• Christies auction house James Christie logo

    Sale 12601

    Le Goût Français

    3 - 4 May 2016, Paris

  • Lot 378

    JARDINIERE MONUMENTALE DE LA FIN DU XIXEME SIECLE

    SIGNATURE DE FERDINAND BARBEDIENNE

    Price Realised  

    Estimate

    JARDINIERE MONUMENTALE DE LA FIN DU XIXEME SIECLE
    SIGNATURE DE FERDINAND BARBEDIENNE
    En bronze ciselé et doré et émail champlevé, le corps à section carrée orné de cartouches stylisés à motif floral polychrome, les montants en colonne, signée F.BARBEDIENNE en bas à gauche
    Hauteur: 29 cm. (11 ½ in.) ; Section: 39 cm. (15 ½ in.)


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Contact the department

    Avec leur fabuleux décor, les objets présentés ici constituent un puissant témoignage de la révolution stylistique des arts décoratifs qui a cours sous le Second Empire. L'application des procédés industriels à la création artistique va en effet permettre une extraordinaire mutation technique dont les réussites sont particulièrement importantes dans le domaine des arts précieux. Cette tendance s'exprime au cours des Expositions Universelles, depuis celle de 1851 au Crystal Palace jusqu'en 1900. Ainsi, Fréderic-Jules Rudolphi présente à celle de Paris en 1855 un vase de style byzantin en acier damasquiné, aujourd'hui conservé au Victoria & Albert Museum de Londres (Inv. 2654-1856) qui a pu par son esprit (anses zoomorphes, alliance de l'esprit médiéval et mauresque, polychromie) influencer les créations de Ferdinand Barbedienne également présent à cette manifestation.
    De fait, c'est à partir de 1855 que la Maison Barbedienne s'attache les services de l'ornemaniste Louis-Constant Sevin. Si le célèbre fondeur réalise avant cette date des créations dans le goût oriental comme le brûle-parfum exposé à Paris en 1855, ses créations ultérieures, dessinées par Sevin, font triompher la couleur et associent le métal doré à l'émail champlevé, une technique emblématique des arts précieux médiévaux. Celle-ci fut redécouverte quelques années auparavant grâce à la traduction par Eugène Piot des manuels techniques du moine Théophile et de Benvenuto Cellini. Mais la Maison Barbedienne pousse plus loin le procédé en mettant au point autour de 1858 une innovation technique permettant d'obtenir directement à la fonte le réseau des cloisons dans lesquelles s'insère l'émail. La composition gagne ainsi en netteté et en précision et la gamme de couleurs employées s'en trouve enrichie.
    "Si j'emprunte aux styles du passé, j'interprète toujours", c'est par ces mots que Sevin décrivit sa démarche créative lors de l'Exposition Universelle de Londres de 1862 où les vases du musée Orsay furent présentés. Barbedienne obtint plusieurs médailles pour ses réalisations à l'Exposition de 1862 dont celle des "ouvrages en métaux précieux". Le rapport du jury est à ce titre particulièrement élogieux : "la collection d'orfèvrerie de ce fabricant possède un très grand intérêt, comme étant l'expression du sentiment artistique de l'école dont Mr. Barbedienne est un des chefs".
    D'un point de vue aussi bien technique que stylistique, les présents objets témoignent de cet esprit qui allie les influences du Moyen-Age à un certain souffle oriental et qui illustre la fantastique créativité des orfèvres du Second Empire.

    Special Notice

    This item will be transferred to an offsite warehouse after the sale. Please refer to department for information about storage charges and collection details.


    Post Lot Text

    A LATE 19TH CENTURY MONUMENTAL ORMOLU AND ENAMEL JARDINIERE SIGNED BY FERDINAND BARBEDIENNE