• Christies auction house James Christie logo

    Sale 5489

    Important Mobilier et Objets d'Art, Orfèvrerie et Céramiques Européennes, dont cinq chefs-d'oeuvre de la Collection Qizilbash.

    19 December 2007, Paris

  • Lot 324

    TABLE A THE D'EPOQUE LOUIS XVI

    TRAVAIL PROBABLEMENT VIENNOIS

    Price Realised  

    TABLE A THE D'EPOQUE LOUIS XVI
    TRAVAIL PROBABLEMENT VIENNOIS
    En placage d'amarante et ébène, filets de laiton et ornementation de bronze ciselé et doré, à deux plateaux ceints de galeries ajourées de style japonisant, le plateau supérieur orné d'une frise de feuilles de laurier, reposant sur deux montants cambrés, le plateau inférieur orné d'une frise de perles, la frise de laurier manquante, reposant sur quatre pieds fuselés à pans coupés terminés par des sabots dont un manquant
    Hauteur: 94 cm. (37 in.), Largeur: 41,5 cm. (16¼ in.), Profondeur: 33 cm. (13 in.)


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Cette table gracile et élancée est d'une grande délicatesse et d'un grand raffinement. Le double plateau, les montants évasés, la galerie ajourée rappelant les balustrades de pagodes pourrait faire penser à un meuble de fantaisie digne des un intérieurs "dans le goût chinois" à l'époque Louis XVI.

    Sa forme originale, son décor sobre jouant sur le contraste entre l'acajou, l'ébène et les filets de laiton l'apparentent au mobilier viennois de la fin du XVIIIème siècle et du tout début du XIXème siècle. Le modèle en effet rappelle la fantaisie qui gouverne la création des meubles viennois de cette époque, asociant volontiers lignes courbes et rectilignes. Le dessin de la galerie de bronze à décor d'entrelacs géométriques témoigne de cette fantaisie. Gottlieb August Pohle en donne des exemples comparables sur des dessins publiés en 1806.

    Le décor de contraste, les mêmes ieds élancés se retrouvent sue une table à écrire viennoise de la fin du XVIII7me siècle, vendue par Christie's Londres, le juillet 2006, lot 70.

    LA présente table témoigne pourtant de plus de sophistication, notamment au niveau des pieds. Ils sont surmontés d'un motif arrondi, leurs angles sont rudentés de canaux de laiton. Fantaisie certes mais ici l'ensemble reste d'une grande sobriété et d'un grand équilibre et ainsi évoque les exemples français créés par Martin Carlin ou Adam Weisweiler.

    Le nom de Martin Carlin pourrait être évoqué bien qu'à notre connaissance aucun meuble comparable ne puisse être cité. Il produisit de nombreux meubles légers, tables chiffonnières, tables à écrire soutenues par de fins montants élancés, combinant des montures de bronze d'une grande diversité et témoignant d'une grande originalité comme les galeries imitant la vannerie sur les tables conservées au Musée du Louvre à Paris, illustrées dans D. Alcouffe et al., Le Mobilier du Musée du Louvre, Tome 1, Editions Faton, Dijon, 1993, pp. 228-229. La table de du grand Cabinet de Madame Victoire à Bellevue (ibid., p. 260) est elle ornée d'une frise de feuillage similaire à celle ajourée qui orne la ceinture de la présente table.

    Une table viennoise de la fin du XVIIIème siècle, comparable, est conservée au Carnegie Institute à Pittsburgh aux Etats-Unis.

    Special Notice

    No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis


    Provenance

    Maison Barbe, antiquaire à Paris dans les années 1960.


    Post Lot Text

    A LOUIS XVI ORMOLU-MOUNTED MAHOGANY AND EBONY TEA-TABLE, PROBABLY VIENNESE