• Christies auction house James Christie logo

    Sale 5519

    Important Mobilier et Objets d'Art, Céramiques Européennes et Orfèvrerie

    25 June 2008, Paris

  • Lot 382

    GUERIDON D'EPOQUE NEOCLASSIQUE

    TRAVAIL RUSSE DE LA FIN DU XVIIIEME SIECLE

    Price Realised  

    Estimate

    GUERIDON D'EPOQUE NEOCLASSIQUE
    TRAVAIL RUSSE DE LA FIN DU XVIIIEME SIECLE
    En bronze laqué et doré, dessus de porphyre, soutenu par trois pieds galbés surmontés d'un anneau et réuni par deux bagues triangulaires
    Hauteur: 73,5 cm. (29 in.), Diamètre: 52 cm. (20½ in.)


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Un guéridon identique apparaît sur l'aquarelle exécutée par Andreï Nikiforovitch Voronikhine (1759-1813) en 1793, représentant La Galerie de peinture du comte Alexandre Stroganoff et qui lui valut le titre d'académicien de la perspective et de la peinture miniature. Les tableaux y sont reproduits avec exactitude et correspondent aux descriptions du catalogue qui paraissait la même année. Les détails de l'architecture et du mobilier de la galerie sont rendus avec une grande précision. Au premier plan on y voit le comte Stroganoff appuyé sur le guéridon. D'une grande sobriété il correspond au goût néoclassique répandu en Europe et notamment en France dans les années 1790.
    Voronikhine, protégé d'Alexandre Stroganoff, architecte et ornemaniste, responsable du réaménagement de la Galerie, est certainement à l'origine du dessin de ce guéridon.



    Andreï Voronikhine (1759-1813)

    Après une formation partagée entre la Russie et l'Europe, il fut chargé, à partir de 1790 de l'amènagement intérieur du Palais Stroganoff. Sa réputation lui valut d'être nommé architecte en chef de l'Administration municipale de Pavlovsk après l'incendie du château en 1803. Tout en respectant l'esprit des lieux il introduisit des idées et des motifs nouveaux, doué d'un sens aigu des proportions et des harmonies chromatiques. Ornemaniste il dessina des meubles inspirés de l'antiquité, faisant usage du vert foncé, du bronze et de l'or. Une guéridon, conservé à Pavlovsk, illustré dans A. Chenevière, Russian Furniture, The Golden Age, New York, 1988, p. 164, ill. 163 dont le dessin est attribué à Voronikhine vers 1805-1807, est muni d'un piétement tripode, patiné, dont les montants sont également tripartites.



    Alexandre Stroganoff (1733-1811)

    Originaire de la région de Moscou, la famille Stroganoff, fit fortune dans l'industrie du sel.
    L'une des plus riches et importantes familles de la Russie, elle contribua aux affaires militaires, économiques et diplomatiques du pays. En 1722, en récompense de son soutien, les fils de Grigori Stroganoff (1656 1715), Alexandre, Nikolaï et Sergueï, furent nommés barons.

    Sergueï (1707-1756) s'installa à Saint-Pétersbourg et sans pour autant abandonner l'industrie familiale fit carrière à la cour. En 1742 il acheta un palais inachevé sur la perspective Nevski qu'il associa à un bâtiment adjacent et fit aménager entre 1752 et 1756 par l'architecte de la cour Rastrelli. Son fils unique Alexandre Stroganoff (1733-1811), fut le plus grand collectionneur de la famille. Peu disposé à une carrière militaire, il passa ses années de formation à l'étranger et voyagea en Suisse, en France, en Italie, à Turin, Milan, Venise, Florence et Rome. Il visita également Herculanum. En Italie il acheta la première pièce de sa future galerie de peinture, une esquisse à l'huile de la Nativité par Corrège. A son retour il épousa Anna Vorontsova, fille du vice-chancelier de l'impératrice Elisabeth et entra au service de la cour.

    Lors d'un séjour à Paris de 1771 à 1778, en compagnie de sa seconde épouse, il se lia d'amitié avec Hubert Robert et Diderot, Jean-Baptiste Greuze, Joseph Vernet et Jean-Antoine Houdon. Il fréquenta les ventes aux enchères et acheta de nombreuses oeuvres issues de collections prestigieuses telles celles du duc de Choiseul (1772), Blondel de Cagny (1776), le prince de Conti et Randon de Boisset (1777). A partir de 1790, il consacra toute son énergie à la reconstruction intérieure de son palais de Saint-Pétersbourg qui, sous la supervision de Voronikhine (1759-1814), acquit ses espaces intérieurs les plus prestigieux : le cabinet de minéralogie, la salle à manger et la galerie de peinture.
    Protecteur des arts, il fut nommé, en 1800, président de l'académie impériale des Beaux Arts par le nouvel empereur Paul Ier. Directeur des manufactures impériales de taille de pierre, il fit de l'exploitation des minéraux russes une véritable forme d'art. Il consacra les dernières années de sa vie à la construction de la cathédrale Notre-Dame de Kazan devenue symbole de la victoire de la Russie sur les troupes de Napoléon.


    Le devenir des collections
    En 1914, le dernier des Stroganoff ouvrit son palais et ses collections au public. Mais le Palais devint bientôt un hôpital pour les blessés de guerre. Après la Révolution il fut converti en musée de la ville devenue Petrograd. En 1931, les collections furent dépecées sur ordre du régime bolchévique et partiellement vendues à Berlin.

    Special Notice

    No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis


    Provenance

    Probablement Alexandre Stroganoff (1733-1811).


    Post Lot Text

    A NEOCLASSICAL GILT AND LACQUERED BRONZE AND PORPHYRY GUERIDON, RUSSIAN, LATE 18TH CENTURY