• Christies auction house James Christie logo

    Sale 12688

    Art Contemporain Vente du Soir

    8 June 2016, Paris

  • Lot 29 A

    ANTONI TÀPIES (1923-2012)

    Caballeros presentes (Messieurs présents)

    Price Realised  

    Estimate

    ANTONI TÀPIES (1923-2012)
    Caballeros presentes (Messieurs présents)
    signé, titré et daté '"PASSA UN HOME" 1950 tàpies' (au dos)
    huile sur toile
    81 x 100 cm. (32 x 39 ½ in.)
    Peint en 1950.


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Contact the department

    « Passe un homme, qui entre dans une grotte / Traverse un homme, qui s’en va vers la gauche / Passe, en volant, un oiseau qui s’en va / Il est trois heures à ma montre / Le ciel s’obscurcit, je pense qu’il va pleuvoir ». C’est par ce court poème qu’Antoni Tàpies choisit d’introduire cette toile intitulée Caballeros presentes. Ces vers énigmatiques sont de la main du poète Joan Brossa, dont il a fait la connaissance en novembre 1946 et qui appartient au cercle artistique Dau al Set dont Tàpies est également l’un des membres fondateurs. Une complicité se crée entre les deux hommes, Tàpies trouvant dans la poésie visuelle et expérimentale de Brossa un écho à ses propres recherches plastiques de l’époque : « Mon amitié avec Joan Brossa, plutôt qu’elle ne marque une nouvelle étape dans ma carrière de peintre, coïncide presque avec mes débuts. Peut-être parce qu’il avait quelques années de plus que moi, je le pris pour quelqu’un de sûr, sachant mieux ce qu’il voulait, et y allant sans détours. »

    Peint en 1950, Caballeros presentes est un des témoignages les plus importants des interactions qui s’opèrent alors dans le milieu de l’avant-garde catalane et de la direction que Tàpies semble vouloir choisir. En effet, c’est là une des rares toiles sur laquelle il cite directement le poète et dans laquelle il se représente – énigmatique et inquiétant – couvert d’un chapeau haut-de-forme et les yeux clos aux côtés de Brossa peint de profil. A la manière des surréalistes dont il explore alors les œuvres, Tàpies construit cette œuvre comme à quatre mains, les vers mystérieux du poète trouvant une résonnance au sein d’une composition volontairement ésotérique. « Je me risquais à recourir au monde de l’inconscient, du rêve, de la vision hallucinée, encouragé en cela par tous les modèles surréalistes que je venais de découvrir. » explique-t-il.

    L’histoire de cette œuvre souligne également les premiers pas de l’artiste vers la reconnaissance. En effet, elle fut exposée lors de sa toute première exposition personnelle, aux Galeries Layetanes de Barcelone, en octobre 1950 et fut également présentée dans sa première exposition américaine, à la Marshall Field & Co Gallery de Chicago en 1953.

    Emblématique de l’exploration des apports surréalistes - l’artiste se rendra pour la première fois à Paris en novembre 1950 afin de rencontrer les tenants de l’avant-garde française – Caballeros presentes traduit également l’ambition de Tàpies pour s’en approprier les codes pour mieux les dépasser, leur conférant une vision propre, lunaire, ainsi que le commentait le critique Joan Teixidor : « Ce peintre est un peintre des nocturnes. Monstres et objets baignent dans une lumière fantomatique, traversée par des fils lunaires qui la transpercent. […] il ne reste que l’étau du mystère et du silence, la trouble clarté lunaire où l’artiste se plaît » (J. Teixidor, Destino, 4 novembre 1950).




    « A man goes by, enters a grotto/ A man crosses, going left/A bird flies over and away /It is three o’clock at my watch/The sky darkens, I think it will rain”. Antoni Tàpies chose to introduce this painting entitled Caballeros presentes with this short poem. These enigmatic lines are by the poet Joan Brossa, whom he met in November 1946 and who belonged to the Dau al Set artistic circle, of which Tàpies was also a founding member. The two built an affinity, Tàpies finding in Brossa’s experimental and visual poetry an echo to his own artistic research of the time: “My friendship with Joan Brossa, rather than marking a new stage in my career as a painter, almost coincides with my beginnings. Maybe because he was a few years older than I, I took him form someone safe, who knew better what he wanted and went straight there”.

    Painted in 1950, Caballeros presentes is one of the major testimonies of the interactions at play in Catalan avant-garde and of the direction Tàpies wanted to choose. It is indeed one of the rare paintings on which he directly quotes the poet and in which he represents himself – enigmatic and disturbing – wearing a top hat, eyes closed, next to Brossa painted in profile. In the manner of surrealist artists, whose work he was exploring at the time, Tapies built this painting as if with four hands, the poet’s mysterious lines resonating within a voluntarily esoteric composition. “I ventured into using the world of the unconscious, of dreams, of hallucinated visions, encouraged in that by all the surrealist models which I had just discovered”, he explained.

    The history of this work also marks the artist’s first steps towards recognition. In fact, it was shown at his very first personal exhibition at the Layetanas Gallery in Barcelona, in October 1950 and also at his first exhibition in the United-States, at the Marshall Field & Co Gallery in Chicago in 1953.

    Caballeros presentes is iconic of his exploration of surrealist sources – the artist came to Paris for the first time in November 1950 to meet the French avant-garde; it also conveys Tàpies’s ambition to appropriate its codes to better go beyond them, endowing them with his own lunar vision as the critic Joan Teixidor wrote: “This painter is a painter of nocturnes. Monsters and objects are bathed in ghostly light, traversed by piercing threads of moon (…) there remains only the vice of mystery and silence, the blurred moonlight in which the artist revels”. (J. Teixidor, Destino, 4 November 1950).


    Special Notice

    Artist''s Resale Right ("droit de Suite"). If the Artist''s Resale Right Regulations 2006 apply to this lot, the buyer also agrees to pay us an amount equal to the resale royalty provided for in those Regulations, and we undertake to the buyer to pay such amount to the artist''s collection agent.


    Provenance

    Galerías Layetanas, Barcelone
    Collection privée, Barcelone (acquis dans les années 1950)
    Puis par descendance au propriétaire actuel


    Literature

    J. J. Tharrats, Antoni Tàpies o el Dau Modern de Versalles, Barcelone, 1950, No. XIII (illustré).
    P. Gimferrer, Tàpies i l'esperit català, Barcelone, 1974, pl. 117 (illustré p. 95).
    A. Agustí, Tàpies, Catalogue raisonné - Volume 1. 1943-1960, Paris, 1989, No. 282 (illustré p. 134).


    Exhibited

    Barcelone, Galerías Layetanas, Antoni Tàpies, 1950, No. 8.
    Chicago, Marshall Field & Company, Antoni Tàpies, avril-mai 1953, No. 17.
    Barcelone, Galería Greca, Mirall i miratge, juin 1987.


    Post Lot Text

    'CABALLEROS PRESENTES (MÉSSIEURS PRÉSENTS)'; SIGNED, TITLED AND DATED ON THE REVERSE; OIL ON CANVAS.