• Christies auction house James Christie logo

    Sale 5523

    Tableaux Anciens et du 19ème Siècle

    26 June 2008, Paris

  • Lot 28

    NICOLAS DE PLATTEMONTAGNE (PARIS 1631-1706)

    Déploration sur le Christ mort

    Price Realised  

    NICOLAS DE PLATTEMONTAGNE (PARIS 1631-1706)
    Déploration sur le Christ mort
    Huile sur toile
    123,5 x 93,8 cm. (48 5/8 x 36 7/8 in.)


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Dominique-Vivant Denon tenait ce tableau pour une oeuvre de Charles Le Brun, premier peintre de Louis XIV. Selon le témoignage de son neveu rapporté dans le catalogue de la vente Girou de Burazeingues, Denon le considérait comme l'un des fleurons de sa collection au point de le placer dans une pièce à part de son appartement qu'il appelait son sanctuaire aux côtés du Gilles de Watteau et d'un Portrait de Femme d'Andrea del Sarto. Après la mort de Denon, le tableau passa deux fois en vente publique et fut exposé quatre fois au XXème siècle comme une oeuvre de Charles Le Brun.
    Datée par les spécialistes vers 1680-1690, cette oeuvre revient en réalité à Nicolas de Plattemontagne, un élève et collaborateur de Philippe de Champaigne, fortement influencé par Charles Le Brun, récemment redécouvert et dont on ne connait plus qu'une vingtaine de peintures et une centaine de dessins. Des rapprochements très intéressants ont pu être établis entre des oeuvres de Plattemontagne à l'occasion de la récente exposition du Musée d'Evreux consacrée à l'atelier de Philippe de Champaigne où fut présenté notre tableau. En dehors des canons de personnages, d'une gamme de coloris et d'un traitement du paysage bien particuliers, l'oeuvre de Plattemontagne se distingue par un attachement à l'expression des passions, parfois proche d'une certaine dramatisation.
    Le linceul qui flotte en haut de la croix est un intéressant détail iconographique remarqué par Frédérique Lanoë dans le catalogue de l'exposition d'Evreux : 'le fait que Plattemontagne l'ait représenté ici en mouvement donne à son tableau une portée symbolique plus poussée. En effet, la croix s'apparente ainsi plus explicitement à un étendard, l'Etendard de la Croix, auquel saint François de Sales a consacré un traité (Défense de l'Estendart de la saincte Croix de notre Sauveur Jesus-Christ, Lyon, 1600). Le théologien dont les écrits ont eu un impact profond sur la spiritualité du XVIIème siècle, y exprime cette idée dans un chapître intitulé 'De la façon de peindre les croix': 'la croix comporte un traversier...auquel pendoit un voile, comme on fait maintenant en nos gonfanons, pour montrer que c'estoit l'estendart de Jesus-Christ' (F. Lanoë, dans le catalogue d'exposition A l'Ecole de Philippe de Champaigne, Evreux, 2007, p. 164).
    André Berne-Jouffroy (1915-2007) qui légua ce tableau à l'UNICEF était un écrivain, critique littéraire et artistique. Collaborateur de la Nouvelle Revue Française, il fut chargé de mission pendant vingt-cinq ans au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris. Son nom reste attaché à de nombreuses expositions dans ce musée (Lam, Matta, Kandinsky, Music, Hartung) ainsi qu'à l'Orangerie (Mondrian) et au Grand Palais (Jean Paulhan). Il fut l'auteur d'un Dossier Caravage paru aux Editions de Minuit en 1959.
    Nous remercions Monsieur Dominique Brême et Mademoiselle Frédérique Lanoë pour leur aide à la rédaction de cette notice.

    Special Notice

    No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis


    Provenance

    Baron Dominique-Vivant Denon ; sa vente, Paris, 1er mai 1826, lot 142 (comme 'Charles Le Brun'), acquis par Durand.
    Docteur Girou de Buzareingues ; sa vente après décès, Paris, Hôtel Drouot, 26 février 1892, lot 23 (comme 'Charles Le Brun'), acquis par Mme Maure, sa fille.
    Mme Maure ; sa vente, Paris, Hôtel Drouot, 6 mars 1929, lot 18 (comme 'Charles Le Brun'), acquis par la famille.
    Par héritage jusqu'à Mr. André Berne-Joffroy, qui le légua en 2007 à L'UNICEF.


    Pre-Lot Text

    PROPRIETE DE L'UNICEF


    Literature

    J. Du Seigneur, 'Essai d'un catalogue raisonné de l'Oeuvre de Charles Le Brun', Annuaire des artistes et des amateurs, Paris, 1862, cat. 58 (comme 'Charles Le Brun').
    A. Siret, Dictionnaire historique et raisonné des peintres de toutes les écoles, Bruxelles, 1883, 1, p. 534 (comme 'Charles Le Brun').
    H. Jouin, Charles Le Brun et les arts sous Louis XIV..., Paris, 1889, pp. 479-480 (comme 'Charles Le Brun').
    H. Mireur, Dictionnaire des ventes d'art faites en France et à l'étranger pendant les XVIIIème et XIXème siècles, Paris, 1911, IV, pp. 236-237 (comme 'Charles Le Brun').
    C. Wright, The French painters of the seventeenth century, Boston, 1985, p. 206, (comme 'Charles Le Brun').


    Exhibited

    Paris, Palais des Champs Elysées, Tableaux anciens empruntés aux galeries particulières, 1866, no. 96 (comme 'Charles Le Brun').
    Paris, L'art français sous Louis XIV et Louis XV, 1888, no. 24bis (comme 'Charles Le Brun').
    Versailles, Château de Versailles, Charles Le Brun 1619-1690, juillet-octobre 1963, cat. 15, p. 35, ill. (comme 'Charles Le Brun'). Paris, Musée du Louvre, Dominique-Vivant Denon, L'oeil de Napoléon, 20 octobre-17 janvier 2000, cat. 535, p. 439, ill. p. 445 (comme 'Charles Le Brun').
    Evreux, Musée d'Evreux, A l'Ecole de Philippe de Champaigne, 18 novembre 2007-17 février 2008, cat. 45, p. 164, ill. p. 165.


    Post Lot Text

    THE DEPLORATION, OIL ON CANVAS, BY NICOLAS DE PLATTEMONTAGNE

    This painting was long considered to be by Charles Le Brun. It was under this attribution in Dominique-Vivant Denon's collection who held it as one of his three most important paintings alongside a Watteau and an Andrea del Sarto.

    Nicolas de Plattemontagne was a pupil and assistant of Philippe de Champaigne also influenced by Charles Le Brun. Recently re-discovered, his corpus today consists of about twenty paintings and a hundred drawings, some of them -including the present painting- were shown in a recent exhibition in Evreux.

    The authors of the exhibition catalogue note in this painting an interesting iconographic detail, caracteristic of the artist's attention to religious writings of his time. The cloth floating at the top of the cross would be the symbol of the banner of Jesus, as it is described by Saint François of Sales in his 1600 publication, Défense de l'Etendard de la Saincte Croix de notre sauveur Jesus-Christ.

    We are grateful to Professor Dominique Brême and Frederique Lanoë for their help in cataloguing the present painting.