• Christies auction house James Christie logo

    Sale 5551

    Exceptionnel ensemble de Mobilier et Objets d'Art du XVIIIème siècle

    19 December 2007, Paris

  • Lot 725

    BUREAU EN PENTE D'EPOQUE LOUIS XV

    ATTRIBUE A BERNARD VAN RISEN BURGH

    Price Realised  

    BUREAU EN PENTE D'EPOQUE LOUIS XV
    ATTRIBUE A BERNARD VAN RISEN BURGH
    En placage d'amarante, marqueterie florale sur fond de bois de rose toute face, riche ornementation de bronze ciselé et doré, à décor de fleurs inscrites dans des réserves ceintes de volutes, de forme galbée, l'abattant découvrant un casier, trois tiroirs dont un muni d'un encrier, d'un poudrier et d'un plumier, et un compartiment dissimulant trois tiroirs, reposant sur des pieds galbés, portant une estampille apocryphe BVRB et JME sur la traverse, les bronzes marqués au C couronné, marque au feu 133 sous le plateau
    Hauteur : 83 cm. (32¾ in.), Largeur : 77 cm. (30¼ in.), Profondeur : 41 cm. (16 in.)
    Le poinçon au C couronné fut apposé sur les bronzes de 1745 à 1749


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Le dessin aux lignes sinueuses, les galbes délicats de ce bureau reposant sur des pieds à cinq pans aux courbes caractéristiques, le modèle des bronzes, tout ceci évoque l'art et la manière de Bernard Van Risen Burgh dont ce bureau porte l'estampille apocryphe. Il était tentant pour l'amateur, certes peu scrupuleux qui apposa cette fausse marque, de sceller ainsi cette parenté. D'autant que la véritable estampille de BVRB se fait rare. Elle est bien souvent absente, voire biffée ou dissimulée sur ses oeuvres, vendues presque exclusivement par l'intermédiaire de marchands-merciers.


    Fils d'un ébéniste d'origine hollandaise, Bernard II van Risenburgh est le maître le plus réputé du début du règne de Louis XV. Reçu maître en 1730, il s'établit rue du Faubourg Saint-Antoine. Tout au long de sa carrière, il travailla, en effet, presque exclusivement pour des marchands-merciers et notamment, au début de sa carrière, pour le plus célèbre d'entre eux sous Louis XV, Thomas-Joachim Hébert. C'est par l'intermédiaire de celui-ci qu'il fournit au Garde-Meuble de la Couronne plusieurs meubles et notamment en 1745 pour le cabinet Intérieur de la Dauphine, Marie-Thérèse-Raphaelle d'Espagne, à Versailles, le secrétaire à pente qui présente tant de similitudes avec le présent bureau qui lui est contemporain, que ce soit par le dessin ou l'ornementation de bronze.


    BVRB exécutait lui-même ses bronzes, contrairement aux règles édictées par les corporations et certains de ses modèles aident à identifier son oeœuvre.

    Ici, nous retrouvons les mêmes chutes, le même cartouche rocaille asymétrique que sur le bureau de la Dauphine, illustré dans D. Meyer, Le Mobilier de Versailles, Editions Faton, Dijon, 2002, pp. 109-111. Le motif en agrafe sur le côté se retrouve sur nombre de ses tables chiffonnières, telles que celle de l'ancienne collection Antenor Patino, vente Sotheby's New York, 1er Novembre 1986, lot 108 puis collection Riahi, vente Christie's New York, le 2 novembre 2000, lot 12 ou celle de l'ancienne collection Jacques Doucet, vente à Paris, Galerie Georges Petit, les 7-8 juin 1912, lot 319 puis collection Alexander, vente Christie's New York, le 30 avril 1999, lot 102.


    Plus étonnant est le décor de marqueterie de fleurs traitées de façon naturaliste sur un fond de bois de rose. En effet, BVRB utilisa plus volontiers à cette époque une marqueterie florale en bois de bout stylisée sur un fond de satiné. Le marchand-mercier commanditaire de l'oeuvre, et très probablement Hébert, aurait-il fait sous-traiter la marqueterie par un autre de ses ébénistes fournisseurs pour répondre à une demande bien particulière? Hébert travaillait également avec Adrien Delorme qui un temps se spécialisa dans le décor de marqueterie florale. Signalons un bureau en pente à décor de marqueterie forale, estampillé de Delorme, vendu à Paris, hôtel George V, étude Ader Picard Tajan, le 12 décembre 1992, lot 81. Il est intéressant de noter également une encoignure aux formes galbées de ce même maître, cette fois à décor de marqueterie florale de bois de bout, ornée de bronzes dont certains sont des modèles de BVRB (vente Christie's New York, le 30 octobre 1993, lot 353). Tout ceci tendrait à démontrer l'influence et la compléxité des liens entre les oeuvres des différents artisans au travers de ceux tissés par leur marchand.

    Special Notice

    No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis


    Post Lot Text

    A LOUIS XV ORMOLU-MOUNTED MARQUETRY BUREAU EN PENTE, ATTRIBUTED TO BERNARD VAN RISEN BURGH