• Christies auction house James Christie logo

    Sale 5569

    Tableaux et Dessins Anciens et du 19ème Siècle

    23 June 2009, Paris

  • Lot 130

    JEAN-LOUIS-ANDRE-THEODORE GERICAULT (ROUEN 1791-1824 PARIS)

    Couple de noirs dans un paysage

    Price Realised  

    JEAN-LOUIS-ANDRE-THEODORE GERICAULT (ROUEN 1791-1824 PARIS)
    Couple de noirs dans un paysage
    avec inscriptions 'theodore Gericault' (verso) et 'Theodore Gericault 1817' (sur la feuille de l'album)
    pierre noire, craie noire, aquarelle et gouache, sur papier brun
    18,3 x 21,6 cm.; on joint l'album amicorum in-4 oblong dans lequel était conservé le présent dessin de Géricault. Il comprend quatorze dessins dont un paysage d'Eugène Lami, un portrait de Napoléon par Horace Vernet, deux scènes animées de Bartolomeo Pinelli, dont une signée et datée 'Rome 1817'. Reliure romantique vers 1830, maroquin aubergine, encadrement à froid, monogramme avec lettres entrelacées 'JHC' (?) au centre du plat supérieur (2)


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Contact the department

    Collé dans un album amicorum et ainsi préservé de la lumière, ce spectaculaire dessin apparaît - le grain de la pierre noire et du fusain encore apparent, les coloris éclatants de la gouache et de l'aquarelle - tel qu'au premier jour.
    Si ce dessin est inédit, protégé du regard des hommes pour avoir été collé au milieu d'un album anonyme, sa composition, quoique simplifiée, était connue des spécialistes géricaldiens par deux études préparatoires à la plume. La première (fig. 1), en sens inverse, est conservée au musée de Beaux-Arts de Besançon (G. Bazin, Théodore Géricault. Etude critique, documents et catalogue raisonné, VII, Paris, 1997, p. 267, no. 2671). La seconde, dans la même direction que la présente oeuvre, a fait partie des collections His de la Salle et a été gravée par Baudran (Ch. Clément, 'Catalogue de l'oeuvre de Géricault, suite et fin', Gazette des Beaux-Arts, XXIII, 1867, p. 371 ill.). Ce dernier dessin, et non celui de Besançon comme l'on a toujours confondu, a ensuite appartenu à Clément, et plus tard à Denys Sutton (voir P.J. Kelleher, 'A Sculpture and Painting by Théodore Géricault', Gallery Notes, The Buffalo Fine Art Academy, XVII, no. 1, 1953, pp. 7, 16). Ces deux dessins se distinguent du présent par le fait qu'ils ne représentent que le couple, sans le paysage. A la vente de la collection d'Alexandre Colin (1798-1875), le 22 décembre 1859, à Drouot, no. 40, figurait 'Géricault. Négre et négresse, à la plume, Rome'. Il est malaisé de savoir si ce dessin se confond avec l'un des deux cités plus haut ou bien s'il s'agit d'une autre étude pour la composition, aujourd'hui perdue.

    L'interprétation du sujet n'est pas évidente. Dans un paysage idéalisé, mais pouvant évoquer, de par les palmiers, les fruits exotiques, aussi bien l'Afrique que les Caraïbes, un couple s'embrasse dans une pose qui évoque une séparation. La corbeille de fruits, les bijoux, la riche draperie suggèrent un certain rang, un couple princier ? Le carquois de flèches aux pieds de l'homme semble indiquer qu'il s'apprête à partir à la guerre, à rejoindre ou à combattre les deux guerriers rapidement esquissés à l'arrière-plan, dont au moins un porte une arme.

    Le dessin s'insère dans un groupe d'oeuvres de Géricault sur le thème de l'Homme Noir. Mis à part les célèbres portraits peints, en particulier celui du Getty Museum de Los Angeles (85.PA.407) et la gravure du Combat de boxe entre un blanc et un noir, datée de 1818 (Bazin, op. cit., V, no. 1690), on citera seulement les dessins d'un Noir sur un cheval cabré (New York, collection particulière; Bazin, op.cit, V, p.177, no.1556), où l'homme, vêtu du même caleçon, n'est pas sans ressembler à celui représenté ici, le Porte-étendard noir (Stanford, Stanford University Museum of Art ; Bazin, op.cit., V, no. 1552) et la Traite des noirs (Paris, Ecole des Beaux-Arts; fig. 2; Bazin op.cit, VII, no.2669). Dans ce dernier dessin, on reconnaît le même couple que celui représenté ici, cette fois séparé par des négriers. Peut-on imaginer, que ces dessins sont les séquences, peut-être fragmentaires, d'un même récit allant de la représentation d'un couple heureux vivant dans une sorte de pays de cocagne devant se séparer car l'homme doit partir à la guerre jusqu'à leur départ pour l'esclavage, en passant par les combats perdus pour préserver leur liberté?

    L'inscription sur la page de l'album sur laquelle était collée le dessin le date de 1817 (fig.3); c'est en septembre de cette année que Géricault revient de Rome à Paris. Le dessin de la vente Colin, mentionné plus haut, avait été réalisé à Rome, si l'on en croit le catalogue. L'on sait aussi que l'une des principales occupations de Géricault en Italie fut de réaliser des dessins destinés à des albums réunis par des voyageurs ou des amateurs locaux. Il écrivait ainsi à son ami Dedreux-Dorcy, le 27 novembre 1816 : 'comme je ne puis pas encore peindre, je travaille pour des albums et cela ne laisse pas que de me donner quelque occupation' (Clément, 1879, op. cit., p. 86). Sans pouvoir affirmer si cette feuille date de la période italienne ou d'après le retour de l'artiste à Paris, on retrouve cette manière forte de dessiner, 'michelangelesque' pourrait-on dire, au lendemain de son séjour en Italie, non seulement dans la lithographie du Combat de boxe mais encore dans le Noir sur un cheval cabré, généralement datés des années 1818-1819.
    Dans l'album, le Couple de noirs côtoie des dessins, entre autres, d'Eugène Lami, Eugène Isabey et Horace Vernet (le seul dessin - il représente Napoléon - tracé directement sur une feuille de l'album), mais également des vues d'Italie et deux dessins de Bartolomeo Pinelli.

    La redécouverte de cette exceptionnelle aquarelle vient confirmer l'importance de la représentation de l'Homme Noir dans l'oeuvre de Géricault, tout en éclairant la problématique de cette représentation d'une lumière nouvelle. L'artiste n'y traite pas encore la violence de la guerre, ni l'horreur de l'esclavage, mais le bonheur bientôt brisé.

    Nous remercions le regretté Lorenz Eitner et M. Bruno Chenique d'avoir confirmé l'attribution du présent dessin. Il sera inclus dans le Catalogue raisonné des dessins inédits de Théodore Géricault que Monsieur Chenique prépare actuellement.

    Special Notice

    No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis