• Christies auction house James Christie logo

    Sale 12609

    Art Impressionniste & Moderne

    31 March 2016, Paris

  • Lot 221

    Edgar Degas (1834-1917)

    Femme se frottant le dos avec une éponge, torse

    Price Realised  

    Estimate

    Edgar Degas (1834-1917)
    Femme se frottant le dos avec une éponge, torse
    avec le cachet 'Degas' (à l'arrière de la jambe droite; Lugt 658), numéroté et avec le cachet du fondeur '28/S CIRE PERDUE A. A. HÉBRARD' (à l'arrière de la jambe gauche)
    bronze à patine brune
    Hauteur: 43.4 cm.
    L'original en cire ou en terre exécuté en 1888-92; cette épreuve en bronze fondue à partir de 1919 dans une édition de 20 exemplaires numérotés de A à T, plus 2 exemplaires réservés aux héritiers de l'artiste et au fondeur

    stamped ‘Degas’ (at the back of the right leg ; Lugt 658), numbered and stamped with the foundry mark ‘28/S CIRE PERDUE A. A. HÉBRARD’ (at the back of the left leg)
    bronze with brown patina
    Height: 17 1/8 in.
    The original in wax or clay conceived in 1888-92 ; this bronze cast from 1919 in an edition of 20 numbered from A to T plus 2 reserved for the heirs and the foundry


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Contact the department

    À partir de la fn des années 1870 et durant tout le reste de la carrière d’Edgar Degas, le sujet de la femme à sa toilette occupe une place prépondérante dans son oeuvre. Des centaines de dessins, gravures, monotypes et pastels font écho à ses sculptures et témoignent de sa fascination pour ce thème. Les poses à la fois gracieuses et gauches, les attitudes aussi naturelles que contorsionnées, ont le caractère spontané et sans fard par lequel Degas recrée l’atmosphère d’intimité qui lui est chère.
    Si un lien certain peut être établi entre la statuaire de Degas et celle de ses prédécesseurs classiques, il est tout particulièrement mis en évidence par Femme se frottant le dos avec une éponge, torse. En effet, elle rappelle les fragments antiques admirés par d’innombrables générations d’artistes et conservés dans les plus grands musées du monde, parmi lesquels le Louvre, où se rend fréquemment Degas pour les contempler et les croquer. Figurant un torse de femme, la présente sculpture ofre des proportions quasiclassiques, l’impression en étant accentuée par l’absence de tête et l’aspecttronqué des membres. Toutefois, la jeune femme est représentée à sa toilette, se frottant le dos, dans un acte tout à fait banal et quotidien. La modernité de cette scène contraste délibérément avec les attributs classiques de l’oeuvre, conférant une certaine poésie à ce geste prosaïque.
    L’on pourrait croire que Femme se frottant le dos avec une éponge, torse est le fragment d’une oeuvre plus complète. Il n’en est rien car Degas lui-même en fit faire un plâtre, en l’état, par le fondeur Hébrard. Il est à souligner que la plupart de ses bronzes furent fondus à partir des cires retrouvées dans son atelier à sa mort, la cire (ou la terre) constituant en sculpture l’état initial, encore modifiable. Le plâtre, quant à lui, est l’état ultime avant le bronze, obtenu par destruction de la cire originale. En la faisant réaliser en plâtre de son vivant, Degas choisit donc sciemment la fgure de Femme se frottant le dos avec une éponge, torse telle qu’elle fut ensuite fondue en bronze et nous est présentée ici, comme sa forme défnitive et aboutie.

    From the late 1870s to the end of his career, the bather enjoyed a persistent hold over Degas’s artistic imagination ; hundreds of drawings, etchings, monotypes, and pastels, along with sculptural compositions, bear witness to the artist’s fascination with the intimate actions of the woman at her toilette. Degas’s explorations of the bather capture postures at once graceful and awkward, natural and complex, their momentary and unafected character helping to create the appearance of intimacy which the artist sought. There is a strong link between Edgar Degas’ sculptures and those of his classical predecessors, but this is perhaps nowhere so clear as in Femme se frottant le dos avec une éponge, torse. This sculpture is reminiscent of the ancient fragments that have been so revered by artists through the ages and which feature so prominently in the museums of the world, not least the Louvre which he himself visited and indeed painted. This work comprises the torso of a woman , appearing almost classical in its proportions - all the more so because of the lack of head or limbs. The woman is shown spongeing herself, an act that is deliberately everyday: Degas has fused ancient precedent with the realities of modern life and domesticity. In this way, that prosaic action which runs like such a strong thread through so many of his most famous pictures has here been imbued with a timeless poetry.
    Femme se frottant le dos avec une éponge, torse could be seen as a fragment, yet this appears to have been part of a deliberate decision of the artist himself, as this bronze was made from a plaster cast upon request of Degas by Hébrard. Revealingly, most of the bronzes that were cast of Degas’ sculptures were based on his wax sculptures found in the studio after his death. The wax is the frst step of the casting process, and can be modifed by the artist. Instead, a plaster cast is the final version before the bronze, and is obtained by destroying the original wax. The fact that Degas had already cast this work in plaster during his own lifetime, hence
    choosing once and for all how it would later look in bronze, reveals an incredibly rare appreciation of the composition on the part of the artist himself.

    Provenance

    Fonderie Hébrard, Paris.
    Collection particulière, Paris (acquis auprès de celle-ci, entre 1934 et 1938).
    Puis par descendance au propriétaire actuel.


    Literature

    J. Rewald, Degas, Works in Sculpture, A Complete Catalogue, New York, 1944, p. 26, no. LI (une autre épreuve illustrée, p. 113).
    J. Rewald, Degas’s Sculpture, The Complete Works, Londres, 1957, p. 153, no. LI (une autre épreuve illustrée, pl. 80).
    F. Russoli et F. Minervino, L’opera completa di Degas, Milan, 1970, p. 144, no. S55 (une autre épreuve illustrée).
    A. Pingeot, Degas Sculptures, Paris, 1991, p. 178, no. 55 (la version en plâtre et une autre épreuve illustrées, et illustrée de nouveau, p. 148-149).
    S. Campbell, ‘Degas, The Sculptures, A Catalogue Raisonné’, in Apollo, août 1995, p. 24-25, no. 28 (une autre épreuve illustrée, p. 24).
    J.S. Czestochowski et A. Pingeot, Degas Sculptures, Catalogue Raisonné of the Bronzes, Memphis, 2002, p. 177, no. 28 (une autre épreuve illustrée, p. 176-177 et la version en plâtre illustrée en couleurs, p. 13, fg. 3).
    S. Glover Lindsay, D.S. Barbour et S.G. Sturman, Edgar Degas Sculpture, Washington, 2010, p. 41 et 266-270, no. 45 (la version en plâtre illustrée, p. 41 et 267-269).