• Christies auction house James Christie logo

    Sale 5509

    Dessins Anciens et du 19ème Siècle

    10 April 2008, Paris

  • Lot 157

    JEAN-AUGUSTE-DOMINIQUE INGRES (MONTAUBAN 1780-1867 PARIS)

    Jupiter et Antiope

    Price Realised  

    Estimate

    JEAN-AUGUSTE-DOMINIQUE INGRES (MONTAUBAN 1780-1867 PARIS)
    Jupiter et Antiope
    Signé et daté 'Ingres pinxit Del', '1852' et inscrit 'Jupiter et Antiope'
    mine de plomb, rehaussé de blanc, sur papier brun
    163 x 227 mm.


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Le dessin reprend fidèlement la composition du tableau de 1851 aujourd'hui conservé au Musée d'Orsay (RF 2521). Daté de 1852, il est donc postérieur d'un an à l'huile sur toile.
    La pose d'Antiope se retrouve dans plusieurs tableaux importants de l'oeuvre d'Ingres. Elle reprend tout d'abord l'attitude de La Dormeuse de Naples, mythique tableau commandé par Murat en 1808, disparu dès 1815 et dont la Grande Odalisque du Louvre devait être le pendant.
    Il reprendra donc plusieurs fois ce motif d'une femme assoupie, indifférente au monde qui l'entoure, mais offerte à lui.
    Nous retrouvons cette image dans L'Odalisque à l'esclave de 1839. Ingres en fit deux versions, l'une pour son ami Marcotte (1839, Cambridge, Fogg Art Museum), la seconde avec quelques variantes, pour Guillaume Ier de Wurtemberg (1842, Baltimore, Walters Art Gallery). Ici la Dormeuse n'est plus seule, un jeune esclave joue de la musique pour la distraire tandis qu'un eunuque garde l'entrée.
    Nous retrouvons enfin le corps de la Dormeuse dans Jupiter et Antiope, tableau de petite taille qui rencontra un très vif succès. Présenté à l'Exposition Universelle de 1855, Jupiter et Antiope fut accueilli avec enthousiasme. Théophile Gautier parle 'd'un petit tableau traité en esquisse et représentant Jupiter et Antiope, chaud et coloré comme un Titien dont il a tout l'aspect.'
    Un an plus tard, Ingres reprend cette composition dans le présent dessin qu'il offre à son ami Georges de Monbrison. Il joue ici avec les contrastes de tons entre la craie noire, le brun du papier et les rehauts de blancs, afin d'intensifier l'atmosphère nocturne et intime du sujet.
    Antiope est présentée par l'Amour à Jupiter métamorphosé en Satyre. Selon Georges Vigne, cette scène révèle par l'intrusion d'un spectateur-voyeur, ce qu'Ingres voulait exprimer, et fait de cette feuille une oeuvre presque érotique, dans la mesure où il ose associer une femme nue, endormie et sans défense, à la volupté d'un personnage de l'autre sexe, dont l'apparence de satyre décuple la puissance. (op. cit. p. 223)

    Special Notice

    No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis


    Provenance

    Georges de Monbrison, Paris.
    Puis par descendance au propriétaire actuel.


    Literature

    H. Delaborde, Ingres, sa vie, ses travaux, sa doctrine, Paris, 1870, p. 269. no. 174.
    G. Vigne, Ingres, Paris, 1995, p. 224, ill.


    Exhibited

    Cambrai, musée municipal, Fantasme d'Ingres. Variations autour de la Grande Odalisque, 2004, no. 16.