• Christies auction house James Christie logo

    Sale 5515

    Arts Décoratifs du 20ème Siècle et Design

    28 May 2008, Paris

  • Lot 337

    EUGENE PRINTZ (1889-1948)

    PETITE ARMOIRE, VERS 1940-1945

    Price Realised  

    Estimate

    EUGENE PRINTZ (1889-1948)
    PETITE ARMOIRE, VERS 1940-1945
    De forme rectangulaire, en placage d'ébène du Gabon disposé en damiers, l'intérieur en sycomore, ouvrant à deux portes et découvrant trois étagères, reposant sur une plinthe en pierre ; une clé d'origine
    Hauteur : 139 cm. (54¾ in.) ; Largeur : 92 cm. (36¼ in.) ; Profondeur : 37 cm. (15 in.)
    Monogrammée EP en bas à droite de la façade et estampillée E. PRINTZ au dos à l'angle supérieur gauche


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Cf. : René Jean, Eugène Printz et son atelier, dans Mobilier et Décoration, mai 1946, p. 8 et p. 12 pour une vue du même modèle in situ

    Special Notice

    No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis


    Provenance

    Collection Madame S., commanditaire.
    Dans la famille depuis lors.


    Pre-Lot Text

    Le prochain ensemble (lots 337 à 355) est commandité par Mme S. pour son appartement à Neuilly-sur-Seine vers 1945-1947. Printz est chargé de l'architecture intérieure et de l'ameublement des lieux. Il y déploit un large éventail de son vocabulaire stylistique, réunissant de nombreux modèles devenus des grands classiques parmi ses créations. Dès ses premières expositions, Printz invite d'autres artistes à partager son univers, intégrant leurs oeuvres dans ses propres réalisations. La présence d'oeuvres du sculpteur Robert Wlérick (1882-1944) et du peintre René Seyssaud (1867-1952) illustre ces collaborations que Printz aime développer.

    Sa santé se détériore vers la fin de l'année 1947. Il est obligé d'arrêter ses activités et mourra peu de temps après en mars 1948. C'est son partenaire Jean Saint-Georges, principalement en charge de la mise en place et des finitions, qui assurera la livraison finale de la commande. Il poursuivra sa propre carrière de décorateur dans les années suivantes. Printz quant à lui a pris ses dispositions pour assurer la protection de son oeuvre et interdire toute production posthume. En 1954 la revue Mobilier et Décoration fait paraître un article de René Chavance consacré à quelques aménagements de Jean Saint-Georges. Des vues de l'appartement de Mme S. y sont publiées parmi d'autres réalisations sans que mention soit faite de l'intervention initiale de Printz. Il est important de noter qu'il s'agit d'une erreur.

    The second commission was for the Neuilly home of an elegant Parisienne, a Mme S. who entrusted Printz with the interior architecture and furnishing of her apartment between 1945 and 1947. Printz displayed here the full range of formal vocabulary and certain of his most characteristic designs feature in this collection. From the time of his first exhibitions Printz incorporated the work of other artists within his schemes, developing collaborations with, for example the sculptor Robert Wlérick (1882-1944) and the painter René Seyssaud (1867-1952), both involved in this commission.

    Printz became very ill towards the end of 1947. He has to stop working before diying a few months later in March 1948. His partner Jean Saint-Georges, whose responsibilities were principally for the settings, completed the installation, adding a few finishing touches and finalising the display of the furniture. He then developped his own creations in the following years. After Printz's death the production of his furniture ceased. He had taken legal dispositions to ensure that his designs would be protected and no further pieces manufactured.
    In 1954 the review 'Mobilier et Décoration' published an article by René Chavance dedicated to a few Jean Saint-Georges's decorations. Views of Mrs. S's apartment were displayed amongst other interiors, without any mention of Printz name or any explanations about the initial commission. It is important to note that this is a complete mistake with a risk of confusion and misinterpretation.


    Literature

    René Chavance, Quelques aménagements de Jean Saint-Georges ou la tradition dans la vie moderne, dans Mobilier et Décoration, 1954, p. 334 pour une vue in situ dans l'appartement de Madame S.


    Post Lot Text

    AN EBONY, SYCAMORE AND BRASS CUPBOARD ON A STONE PLINTH, BY EUGENE PRINTZ, CIRCA 1940-1945