• Lot 66

    AMÉLIE GUILLOT-SAGUEZ (1810-1864)

    Rome, 1847

    Price Realised  

    Estimate

    AMÉLIE GUILLOT-SAGUEZ (1810-1864)
    Rome, 1847
    Exceptionnel et inédit Album comprenant 37 épreuves sur papier salé dont 5 signées ‘Photographe A. Guillot-Saguez Rome 1847’ à l'encre (sur l'image) et 7 signées et datées (dans l’image). Chaque image est légendée au crayon sur la feuille.
    Album portant un titre et une dédicace à l’encre en première page 'Rome - Souvenir à Madame L des Bordes’. Dédicace à l’encre sur une feuille libre : "Voici ma bien bonne amie, l’album que vous avez désiré. Toutes les épreuves ne sont pas aussi parfaites que j’aurais aimé à vous les donner. Vous savez qu’elles ont été prises à Rome et que nous n’avions pas la machine qui convient pour faire les vues. (Excepté l’académie, on nous en a prêté une ce jour là). Mais tel qu’est cet album, Veuillez l’accueillir avec notre indulgence accoutumée et vous rappeler que le cœur qui vous l’offre à l’occasion donnerait pour vous sa vie."

    In-8 oblong, reliure de l’époque (222 x 301 x 10 mm), maroquin aubergine à long grain, plats ornés d’un encadrement doré et à froid avec fleuron central avec initiales R.B. au centre du premier plat, tranches dorées

    album 22.2 x 30 x 1 cm. (8 ¾ x 11 7/8 x 0 3/8 in.)
    chaque image env. 12.5 x 17 cm. (4 7/8 x 6 ¾ in.)
    à l’exception de 3 épreuves de formats 21.6 x 16.2 et 25 x 19.5 cm. (8 ½ x 6 3/8 & 9 7/8 x 7 5/8 in.)

    ill.1 Portique de l’Académie de France Villa Medici
    ill.2 Porta Maggiore
    ill.3 Eglise de Santa Maria in Cosmedin dite Bocca della Verita
    ill.4 Amphithéatre Flavius dit le Colysée
    ill.5 Ruines du Temple d’Antonin et Faustine
    ill.6 Temple de la Fortune Virile maison du Tribun Rienzi
    ill.7 Cour du Cloître de San Pietro in Vincoli Puits construit par Michel Ange
    ill.8 Villa Borghese
    ill.9 San Pietro E Il Vaticano
    ill.10 Ambon (Style Byzantin) dans l’antique basilique de S. Lorenzo hors les murs
    ill.11 Le Tibre à Ripetta Dome de l’Eglise San Carolo dans le fond l’Academie de France
    ill.12 Torre detta di Cesare Borgia
    ill.13 Le Moïse de Michel Ange – Statue exécutée sur le tombeau du Pape Jules II (Eglise de S. Pietro in Vincoli)
    ill.14 Chanoines du Chapitre de St. Jean de Latran (Cloître de San Pietro in Vincoli)
    ill.15 Colysée pris interieurement
    ill.16 Casino di Raffaello nella Villa Borghese
    ill.17 Arc de Constantin près du Colysée
    ill.18 Le Forum, Temple de Jupiter Stator
    ill.19 Château St Ange St Pierre
    ill.20 Le Piefferaro Benedetto (modèle)
    ill.21 Borghettano. Frontière du Royaume de Naples et des états romains
    ill.22 La Giovanna Borghettana, frontière du Roy de Naples et des états romains
    ill.23 Benedetto Paysan des montagnes
    ill.24 Reproducton Photographique fragment d’une gravure
    ill.25 Fac simile photographique d’un dessin à la plume de Raphaël
    ill.26 Colonne antique sur la place Ste Marie Majeure
    ill.27 Le Pont de Ripetta
    ill.28 Non titré
    ill.29 Temple de Vesta sur le Tibre et dans le fond le Mont Palatin et les ruines du Palais des Césars
    ill.30 Jardin d’orangers sur le Tibre Autrefois Propriété de la famille de Béatrice Cenci
    ill.31 Non titré
    ill.32 Non titré
    ill.33 Fontana della Tartarughe
    ill.34 Colonne de Phocas Eglise et Dôme de l’Académie de St Luc Arc de Septime Sevère
    ill.35 Fragment de la Fontaine de Trevi
    ill.36 Porta Maggiore
    ill.37 l’Academie de France Villa Medici


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Contact the department

    Cet album complètement inédit constitue une découverte importante dans l’histoire de la photographie à plusieurs titres. Il s’agit de l’unique album retrouvé à ce jour comprenant autant d’épreuves réalisées par Amélie Guillot-Saguez. Cette découverte vient confirmer qu’elle fut la, ou l’une des premières femmes photographes françaises de cette époque. En effet, parmi les très rares épreuves connues d’Amélie Guillot-Saguez, quatre se trouvent dans l’album que Victor Regnault réalisa et qui est aujourd’hui conservé à la Société Française de Photographie, une est conservée à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts à Paris et quelques très rares autres se trouvent en mains privées. Les notes manuscrites qui accompagnent cet album sont des témoignages émouvants mais aussi importants puisqu’elles précisent le contexte dans lequel elle réalisa ses épreuves : « …nous n’avions pas la machine qui convient pour faire les vues. (Excepté l’académie, on nous en a prêté une ce jour là) » et elles apportent des détails jusqu’alors inconnus comme le prénom du fameux Pifferaro se trouvant dans l’album Regnault.
    Amélie Saguez, artiste peintre, épouse le Docteur Jacques-Michel Guillot, physicien chimiste, en 1835. Elle expose des tableaux en 1835 puis 1841 sous le double nom de Guillot-Saguez puis le nom du couple apparait sous l’enseigne ‘daguerréotypistes’ rue Vivienne à Paris. Ensemble, ils sont à l’origine de l’amélioration du procédé photographique du calotype avec la publication en 1847 par le Docteur Guillot-Saguez de l’ouvrage Méthode théorique et pratique de photographie sur papier décrivant les différentes étapes du procédé. Cette méthode est reconnue pour avoir amélioré le procédé de Talbot mais également celui de Blanquart. Quelques années auparavant, en 1845, les époux Guillot-Saguez et leur fils, Henri Léon, quittent la France pour l’Italie où ils séjournent jusqu’en 1847. Amélie Guillot-Saguez commence alors à signer ses premiers calotypes en parcourant l’Italie entre Rome et Naples. Elle est la seule femme ayant fait partie du groupe d’artistes, français, italiens ou anglais ayant choisis l’Italie comme champs d’investigation. Ce cercle se retrouve fréquemment au Caffé Greco. En 1849, elle expose ses épreuves à l’Exposition de Produits de l’Industrie à Paris. Son travail est récompensé par une médaille de bronze et salué par l’un des membres, Léon Laborde, qui étrangement la présente au masculin comme « Messieurs Saguez ». Le couple s’exilera en Algérie en 1860, et leur nom semble disparaitre des salons et des archives après cette date.

    This previously unseen album is an important discovery in the history of photography for several reasons. It is the only known album to have currently been found to contain so many photographs taken by Amélie Guillot-Saguez. This discovery confirms the belief that Amélie Guillot-Saguez was one of, if not the first, French female photographer of the period. Of the very rare prints known to be by Amélie Guillot-Saguez, four can be found in the album created by Victor Regnault and now kept at the Société Française de Photographie, another is kept at the École Nationale Supérieure des Beaux-Arts in Paris, and very few others are in private hands. The handwritten notes that accompany this album are moving as well as significant testimonies as they clarify the context in which she took her photographs: “…we did not have the right machine for views. (Apart from the academy, we were lent one that day)”. They also offer previously unknown details such as the first name of the famous Pifferaro, found in the Regnault album.
    Amélie Saguez, painter and artist, married Docteur Jacques-Michel Guillot, physicist and chemist, in 1835. She exhibited pictures in 1835 and again in 1841 under the double-barrelled name of Guillot-Saguez, before the couple’s name appeared under the description “daguerreotypists” on rue Vivienne in Paris. They worked together on improving the photographic process of the calotype with the publication in 1847 by Docteur Guillot-Saguez of Méthode théorique et pratique de photographie sur papier, which described the different stages of the process. This method is recognised as having improved Talbot’s process as well as that of Blanquart. A few years earlier, in 1845, the Guillot-Saguez couple and their son, Henri Léon, had left France for Italy, where they stayed until 1847. It was at this time that Amélie Guillot-Saguez began signing her first calotypes as she travelled in Italy between Rome and Naples. She was the only woman to be part of the group of French, Italian and English artists who had chosen Italy as the location for their research. The circle met regularly at the Caffè Greco. In 1849, she exhibited her prints at the Exposition de Produits de l’Industrie in Paris. Her work was awarded a bronze medal and praised by one member, Léon Laborde, who oddly referred to her with the masculine address “Messieurs Saguez”. The couple would later go into exile in Algeria in 1860, after which their names seem to disappear from the salons and archives.


    Post Lot Text

    EXCEPTIONAL, PREVIOUSLY UNKNOWN ALBUM OF 37 SALT PAPER PRINTS. 5 SIGNED IN INK (IMAGE), 7 SIGNED AND DATED (NEGATIVE). EACH ANNOTATED IN PENCIL (SHEET). ALBUM WITH TITLE AND DEDICATION ON THE FIRST PAGE. OBLONG 8°, CONTEMPORARY BINDING, PURPLE STRAIGHT GRAIN MOROCCO, GILT CIPHER R.B. ON UPPER COVER, GILT EDGES