontispice et de 19 reproductions hors texte d'après Kupka. Broché, couverture imprimée (couverture jaunie, mouillure dans l'angle supérieur droit).

    ÉDITION ORIGINALE. Tirage à 500 exemplaires. Un des 400 sur vergé antique, celui-ci n° 0488. EXEMPLAIRE ENRICHI D'UN ENVOI AUTOGRAPHE DE KUPKA "à toi, Moravagine, Blaise, toujours sublime ce modeste hommage de ton frère d'armes". Est insérée en tête du volume une LETTRE AUTOGRAPHE À CENDRARS SIGNÉE "Les Kupka", datée du 25 X 50, et accompagnée d'un plan. "Nous serions si heureux si nous pouvions t'avoir un peu avec nous. Mais justement nous venons de nous disputer parceque je soutiens que s'il [sic] on te demande de venir déjeuner ou dîner chez nous, qu'alors sûrement tu ne viendras pas." LA PREMIÈRE MONOGRAPHIE SUR KUPKA AVEC UN ENVOI DU PEINTRE À CENDRARS.


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Contact the department

    Special Notice

    " f " : In addition to the regular Buyer’s premium, a commission of 7% (i.e. 7.49% inclusive of VAT for books, 8.372% inclusive of VAT for the other lots) of the hammer price will be charged to the buyer. It will be refunded to the Buyer upon proof of export of the lot outside the European Union within the legal time limit.(Please refer to section VAT refunds)


    Pre-Lot Text

    BLAISE CENDRARS
    COLLECTION SAUSER-HALL

    Frédéric Sauser, dit Blaise Cendrars (1887-1961)

    Donc, mon frère, je continuerai d'écrire jusqu'à la fin et à ma mort tu auras un monstrueux bûcher à édifier. Car, malheureux, tout cela viendra entre tes mains. (Lettre de Blaise Cendrars à son frère, Georges Sauser-Hall, le 5 novembre 1910)

    Heureusement préservé par Georges Sauser-Hall et par Raymone Duchâteau, la seconde femme de Cendrars, ce remarquable ensemble de livres et de manuscrits, auquel s'ajoute l'abondante correspondance inédite de Blaise Cendrars à Georges, constitue un témoignage exceptionnel sur la vie et l'oeuvre de l'écrivain bourlingueur.

    Pour la plupart en édition originale, les livres sont souvent enrichis d'envoi à "sa belle petite Minoune" (Raymone), à Georges ou à "mamanternelle" (la mère de Raymone). La précieuse plaquette des Pâques comporte un long envoi à sa belle-soeur Agnès Hall (femme de Georges) et l'exemplaire de la mythique Prose du Transsibérien est celui qu'il envoya à Georges auquel il confie, dans plusieurs lettres, la genèse.
    379 lettres (d'octobre 1904 à août 1960), évoquent la jeunesse dispersée de "Freddy" entre Moscou, Saint-Pétersbourg, Berne et Bruxelles, son séjour à New York puis son arrivée à Paris en 1912, sa rencontre avec Apollinaire et ses premières publications sous le nom de Blaise Cendrars. En septembre 1915, engagé dans la Légion étrangère, il perd son bras droit et n'a plus que sa "main amie" pour écrire mais continue à confier à Georges l'avancement de ses oeuvres (Le Panama, L'Or, Moravagine, Le Plan de l'Aiguille,...). Plus espacée - avec parfois des interruptions de plusieurs mois - pendant l'entre-deux-guerres, la correspondance se fait plus régulière dès 1940 quand Cendrars s'exile en Provence. De retour à Paris en 1950, il envoie à son frère, en 1957, l'un de ses derniers livres, Trop c'est trop. "Las de souffrir" et d'une écriture parfois chancelante, Cendrars ne cesse d'écrire jusqu'en août 1960, quelques mois avant sa disparition.

    Cet ensemble constitue une extraordinaire fenêtre ouverte sur certains pans de la vie de l'écrivain, dont certains de sa jeunesse restent encore obscurs, et sur l'admiration sans bornes qu'il vouait à son frère aîné. Au fil de ses lettres, il sollicite notamment les conseils de Georges à qui il envoie des manuscrits. "Ne sois donc pas craintif de jugements. Ne crains pas de me froisser, car mieux que personne, je sais tout ce qui me manque !" lui écrit-il le 26 novembre 1909. Parmi ces manuscrits, où se mêlent vers et prose, figure celui des Pâques et plusieurs inédits de jeunesse. Il évoque ses premières parutions, sa collaboration avec Apollinaire, ses problèmes financiers, la création de la Revue des Hommes nouveaux, l'effet produit par la parution de La Prose du Transsibérien ("Je suis de retour à Paris où le transsibérien fait beaucoup de bruit", 12 octobre 1913; "ce remue-ménage est très bien, je l'ai un peu escompté en le publiant sous ce format", mars 1916), l'avancée de ses travaux littéraires, etc.

    Enfin, quelques témoignages d'amis de Cendrars, qui comptent parmi les artistes majeurs du XXe siècle et avec lesquels il a parfois collaboré, viennent enrichir ce fonds familial: un portrait par Doisneau, une lithographie de Léger avec envoi en souvenir de leur "vieille amitié", trois cartes de voeux par Braque et quatre grandes et belles photographies originales de Brancusi prises dans son atelier dans les années 1920.

    L'ensemble provient des descendants du neveu de Blaise Cendrars, Pierre Sauser-Hall, fils de Georges, qui le tenait de son père (correspondance, manuscrits et La Prose du Transsibérien) et de sa tante, Raymone Cendrars (livres, photographies, lithographie de Léger et cartes de voeux de Braque).

    Nous tenons à remercier le professeur Claude Leroy, de l'université Paris Ouest - Nanterre La Défense, pour l'aide précieuse qu'il nous a apportée lors de la rédaction de ces notices.

    Bibliographie
    Blaise Cendrars. Inédits secrets. Présentation par Miriam Cendrars. Paris: Le Club du Livre, 1969.
    Miriam Cendrars. Blaise Cendrars la Vie, le Verbe, l'Écriture. Paris: Denoël, 2006.
    Blaise Cendrars. Poésies complètes avec 41 poèmes inédits. Textes présentés et annotés par Claude Leroy. Paris: Denoël, 2005.
    Claude Leroy. La Main de Cendrars. Paris: Septentrion, 1996.