• Christies auction house James Christie logo

    Sale 13572

    Zeineb et Jean-Pierre Marcie-Rivière : Grands collectionneurs et mécènes

    8 - 9 June 2016, Paris

  • Lot 31

    Paul Signac (1863-1935)

    Menton

    Price Realised  

    Estimate

    Paul Signac (1863-1935)
    Menton
    signé 'P. Signac' (en bas à gauche) et situé 'Menton' (en bas à droite)
    aquarelle, gouache et pierre noire sur papier vergé
    27.2 x 43.2 cm. (10 ¾ x 17 in.)
    Exécuté en 1931


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Contact the department

    Marina Ferretti a confirmé l'authenticité de cette œuvre.

    André Lévy Despas fut initié à l’œuvre de Paul Signac par son cousin et associé, Gaston Lévy. La famille Lévy tisse des liens amicaux forts avec l’artiste, dont témoignent une correspondance chaleureuse et des photographies souvenirs de séjours passés chez Gaston et sa femme Liliane à la villa Orphée, à la Baule.
    À travers leurs échanges artistiques, et une amitié si naturelle, Signac reconnaît très tôt en Gaston Lévy un mécène potentiel. Il décide de lui soumettre un projet qu’il souhaite réaliser depuis plusieurs années, et en décembre 1928, écrit à Gaston Lévy : «Mon cher ami, voici l'idée que j'ai; je vous la communique telle qu'elle m'est venue. Voyez si elle peut vous intéresser. Et dans ce cas, nous en parlerions à votre retour. Depuis longtemps je rêve de faire une suite importante d'aquarelles sur « Les Ports de France».
    J'ai relevé quarante ports de la Manche, quarante ports de l'océan ; vingt ports de la Méditerranée. En tout une centaine. Les peintres de marine, Claude [sic] Vernet (1714-1789), Ozanne ensuite, puis Garneray ont publié sur le même sujet des séries de gravures, très recherchées aujourd'hui. Je serais heureux de laisser une œuvre de ce genre. Pour vous mettre tout à fait à l'aise à ce sujet, je puis vous dire, ce que vous savez d'ailleurs: que je n'ai qu'à faire une centaine d'aquarelles (même sans but défini, et sans les dépenses que comporterait mon expédition) et que j'en trouverais immédiatement le placement fructueux. [...] Si ce projet avait votre agrément, je commanderais une conduite intérieure C4 Citroën, je prendrais un chauffeur et je partirais en février pour les ports de la Méditerranée. En avril je remonterais vers l'océan pour terminer en été les ports du Nord. Je pense qu'il faudrait cinq ou six mois de travail un peu fou! Je ferais deux aquarelles dans chaque port, l'une pour vous et l'autre pour moi, différentes d'ailleurs, et vous choisiriez celle des deux qui aurait votre préférence.
    Nous déciderions ensemble du format et du prix. Les marchands n'auraient rien à y voir ! Cette combinaison aurait pour moi divers avantages. Le principal serait la bonne excitation d'art que créeraient un but précis, une combinaison amusante et une création importante. En outre la joie de réaliser un projet à quoi je pense depuis longtemps, et qu'il est temps de mettre à exécution, car bientôt l'âge m'en empêchera.»(cité in M. Ferretti, Signac aquarelliste, Paris, 2001, p. 102-112).
    «Gaston Lévy, qui a une âme de mécène, ne tarde pas à donner une réponse favorable. [Dès lors, au mois de mars 1929] Signac entreprend la série à Sète avant de gagner dès le mois d'avril la côte atlantique, de Saint-Jean-de- Luz aux Sables-d'Olonne. En mai et en juin, on le trouve sur les côtes bretonnes où d'aquarelle en aquarelle, nous suivons ses pérégrinations au jour le jour. [...] Cet ensemble exceptionnel atteste de la vitalité de l'artiste, alors largement sexagénaire et dit son bonheur de pouvoir se livrer ainsi sans retenue à son sujet d'élection, les ports, la mer, les bateaux»(M. Ferretti, Signac aquarelliste, Paris, 2001, p. 102-112).
    Ces huit feuilles, d'une fraicheur remarquable, constituent une cartographie très émouvante de cette expédition si ambitieuse.

    André Lévy Despas was introduced to the work of Paul Signac by his cousin and business partner, Gaston Lévy. The Lévy family developed a strong friendship with the artist, as is shown by the warm correspondence and souvenir photographs of time spent visiting the home of Gaston and his wife Liliane at the Villa Orphée, in La Baule.
    Through their discussions concerning art and such a natural friendship, Signac very quickly recognised in Gaston Lévy a potential patron. He decided to present a project to him that he had been hoping to carry out for a number of years, and in December 1928, wrote to Gaston Lévy: “My dear friend, this is the idea I have; I am describing it to you in the way it came to me. See if it may interest you. If it does, we will talk about it on your return. For a long time I have dreamed of making a large series of watercolours on “Les Ports de France”.
    I have listed fourty Channel ports, fourty ocean ports; twenty Mediterranean ports. A hundred in all. The marine artists, Claude [sic] Vernet (1714-1789), then Ozanne, then Garneray published a series of engravings on the same subject, now highly sought after. I would be pleased to leave a body of work of this kind. To put you totally at ease on this subject, I can tell you, what you know anyway: that I only have to make a hundred or so watercolours (even for no definite purpose, and without the expenses that my expedition would involve) and that I would immediately find a profitable placement for them. [...] If this project had your approval, I would hire an inside drive Citroën C4, I would take a driver and leave in February for the Mediterranean ports. In April I would go up to the ocean ports to end up in the Northern ports in the summer. I think it would need fixe or six months of slightly crazy work! I would make two diferent watercolours in each port, one for you and the other for me, and you would choose which of the two you would prefer.
    We would decide the format and price together. The dealers would have nothing to do with it! This combination would have various advantages for me. The main one would be the fine stimulation of art that a specific purpose would create, a diverting combination and an important creative project. As well as the joy of carrying out a project that I have long thought about, and that it is time to act upon, because age will soon prevent me doing it."»(quoted in M. Ferretti, Signac aquarelliste, Paris, 2001, p. 102-112).
    "Gaston Lévy, who had the calling of a patron, wasted no time in giving a favourable response. [dating from, March 1929] Signac embarked on the series in Sète before going to the Atlantic coast in April, from Saint-Jean-de- Luz to the Sables-d'Olonne. In May and June, he was to be found on the Breton coast where from watercolour to watercolour we follow his peregrinations day by day. [...]
    This outstanding set of watercolours by Signac is testament to the vitality of the artist, then well into his sixties and to his passion for one of his favorite subjects: ports, sea and boats"(M. Ferretti, Signac aquarelliste, Paris, 2001, p. 102-112).
    These eight paintings, still as fresh as if they were executed yesterday, constitute a very moving map of this extraordinarily ambitious expedition.

    Provenance

    André Lévy-Despas, Paris (acquis auprès de l'artiste).
    Puis par descendance.


    Post Lot Text

    'MENTON'; SIGNED LOWER LEFT AND LOCATED LOWER RIGHT; WATERCOLOUR, GOUACHE AND BLACK CHALK ON LAID PAPER.