• Christies auction house James Christie logo

    Sale 1209

    Collection Yves Saint Laurent et Pierre Bergé

    23 - 25 February 2009, Paris

  • Lot 715

    TAPISSERIE DES GOBELINS D'EPOQUE LOUIS XIV

    D'APRES LES CARTONS DE ALBERT ECKHOUT ET FRANS POST, PEUT-ETRE TISSEE EN 1720 PAR LEFEBVRE FILS

    Price Realised  

    TAPISSERIE DES GOBELINS D'EPOQUE LOUIS XIV
    D'APRES LES CARTONS DE ALBERT ECKHOUT ET FRANS POST, PEUT-ETRE TISSEE EN 1720 PAR LEFEBVRE FILS
    De la tenture des "Anciennes Indes" et représentant "Le Roi porté par deux Maures", tissée en laine et soie, représentant le Roi dans un palanquin porté par deux hommes, à l'arrière plan figure un palmier, au premier plan des animaux, bordure à motifs d'acanthe et d'entrelacs, quelques restaurations à la bordure, la partie supérieure de la tapisserie retissée, probablement réduite en hauteur.
    Hauteur: 373 cm. (146 7/8 in.), Largeur: 280 cm. (110¼ in.)


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Contact the department

    HISTORIQUE DE LA TENTURE
    Cette remarquable tapisserie faisait originellement partie d'une tenture comprenant huit tapisseries décrivant la nature à la fois exubérante et exotique de la colonie hollandaise que constituait alors le Brésil. Le comte Jean-Maurice de Nassau-Siegen (décédé en 1679), gouverneur hollandais du Brésil, était particulièrement désireux de garder une trace des "merveilles du Nouveau Monde". Aussi, il demanda à des artistes, à des botanistes et à des médecins de se pencher sur la flore, la faune et les habitants de ces contrées. Il invita Albert Eckhout (décédé en 1664) et Frans Post (décédé en 1680) à voyager avec lui à travers le Brésil entre 1637 et 1644 pour y réaliser des peintures. Eckhout se concentra sur la végétation et les personnages tandis que Post se concentra sur les paysages. Dès son retour en Europe en 1644, le comte de Nassau-Siegen leur demanda de réaliser les cartons d'une série de tapisseries à partir de leurs nombreuses esquisses réalisées sur place. Les cartons furent terminés avant 1652 et Jean-Maurice de Nassau-Siegen demanda alors à Maximiliaan van der Gucht (décédé en 1689) de tisser une tenture pour son cousin Frederick William, Electeur de Brandenburg ainsi qu'une autre pour lui-même en 1667 (ces deux tentures sont maintenant disparues).

    Le comte de Nassau-Siegen offrit en 1679 à Louis XIV trente-quatre tableaux et huit cartons de la tenture des Anciennes Indes. Un inventaire de 1681 les mentionne comme 'huit grands tableaux représentant des figures d'hommes et de bêtes de grandeur naturelle, plusieurs plantes, fruits, oyseaux, animaux, poisons et paysages de Brésil'. Louis XIV fut tellement favorablement impressionné qu'il demanda aux ateliers de la manufacture royale des Gobelins de réaliser des tapisseries d'après ces cartons. Il demanda pour cela à Jean-Baptiste Belin de Fontenay (décédé en 1715), François Bonnemer (décédé en 1689), René-Antoine Houasse (décédé en 1710) et à Jean Baptiste Monnoyer (décédé en 1699) de les retoucher.

    TISSAGES
    La tenture rencontra un succès considérable et fut officiellement tissée à huit reprises aux Gobelins entre 1687 et 1730. Parallèlement, elle fut également tissée pour des commandes particulières non enregistrées, dont subsistent au moins vingt tapisseries.
    Les bordures de la présente tapisserie sont celles de la première version qui fut tissée jusqu'en 1723. Les cinq premières séries - les Grandes Indes-, furent tissées jusqu'en 1723 ; elles furent suivies par trois autres tentures - les Petites Indes- adaptées par François Desportes (décédé en 1743).
    Les cinq premières séries de la tenture initiale comprennent les tapisseries livrées au Garde Meuble sous le numéro 158 le 4 juin 1689 (tapisseries qui disparaissent vers 1900), celles livrées à la même institution sous le numéro 161 en 1690 (aujourd'hui au Mobilier National), celles (en haute lisse) qui furent offertes au tsar Pierre le Grand en 1717 et qui, très certainement, disparurent par le feu dans l'incendie du Palais d'Hiver en 1837, celles qui furent réalisées en 1718 pour Raymond de Perellos (décédé en 1720), Grand Maître des Hospitaliers de Saint-Jean à Malte et aujourd'hui conservées à Malte et enfin celles qui furent données par Louis XV à M. Bouret le 24 juillet 1769.


    IDENTIFICATION DU PRéSENT LOT
    Les cinq tissages des Grandes Indes mesuraient plus de 4,60 mètres de haut ; le présent lot, mesurant seulement 3,73 mètres, semble avoir été réduit en hauteur ce qui rend impossible toute identification certaine.
    Les tapisseries de basse lisse étaient tissées au revers des cartons originaux, tandis que la présente tapisserie est tissée dans le même sens que les cartons, ce qui signifie un tissage en haute lisse. Ce dernier était beaucoup plus onéreux (120 livres par aune carrée pour le tissage en basse lisse contre pas moins de 225 pour le tissage en haute lisse).
    Il est possible que la présente tapisserie ait été tissée entre 1718 et 1725 afin de remplacer la série offerte au Tsar et ait été ultérieurement donnée à M. Bouret, à moins qu'il ne s'agisse d'une commande privée non enregistrée. Si le présent lot est celui du cinquième tissage, il fut tissé entre 1718 et 1720 par Jean Lefebvre fils dans le second atelier de haute lisse des Gobelins. L'ensemble demeura au Garde Meuble (on sait qu'il voyagea à Rome et à Francfort) avant d'être donné à Etienne Michel Bouret en 1769 avec cette mention du marquis de Marigny: 'C'est avec plaisir, Monsieur, que j'ai à vous annoncer que Sa Majeste a voulu disposer en votre faveur du petit terrain attenant à l'Hotel des Ambassadeurs extraordinaires, que vous désirez obtenir. Le Roi a bien voulu aussi vous faire don d'une tenture des Animaux des Indes de la Manufacture des Gobelins'.

    ETIENNE MICHEL BOURET
    Bouret (décédé en 1777), né à Nantes en 1709, était un des protégés du Duc de Choiseul. Il devint Trésorier Général de la Maison du Roi en 1738, Fermier Général au début des années 1740 puis lieutenant général du gouvernement des villes et château de Corbeil en 1744. En 1752, il fut également nommé administrateur des Postes. Enfin, en 1769 -l'année où il reçoit la tenture-, il est nommé secrétaire de la Chambre et du Cabinet du Roi. Cette admission dans le cercle royal fut consolidée par le mariage, en 1750, de son frère François Bouret d'Erigny à Madeleine Poisson de Malvoisin, cousin de la marquise de Pompadour. Mais sa passion pour l'architecture et plus généralement pour les entreprises immobilières et foncières causèrent sa ruine. Il accumula une dette de plus d'un million de livres qui le conduisit au suicide en 1777.

    Special Notice

    No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis


    Provenance

    Peut-être offerte au fermier général Etienne Michel Bouret par Louis XV en 1769.
    John Pollock; vente Sotheby's, Londres, 15 juin 1973, lot 25.
    Galerie Perpitch, Paris.


    Literature

    Bibliographie comparative:
    M. Fenaille, Etat Général des Tapisseries de la Manufacture des Gobelins, Paris, 1903, pp. 371-398
    C. Bremer-David, 'Le Cheval Raye: A French Tapestry Portraying Dutch Brazil', The J. Paul Getty Museum Journal, vol. 22, 1994, pp. 21- 29
    N. Forti-Grazzini, Il patrimonio artistico del Palazzo Quirinale, Gli Arazzi, Rome, 1994, vol. II, cats. 161-166, pp. 456-457
    E. Hartkamp-Jonxis, European Tapestries in the Rijksmuseum, Zwolle, 2004, cat. 105, pp. 348-350


    Post Lot Text

    A LOUIS XIV EXOTIC TAPESTRY
    GOBELINS, AFTER A PAINTING BY ALBERT ECKHOUT AND FRANS POST, POSSIBLY WOVEN IN 1720 BY JEAN LEFEBVRE FILS
    Depicting "Le Roi Porté par Deux Maures", from the series "Les Anciennes Indes"

    HISTORY OF THE SERIES
    This magnificent tapestry originally formed part of a set of eight tapestries depicting the exotic nature and inhabitants of the Dutch colony in Brazil. Count John Maurice of Nassau-Siegen (d. 1679), the Dutch governor in Brazil between 1637 and 1644 and an official of the Dutch East Indies Company, was particularly interested in recording the 'wonders of the New World' and commissioned various artists, botanists and doctors to record the local flora, fauna and inhabitants. He invited Albert Eckhout (d. 1664) and Frans Post (d. 1680) to travel through Brazil between 1637 and 1644 on an expedition with him and collect sketches and make oil paintings of their views of the country. Eckhout focused on the figures and vegetation and Post on the landscapes. On his return to Europe in 1644, John Maurice asked the artists to prepare cartoons for a tapestry series from their sketches which they completed before 1652. He commissioned Maximiliaan van der Gucht (d. 1689) from Delft to weave a tapestry set for his cousin Frederick William, Elector of Brandenburg, and a second set for himself in 1667 (both now lost). He then presented to King Louis XIV of France 34 paintings and the eight cartoons for the series of 'Les Anciennes Indes' in 1679. An inventory of 1681 lists them as 'huit grand tableaux [...] représentant des figures d'hommes et de bêtes de grandeur naturelle, plusieurs plantes, fruits, oyseaux, animaux, poisons et paysages de Brésil'. Louis XIV was so impressed by the cartoons that he commissioned the Royal Gobelins workshops to produce tapestries to the designs in 1687 but not before he had Jean-Baptiste Belin de Fontenay (d. 1715), François Bonnemer (d. 1689), René-Antoine Houasse (d. 1710) and Jean Baptiste Monnoyer (d. 1699) retouch them.


    WEAVINGS
    The series met with great success and was officially woven at Gobelins eight times between 1687 and 1730, and also woven as unrecorded private commissions, of which at least 20 further individual panels survive. The borders of this tapestry are the first version used up to 1723. The first five sets were the Grandes Indes woven up to 1723, followed by three Petits Indes adapted by François Desportes (d. 1743). The first five sets consisted of the first tenture from the low looms (basse lisse) and in contre-partie which was supplied to the Garde Meuble as no. 158 on 4 June 1689 but disappeared by 1900, the second again from the low looms to the Garde Meuble as no. 161 by 1690 which remains there, the third from the high looms (haute lisse) which was given to Czar Peter the Great in 1717 and almost certainly burnt in the fire at the Winter Palace in 1837, the fourth from the low looms which was executed for the Grand Maître des Hospitaliers de Saint-Jean in Malta, Raymond de Perellos (d. 1720) by 1718 and which remains in Malta and the fifth from the high looms which was given by Louis XV to M. Bouret on 24 July 1769.


    IDENTIFICATION OF THE SET
    All of these five 'Grande Indes' sets were over 460 cm high but the offered lot, which only measures 373 cm. in height shows signs of having been reduced in size, thus making a definitive attribution impossible on that basis. The low loom tapestries were woven in reverse to the original designs while the offered lot is woven in the same direction as the cartoons, thus being woven on the much more expensive high looms (120 livres per square aune for the low looms while 225 for the high loom aune). It is thus possible that the offered lot was that woven between 1718 and 1725 to replace the set given to the Czar and ultimately given to M. Bouret, unless the tapestry formed part of an unrelated private commission. If the offered lot is from the fifth weaving, it was woven between 1718 and 1720 by Jean Lefebvre fils in the second high warp loom workshop of the Gobelins. The set remained at the Garde Meuble with annotations that it had been to Rome and Frankfurt but was ultimately given to Etienne Michel Bouret in 1769 with an avis by M. de Marigny: 'C'est avec plaisir, Monsieur, que j'ai à vous annoncer que Sa Majesté a voulu disposer en votre faveur du petit terrain attenant à l'Hôtel des Ambassadeurs extraordinaires, que vous désirez obtenir. Le Roi a bien voulu aussi vous faire don d'une tenture des Animaux des Indes de la Manufacture des Gobelins'.

    ETIENNE MICHEL BOURET
    Bouret (d. 1777) was born in Nantes in 1709 and was a protégé of the Duc de Choiseul. He became trésorier général de la Maison du Roi in 1738, Fermier General in the early 1740s and lieutenant général du gouvernement des villes et château de Corbeil in 1744. By 1752 he was also named administrateur des Postes and finally in 1769, the year he received the tapestry set, secrétaire de la Chambre et du Cabinet du Roi. He sealed his entry into the Royal circles by marrying his brother François Bouret d'Erigny to Madeleine Poisson de Malvoisin, a cousin of the marquise de Pompadour in 1750. His ruin came from his passion for architecture, building and real estate speculation which accumulated a debt of over one million livres and ultimately drove him to his suicide in 1777.