• Arts Décoratifs du XXème Siècl auction at Christies

    Sale 5582

    Arts Décoratifs du XXème Siècle et Design

    26 November 2009, Paris

  • Lot 23

    GASTON ETIENNE LE BOURGEOIS POUR JACQUES DOUCET (1880-1956)

    MEUBLE D'APPUI, VERS 1913-1916

    Price Realised  

    Estimate

    GASTON ETIENNE LE BOURGEOIS POUR JACQUES DOUCET (1880-1956)
    MEUBLE D'APPUI, VERS 1913-1916
    De forme rectangulaire, en platane massif, l'intérieur en sycomore, à trois corps : le corps central en léger décaissement et ressaut, ouvrant par un abattant surmontant deux tiroirs superposés et deux portes en partie basse découvrant une étagère ; les parties latérales ouvrant chacune par une porte en façade découvrant un intérieur en sycomore aménagé de huit tiroirs à dossiers ; les deux portes latérales et l'abattant central sculptés en creux d'un décor de feuillage stylisé, le programme décoratif des portes latérales enrichi à la partie inférieure d'une frise compartimentée sculptée illustrant des insectes (chenilles, abeilles, larves, chrysalides, mouches...) tout comme les poignées et les plaques de serrure en ivoire sculpté ; le pourtour des portes et des tiroirs souligné de filets d'ivoire ; reposant sur une large plinthe ; deux clés d'origine
    Hauteur : 126 cm. (49 5/8 in.) ; Largeur : 152 cm. (59 7/8 in.) ; Profondeur : 44,5 cm. (17½ in.)


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Contact the department

    Gabriel Mourey, Gaston Le Bourgeois Sculpteur, dans Art et Décoration, 1912, 1er semestre, p. 165-176 pour des vues de divers bas-reliefs animaliers présentant un fond sculpté des mêmes motifs de volutes géométriques stylisées
    M.P. Verneuil, Le Salon des Artistes Décorateurs en 1913, dans Art et Décoration, Tome XXXIII, 1913, p. 88-89 et p. 97-98 pour des bas-reliefs illustrant le même travail de sculpture en fond ainsi que des motifs végétaux stylisés de même nature
    Léandre Vaillat, L'Art décoratif au Salon d'Automne, dans L'Art et les Artistes, Tome XVIII, 1913-1914, p. 90 pour une vue du stand de l'artiste
    Charles Saunier, Oeuvres nouvelles de G.-E. Le Bourgeois, dans Art et Décoration, Tome XL, juillet-décembre 1921, p. 11-20 pour des illustrations de sculptures et bas-reliefs présentant des surfaces ou fonds de même inspiration

    Gaston-Etienne Le Bourgeois collaborera avec de grands décorateurs-ensembliers de la période Art Déco ou encore dès 1923 avec des maisons de luxe telle Louis Vuitton, qui édite ses objets en ivoire. Il travaille au décor de certains meubles pour Emile-Jacques Ruhlmann, telle une banquette en comblanchien, pièce unique, réalisée pour monsieur et madame Ducharne, soyeux lyonnais, en 1927. Les accotoirs en enroulement sont agrémentés d'un bas-relief en façade de Le Bourgeois, figurant deux chrysalides, qui font écho, quelques dix années plus tard, aux chrysalides de la frise ornant le bas de notre meuble d'appui (cf. ill.).

    Il exécutera des décors de meubles pour d'autres grands commanditaires du décorateur, ainsi en 1929 pour monsieur et madame Nicolle, industriels du textile installés dans le Nord de la France.
    En 1925 il prend part à l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes, réalisant une partie de la frise du Grand Salon de Réception. La même année il participe à la décoration du restaurant Prunier. Notons enfin parmi ses réalisations les plus célèbres, le hall d'entrée de la Salle Pleyel, 1927.

    La photo in situ qui accompagne le meuble nous montre qu'à l'origine il est flanqué de deux petites étagères en quart de cercle accueillant des sculptures. Le programme décoratif du meuble, animalier et végétal, rappelle la passion de Jacques Doucet pour les sciences et la littérature. Les insectes qui ornent la base du meuble, évoluant ou prenant naissance principalement dans le sol, ne sont pas sans évoquer, par le jeu des correspondances cher à Doucet, Le bestiaire de Guillaume Appolinaire dont il acquiert le manuscrit dès 1907. Son programme décoratif semble dicté par Orphée sous la plume du poète :
    "Regardez cette troupe infecte
    Aux mille pattes, aux cent yeux :
    Rotifères, cirons, insectes
    Et microbes plus merveilleux
    Que les sept merveilles du monde
    Et le palais de Rosemonde"

    Special Notice

    Prospective purchasers are advised that several countries prohibit the importation of property containing materials from endangered species, including but not limited to coral, ivory and tortoiseshell. Accordingly, prospective purchasers should familiarize themselves with relevant customs regulations prior to bidding if they intend to import this lot into another country.
    No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis
    Artist''s Resale Right ("droit de Suite"). If the Artist''s Resale Right Regulations 2006 apply to this lot, the buyer also agrees to pay us an amount equal to the resale royalty provided for in those Regulations, and we undertake to the buyer to pay such amount to the artist''s collection agent.


    Provenance

    Collection Jacques Doucet, 46 avenue du Bois (aujourd'hui avenue Foch), Paris.
    Collection Madame Jacques Doucet, rue Saint-James, Neuilly-sur-Seine.
    Collection de Madame E. M. (gouvernante de madame J. Doucet qui lui offre le meuble vers 1945), Paris.
    Collection de Monsieur et Madame P. S. (reçu en cadeau de la famille de la propriétaire précédente), Paris.
    Collection privée (reçu en cadeau des propriétaires précédents), Paris.


    Pre-Lot Text

    A DIVERS AMATEURS VARIOUS OWNERS

    GASTON-ETIENNE LE BOURGEOIS POUR JACQUES DOUCET

    Sculpteur animalier, membre de la Société Nationale des Beaux Arts, Gaston Etienne Le Bourgeois prendra part régulièrement tout au long de sa carrière aux Salons d'Automne et aux Salons des Artistes Décorateurs.
    Il est permis de penser que Jacques Doucet, si fervent amateur des différentes manifestations artistiques et salons de l'époque, découvre le travail de Le Bourgeois au Salon des Artistes Décorateurs de 1913. Un compte rendu du Salon, publié par la revue Art et Décoration, met le travail du sculpteur à l'honneur, illustrant une série de délicats panneaux en bois sculpté qui mettent en scène un univers animalier aux contours épurés sur un fond végétal stylisé. Ce dernier thème semble alors faire son apparition dans l'oeuvre de l'artiste avec l'introduction de motifs tels le sceau de Salomon, la fougère, la prêle et l'arum sauvage, dont on peut deviner les formes stylisées dans le programme décoratif du meuble.
    C'est dans ce même Salon de 1913 que Jacques Doucet rencontre Eileen Gray (1878-1976), qui y prend part pour la première fois. Elle présente son célèbre et énigmatique panneau décoratif 'Le Magicien de la Nuit', qui attire l'attention du mécène et lui vaudra plusieurs commandes par la suite. On peut tout aussi bien imaginer, dans cette même logique, la commande de ce meuble d'appui par Jacques Doucet pour le boudoir de Madame au 46, avenue du Bois à Paris.
    Un an auparavant, Doucet découvrait au Salon des Indépendants, le sculpteur russe Léon Indenbaum (1891-1981), artiste expatrié qui fréquente la communauté artistique de Montparnasse. Il lui passe commande en 1913 d'un bas-relief en marbre rose, 'Musiciens et Antilopes', achevé en 1914, destiné à la salle à manger de l'avenue du Bois. La scène, d'une grande douceur et élégance, illustre un monde d'harmonie entre l'homme et la nature, exécuté dans un style tout aussi précis, maîtrisé et épuré que le décor des portes du meuble d'appui de Le Bourgeois.
    La précieuse photographie d'époque, qui montre le meuble in situ, placé contre un mur, en arrière plan du lit de repos de Pierre Legrain, laisse à penser que la commande passée par Jacques Doucet à Le Bourgeois ne se limite pas à ce seul meuble, mais semble au moins s'étendre à la frise sculptée qui court le long du mur et répond peut être à un programme décoratif plus complet pour cette pièce.
    Jacques Doucet qui jouit d'un sens aigu du rapport des oeuvres entre elles, sans a priori hiérarchique des catégories, s'applique à les faire dialoguer dans des jeux de correspondances entre formes, matières, couleurs, thèmes, rythmes. L'aboutissement en sera son Studio de Neuilly sur Seine, devenu une référence mythique pour tous les collectionneurs et amateurs d'art.
    Il travaillera plusieurs années à sa mise en place à partir du milieu des années 1920, y disposant sa collection 'moderne', qu'il complète régulièrement par des commandes spécialement destinées à ce lieu, auprès des plus grands artistes et décorateurs de son temps, et ce jusque peu avant sa mort en 1929.
    Les quelques photographies d'époque qui nous en sont parvenues, sont une invitation à s'adonner à ce même jeu de correspondances. Elles nous enjoignent à tenter de renouer le fil conducteur qui relie tous les choix de Jacques Doucet ainsi que leur mise en situation. L'observation de la forme du meuble, réduite à un simple jeu de rectangles, nous amène à une contemplation frontale et presque bidimensionnelle du décor des portes, à la manière d'un bas-relief ou d'un tableau. Pensons à la 'Charmeuse de Serpents' du Douanier Rousseau, 1907, que Jacques Doucet acquiert en 1922 par le truchement d'André Breton auprès de Robert et Sonia Delaunay. Le traitement des grands bouquets d'herbe du premier plan au dessin précis et homogène, la composition verticale, son calme, l'éden exotique stylisé à la fois végétal et animal qu'évoquent ces deux oeuvres dans leur aspect formel en sont un reflet qui stimule notre imaginaire tout autant que notre curiosité à percer toujours plus avant l'univers de Jacques Doucet.


    GASTON-ETIENNE LE BOURGEOIS FOR JACQUES DOUCET

    Gaston Etienne Le Bourgeois, animalier sculptor and member of the Société Nationale des Beaux Arts, was a regular exhibitor, throughout his career, in the Paris Salons d'Automne and the Salons des Artistes Décorateurs.

    It is tempting to imagine that the work of Le Bourgeois first came to the attention of Jacques Doucet - that passionate enthusiast of contemporary creativity and assiduous visitor to the salons of the day - in the Salon des Artistes Décorateurs of 1913. A review of the salon, published in the journal 'Art et Décoration', drew particular attention to the sculptor's work and illustrated a series of delicately carved low-relief panels that featured the stylised forms of various animals set against grounds of formalised plants. This was surely the moment at which the sculptor introduced the repertoire of organic motifs - such as Solomon's seals, ferns, wild horsetail and arum lilies - that were to become the basis for the decoration of his cabinet for Doucet.

    We know that Jacques Doucet met Eileen Gray (1878-1976) in this same Salon of 1913. He was attracted by her exhibit - her first - that included the enigmatic and now famous panel 'Le Magicien de la Nuit'; several commissions followed. One might imagine a similar scenario in relation to Le Bourgeois, and the consequent commission by Jacques Doucet for the present cabinet, destined for his wife's boudoir in their Paris residence at 46, avenue du Bois.

    In the previous year, Doucet had discovered at the Salon des Indpendants the work of Russian sculptor Lon Indenbaum (1891-1981), an expatriate who had become associated with the artistic community of Montparnasse. In 1913 Doucet commissioned from him a bas-relief, 'Musiciens et Antilopes', executed in pink marble and completed the following year for the dining room of the Avenue du Bois. Conceived with considerable subtlety and elegance, the panel evoked the harmonious co-existence of mankind and nature; the clarity, confidence and refinement of this work finds its equivalent in the masterful carvings of the cabinet by Gaston-Etienne Le Bourgeois.

    A precious and hitherto unpublished period photographic document shows the cabinet in situ, set against the wall of the boudoir, beyond the day-bed by Pierre Legrain. Close examination of the image suggests that Doucet's commission from Le Bourgeois was not limited to the cabinet; for one can discern a sculpted frieze that would suggest a greater degree of involvement on the part of the artist in the decorative scheme for this room.

    Jacques Doucet had a rare sensitivity towards the potential for inter-connections between works in all media, and he was no respecter of conventional hierarchies between the so-called fine and applied arts. He delighted in the nuanced interplay of forms and materials, of colours, themes and rhythms. This sensibility was to find its ultimate expression in the meticulously considered installation of his collection of paintings, sculpture, furnishings and objects in the Studio St James at Neuilly-sur-Seine - an interior that has acquired a mythical status for lovers of the arts.

    Doucet worked for several years on the refinement of this project, starting in the mid 1920s. His objective was to construct a fitting temple to the most visionary creativity of the era, integrating works acquired through a decade or more with appropriate new commissions from the most inspired contemporary artists and designers. The great patron had successfully fulfilled his ambition by the time of his death in 1929.

    The rooms are well documented in a series of photographs, including colour images, that allow us to appreciate the treasures that Doucet had assembled and to savour the dialogue that he had engendered between the constituent elements of his collection. We can trace the unifying threads that run through his choices and enjoy the connections suggested by their placements. The simple rectilinear construction of the present cabinet focuses the viewer's eye on the flat areas, the door panels delineated by the simple structures, as if on a painting or bas-relief within its frame. In pride of place in the centre of Doucet's salon hung 'La Charmeuse de serpents' by Douanier Rousseau, painted in 1907 and acquired by the collector in 1922 through the good offices of André Breton from Robert and Sonia Delaunay. Here we see in the foreground large clusters of long grass drawn as a graphically precise pattern of lines, within a formal overall composition that depicts a magical exotic Eden of plant and animal life. Cabinet and painting share aspects of both theme and execution; these stimulate the imagination in parallel ways, while also offering an intriguing insight into the aesthetic and spiritual universe of Jacques Doucet.


    Literature

    Art et Décoration, janvier 1916, p. 21 pour l'illustration d'une frise sculptée montrant les deux mêmes oiseaux affrontés, la queue déployée, qui figurent sur la frise courant le long du mur du boudoir de Madame Doucet, à l'arrière du meuble d'appui.
    G.-E. Le Bourgeois, Sculpteur, catalogue d'exposition, Musée des Arts Décoratifs, Palais du Louvre, Pavillon de Marsan, 28 avril - 29 mai 1921, qui inventorie sous les numéros 34 à 43 des Bas-reliefs - Etudes pour une décoration chez M. Jacques Doucet comportant quatre panneaux d'armoire, deux dessus de porte, un panneau de lambris et trois études pour une porte de meuble.
    Le Décor de la Vie de 1900 à 1925, catalogue d'exposition, Pavillon de Marsan, Pavillon du Louvre, 1937, p. 89, chapitre sur les meubles, n. 740 du catalogue.


    Exhibited

    Le Décor de la Vie de 1900 à 1925, Pavillon de Marsan, Pavillon du Louvre, 1937.


    Post Lot Text

    A SOLID PLANE TREE, SYCAMORE AND IVORY CABINET BY GASTON ETIENNE LE BOURGEOIS FOR JACQUES DOUCET, CIRCA 1913-1916

    Gaston-Etienne Le Bourgeois collaborated with the foremost decorators of the Art Deco period and, from 1923, with leading luxury goods manufacturing retailers such as Louis Vuitton, who sold his carved ivory creations. He worked with Emile-Jacques Ruhlmann on the decorative elements for furniture, such as the unique banquette in comblanchien limestone made for Monsieur and Madame Ducharne, the Lyon silk manufacturers, in 1927, and on which the scrolled sides are decorated with a bas-relief by Le Bourgeois. This incorporates a cocoon that is an echo, a decade later, of the chrysalis motifs that decorate the lower frieze of the present cabinet (see fig).

    He conceived decorative elements for other pieces commissioned from Ruhlmann by major clients, such as those made in 1929 pour Monsieur et Madame Nicolle, textile manufacturers located in the North of France. In 1925 he participated in the Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes, contributing a frieze element for the Grand Salon de Réception. In the same year he worked on the decoration of the restaurant Prunier, and two years later conceived one of his most famous projects, the entrance lobby for the Salle Pleyel.

    The original photograph of the present cabinet in situ shows that it was flanked by slender shelf units of quarter-circle section on which Doucet displayed sculptures. The decorative themes of flora and fauna that animate this cabinet are a reminder of Jacques Doucet's passions within both the natural sciences and literature. The insects that grace the base, subjects associated with a subterranean or near-surface existence, remind us, through the kind of cross-connections that were dear to Doucet, of 'Le bestiaire' by Guillaume Appolinaire, the manuscript of which he had bought in 1907.