• Christies auction house James Christie logo

    Sale 13834

    Une Exceptionnelle Collection Européenne Mise en scène par Emilio Terry

    15 September 2016, Paris

  • Lot 22

    DEUX GUERIDONS DE STYLE LOUIS XVI FORMANT PAIRE

    D'APRES LE MODELE D'ADAM WEISWEILER, L'UN AVEC LA SIGNATURE DE HENRY DASSON, SECONDE MOITIE DU XIXEME SIECLE

    Price Realised  

    Estimate

    DEUX GUERIDONS DE STYLE LOUIS XVI FORMANT PAIRE
    D'APRES LE MODELE D'ADAM WEISWEILER, L'UN AVEC LA SIGNATURE DE HENRY DASSON, SECONDE MOITIE DU XIXEME SIECLE
    En acajou, placage d'acajou, d'amarante et de loupe de thuya, ornementation de bronze ciselé et doré, le plateau circulaire de marbre brocatelle d’Espagne, reposant sur trois doubles montants simulant du bambou réunis par une tablette d’entretoise triangulaire, sur des pieds cambrés, l’un signé HD dans un ovale sur la galerie ; accidents à un marbre
    Hauteur: 76 cm. (30 in.) ; Diamètre: 37 cm. (14 ½ in.)


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Ces guéridons sont tout à fait représentatifs du goût exotique mis à la mode sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI par quelques arbitres des élégances telle que Madame Du Barry. Celle-ci offrit en effet au duc de Brissac un guéridon dont la description se rapproche beaucoup du présent lot et qui fut livré par les marchands-merciers Lignereux et Daguerre en 1791. Dans l'inventaire après décès de Daguerre, est mentionnée : « Une petite table ronde forme de guéridon en racine de bois d'acajou poli sur trois pieds doubles en bronze doré façon de bambous avec entrejambe à tablettes et camé de porcelaine ornant la tablette supérieure prisée trois cent francs ».

    Un dessin préparatoire de ce modèle avec les mêmes montants simulant le bambou est conservé au musée des Art décoratifs et pourrait être de la main de Daguerre. D'autres exemples connus de ce guéridon, une vingtaine à ce jour, étant estampillés par Weisweiler, on peut supposer que ce modèle a été exclusivement conçu par Weisweiler et commercialisé par Daguerre. Engagés dans une étroite collaboration, ce dernier fournit à Weisweiler nombre des plus importants clients de l’aristocratie française et étrangère, ainsi que les familles royales française, de Russie, de Naples et le futur roi George IV. Weisweiler resta actif jusqu'en 1809 et ses liens avec Daguerre lui permirent de continuer à travailler et d'exporter sa production, lui évitant ainsi la faillite qui toucha beaucoup de ses confrères suite à la Révolution.

    Les deux guéridons présents dans cette collection peuvent être directement comparés à celui du dernier quart du XVIIIe siècle vendu par Christie’s, Londres, 15 juin 1997, lot 174, estampillé par Adam Weisweiler (voire également Christie’s, New-York, 26 octobre 2001, lot 75).

    Special Notice

    This item will be transferred to an offsite warehouse after the sale. Please refer to department for information about storage charges and collection details.


    Literature

    Bibliographie comparative :
    P. Lemonnier, Weisweiler, Paris, 1983, pp. 90, 97 et 162.
    H. Ottomeyer et P. Pröschel, Vergoldete Bronzen, tome II, pp. 600 et 650.


    Post Lot Text

    A MATCHED PAIR OF LOUIS XVI STYLE ORMOLU AND THUYA BURR GUERIDONS, AFTER A MODEL BY ADAM WEISWEILER, ONE SIGNED BY HENRI DASSON, SECOND HALF 19TH CENTURY