• Christies auction house James Christie logo

    Sale 5513

    Important livres anciens, livres d'artistes et manuscrits

    28 April 2008, Paris

  • Lot 107

    [LA PÉROUSE, Jean-François de Galaup, comte de (1741-1788?)] -- DESTOUCHES, Charles-René Dominique Sochet, chevalier (1727-1794). Réunion de 5 lettres autographes signées adressées à La Pérouse. Entre le 8 mars et le 6 avril 1781.

    Price Realised  

    [LA PÉROUSE, Jean-François de Galaup, comte de (1741-1788?)] -- DESTOUCHES, Charles-René Dominique Sochet, chevalier (1727-1794). Réunion de 5 lettres autographes signées adressées à La Pérouse. Entre le 8 mars et le 6 avril 1781.

    12 pages in-4 (225 x 180 mm). Encre sépia sur papier. (Quelques très rares rousseurs, traces de pliures.)

    TRÈS BEL ENSEMBLE DE LETTRES RELATIVES À LA GUERRE D'INDÉPENDANCE DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET AUX EXPÉDITIONS DE CHESAPEAKE ET PENOBSCOT.

    Entré dans la marine en 1743, le chevalier Destouches est nommé capitaine de vaisseau en 1772, puis contre-amiral en 1792. Il prend part, en juillet 1779, en qualité de commandant de l'Artésien, au combat d'Ouessant. "En 1780, il commanda le Neptune dans l'escadre de Ternay chargé de transporter aux États-Unis le corps de troupe de Rochambeau [...] Ternay étant mort le 15 décembre 1780, Destouches prit le commandement de l'escadre avec pavillon sur le Duc de Bourgogne" (Taillemite Dictionnaire des marins français. Éditions maritimes et d'Outre-mer, 1992, p. 88). Le 16 mars 1781, dans la baie de Chesapeake, Destouches attaque l'escadre anglaise commandée par l'amiral Marriott Arbuthnot. Il se voit ensuite confier la mission de combattre en Virginie le général anglais Benedict Arnold.

    --Lettre datée du 8 mars 1781. Une page et demie in-4. Suscription "A Monsieur Monsieur le Cher de la Pérouse Capt de Vau commandant la fregate du Roy l'Astrée En rade à Boston". (Traces de cachet avec petit manque sans atteinte au texte.)

    "Je rescois votre lettre, mon cher Lapérouse, au moment de mon départ, vous m'aprené une nouvelle bien satisfaisente du jugement qui a déclaré nos matelots innocents. Ma dernière doit vous avoir apris que sur la representation que m'a faite le gouverneur Hancock [gouverneur de Boston] de la part de l'Assemblée de l'état du Massachussett vous seré occupé à éloignier des cotes de cet Etat de petits batimants armés qui en désolent les côtes, le Mors batiment américain de 20 canons doit se joindre à vous pour remplir cet objet. Votre idée est on ne peut plus juste, mon cher lapérouse relativement au convois que nous attendont. Il faut que vous le gardié bien pretieusement à Boston jusqu'à notre retour, et nous verrons ensuitte ce que nous avons à faire. Personne ne conais mieu votre zele et vos talents que moy [...]".

    --Lettre datée "le duc de Bourgogne le 28 mars" [1781]. 3 pages et demie in-4.

    QUELQUES JOURS APRÈS LA BATAILLE DU CAP HENRY, DANS LA BAIE DE
    CHESAPEAKE LE 16 MARS 1781, DESTOUCHES EN FAIT LE RÉCIT À LA PÉROUSE.

    "Nous voicy arrivé mon cher Laperouse sans avoir pu remplir notre objet, nous avons été primé par les ennemis à l'ouvert de la Baÿe de Chesapeack. Il a falu bataillier. Ils se sont presentés pour doubler mon arrière garde. j'ay fait virer mon escadre pour la contre marche. Lof pour lof avec le signal de courir quatre quarts lorsque sur lautre [?] affin de passer sous le vent de lennemy, pour que tous puissent se servir de la première batterie. Ce mouvement quils n'avoient pas prévu à dérangé leurs dispositions. Ils ont été fort étonné de voir leur avant garde attaquée [...]. Après ce récit, il demande au plus vite l'envoi d'un bâtiment "chargé de matures [...] affin que nous y prenions les matures qui nous sont necessaires". Il ajoute enfin: "le moment est on ne peut plus favorable pour passer. Il n'existe plus d'anglais dans cette porte. Je ne repons pas que cela dure [...]."

    --Lettre datée du 31 mars 1781. 2 pages et demie in-4.

    DESTOUCHES FAIT PART DE SA FERME INTENTION DE PORTER SECOURS À LA VIRGINIE.

    "mr le Cte de Rochambeau ma doné votre lettre, mon cher laperouse, pour y faire réponce jorés bien désiré faire une seconde tentative pour secourir les états de virginie qui en ont un grand besoin, mais on n'a pas été de cet avis, et j'imagine que les forces maritimes anglaises ne tarderont pas à être renforcées de manière à ne plus nous laisser d'espoir de rendre de grands services à nos alliés, car je ne compte pas de longtems voir arriver icy de forces maritimes françaises. L'opération de Pénobscot me paroit donc celle qui nous convient le mieux pour ce moment, mais je crois qu'il n'y auroit pas de tems à perdre [...]. Je vais travaillier a la carenne du Romulus [frégate anglaise prise par les Français] dont j'ay doné le commandement à mr de Tromelin, qui pouroit convenir à cette opération. Sy je n'avés pas expédié l'Hermione à Philadelphie. je l'aurés joint à votre division, voÿé sy avec l'Astrée et le Romulus vous aurié assé de force maritime. Je pense que Boston fournira quelques batimens armés [...]".

    --Lettre datée "le duc de Bourgogne le 4 avril 1781". 4 pages in-4.

    "Sy le batiment américain chargé de matures, mon cher laperouse, étoit party aussy tôt que je le croÿés en état de le faire, je l'orés asuré pour mon compte [...]. Je suis très persuadé que les anglais enverront une fregate bonne voillière voir ce qui se passe. Dans ce cas mon cher lapérouse il est tres necessaire que vous escortié le pretieux dépôt de nos matures [...]. Le general Washington et Mr de Rochambeau ne paroissent pas fort occupés du projet de Penosbscot. La partie meridionnale fixe toute leur attention. Je ne seres pas étonné que l'armée française ne joignit bientôt le quartier general de West pointe et qu'une grande partie de l'armée continentale ne se porta en Virginie, il resteroit icy un milié d'hommes avec 3 à 4 milles américains [...]."

    --Lettre datée du 6 avril [1781]. 2 pages et demie. Suscription "A Monsieur Monsieur le Cher de la Pérouse Capt de Vau commandant la fregate l'Astrée a Boston". (Cachet de cire et petit manque.)

    DESTOUCHES PRÉPARE L'EXPÉDITION DE PENOBSCOT. "Mr de Rochambau dépesche un courrier, mon cher Lapérouse, au général Washington pour l'informer du projet en question, disent ne pouvoir agir que par ses ordres [...]. je prepare en diligense tout ce qui sera nécessaire de mon coté. Le general Rochambau après les eclairceissements qu'il a pû tirer des députés de Boston a jugé que sept cent hommes suffisaient, quatre pièces de 24, quatre mortiers de 12 pouces. N'ayant icy pour le moment que la Surveillante en état d'agir, j'ay pensé qu'il seroit necessaire d'ajouter au Jason, le vau l'Ardent avec la flute le Fantasque pour le transpport des trouppes artillerie et bagages [...]."

    Après avoir participé aux opérations de Yorktown, le chevalier Destouches rentra en France en mars 1782 sur le vaisseau L'Aigrette. (5)


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Special Notice

    No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis


    Post Lot Text

    IMPORTANT COLLECTION OF FIVE AUTOGRAPH LETTERS BY DESTOUCHES ON THE AMERICAN WAR OF INDEPENDENCE MENTIONING THE BATTLES AT CHESAPEAKE AND PENOBSCOT.