• Christies auction house James Christie logo

    Sale 5479

    Dessins et Tableaux Anciens et du 19ème siècle

    21 November 2007, Paris

  • Lot 182

    Jean-Auguste-Dominique Ingres (Montauban 1780-1867 Paris)

    Lady Jane Montague allongée sur un lit

    Price Realised  

    Jean-Auguste-Dominique Ingres (Montauban 1780-1867 Paris)
    Lady Jane Montague allongée sur un lit
    signé 'Ingres Del.'
    gravure rehaussé de lavis brun, silhouetté autour de la femme
    347 x 463 mm.


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Il s'agit du seul exemplaire connu d'une gravure (elle n'est pas mentionnée, ni par Delteil, Le peintre graveur illustré, vol. 3, ni par H. Schwarz, 'Ingres graveur', Gazette des Beaux-Arts, décembre 1959, pp. 329-42) réalisée par Ingres ou l'un de ses proches. La gravure a été découpée autour de la figure allongée et collée sur une feuille de papier qu'Ingres a entièrement recouvert de brun. L'artiste a ensuite amplement retouché au pinceau et lavis brun la belle figure féminine, sa robe, son voile ainsi que le lit à la Récamier, s'attachant à donner du volume aux drapés et à étudier avec raffinement les effets d'ombre et de lumière.
    Lady Jane Montague, fille du duc de Manchester, mourut à Rome, en 1815, à l'âge de vingt ans. Deux grands et beaux dessins d'Ingres, eux-mêmes préparés par plusieurs croquis, montrent que l'artiste pensa, probablement à la demande de la famille de la défunte, lui dédier un monument funéraire. Le premier, daté 1816, conservé à la National Gallery of Victoria de Melbourne, montre Lady Montague allongée sur un lit encadré par deux colonnes corinthiennes et derrière lequel est un grand candélabre (cat. expo. In pursuit of Perfection: The Art of J.A.D. Ingres, Louisville et autres lieux, 1983-4, no. 36). Le second, probablement exécuté en 1860 et aujourd'hui au musée Ingres de Montauban, représente le monument dans son ensemble. Le sujet principal, traité de façon identique que le dessin australien bien que deux putti, au premier plan, s'apprètent à fermer des rideaux devant le lit, est encadré d'un imposant monument avec colonnes, guirlandes et linteaux (G. Vigne, Dessins d'Ingres. Catalogue raisonné des dessins du musée de Montauban, Paris, 1995, no. 2584). Une gravure de Réveil destinée à un recueil de Magimel, réalisé sous la supervision d'Ingres en 1851, récapitulant l'ensemble de l'oeuvre de l'artiste, est très proche en composition du dessin de Montauban (fig. 1).
    La présente oeuvre témoigne sans doute d'un dessin antérieur à celui de Melbourne. Si la composition est en grande partie fixée, quelques détails diffèrent: Lady Jane Montague ne tient pas encore un livre dans sa main gauche et le lit est traité avec bien plus de simplicité que dans les dessins postérieurs. Un calque, sans doute réalisé d'après la présente oeuvre, est conservé à Montauban (G. Vigne, op. cit., no. 2579).
    L'activité d'Ingres graveur reste méconnue et une seule eau-forte, le Portrait de Monseigneur Cortois de Pressigny lui est unaniment attribuée tandis que toutes les autres semblent avoir été réalisées d'après lui par d'autres artistes (voir cat. expo. Ingres. L'oeuvre gravé dans les collections du musée Ingres de Montauban, Chatellerault, 1991). D'autres gravures ont été retouchées par l'artiste: outre un exemplaire du Monseigneur Cortois de Pressigny, on peut citer une eau-forte d'après l'Autoportrait de 1804 de Chantilly dont Montauban conserve une épreuve complétée à la mine de plomb par Ingres (G. Vigne, op. cit., no. 2679) et la Famille Gatteaux de la collection Krugier où l'artiste a assemblé les lithographies de portraits isolés de trois membres de cette famille afin de réaliser un véritable portrait de groupe où il a repris, à la mine de plomb, chacune des figures et en a ajouté deux autres (voir La passion du dessin. Collection Jan et Marie-Anne Krugier Poniatowski, Paris, 2002, no. 87).
    Pourquoi, quand et qui a réalisé la présente gravure ? Le dessin de Melbourne est signé 'J.A. Ingres inv. e del.' et, celle de Montauban, plus de trente ans plus tard, 'J. Ingres in.it et del.it 1860 : et fecit Roma'. L'on peut se demander si plutôt qu'une réelle tombe, l'artiste n'avait pas prévu dès le départ de réaliser, lui-même, une gravure évoquant la mémoire de la jeune défunte et destinée à être distribuée à ses proches. Le présent exemplaire serait alors une épreuve d'essai que l'artiste aurait ensuite abandonné afin de réaliser des dessins rappelant plus les grands monuments funéraires de l'Antiquité et de la Renaissance.
    La présente oeuvre a appartenu à Hans Naef (1920-2000), l'un des meilleurs connaisseurs de l'oeuvre d'Ingres et auteur du remarquable catalogue raisonné des portraits dessinés de l'artiste, publié en allemand et en cinq volumes, entre 1977 et 1980.

    Special Notice

    " f " : In addition to the regular Buyer’s premium, a commission of 7% (i.e. 7.49% inclusive of VAT for books, 8.372% inclusive of VAT for the other lots) of the hammer price will be charged to the buyer. It will be refunded to the Buyer upon proof of export of the lot outside the European Union within the legal time limit.(Please refer to section VAT refunds)


    Provenance

    Succession Hans Naef.