e recherche " /> e recherche " /> Le Corbusier (Charles-Edouard Jeanneret, 1887-1965) et Joseph Savina (1901-1983) , Étude de tête pour "La Sculpture Femme", 3<span style='font-size:9'>e</span> recherche | Christie's
  • Christies auction house James Christie logo

    Sale 12701

    Paris Avant-Garde

    20 October 2016, Paris

  • Lot 15

    Le Corbusier (Charles-Edouard Jeanneret, 1887-1965) et Joseph Savina (1901-1983)

    Étude de tête pour "La Sculpture Femme", 3e recherche

    Price Realised  

    Estimate

    Le Corbusier (Charles-Edouard Jeanneret, 1887-1965) et Joseph Savina (1901-1983)
    Étude de tête pour "La Sculpture Femme", 3e recherche
    signé des initiales 'JS. LC.' (à l'arrière du cou)
    acajou
    39.5 x 35 x 14.8 cm.
    Exécuté entre 1953 et 1962

    signed with the initials 'JS. LC.' (at the back of the neck)
    mahogany
    15 ½ x 13 ¾ x 5 7/8 in.
    Executed between 1953 et 1962


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Contact the department

    Éric Mouchet a confirmé l'authenticité de cette œuvre.

    Cette Tête de femme, récemment redécouverte, compte parmi les quelques très rares études en trois dimensions connues pour une sculpture de Le Corbusier.
    L’artiste, qui a fait réaliser par l’ébéniste breton Joseph Savina l’intégralité de son corpus sculpté, donnait à ce dernier, pour chaque œuvre, des consignes extrêmement précises au travers de nombreux courriers, conversations et croquis. Il exigeait de l’artisan une totale fidélité à ses recommandations, et effectuait occasionnellement lui-même quelques retouches finales sur ses sculptures.
    Cette implication totale de Le Corbusier dans le processus de création, et le contrôle absolu qu’il exerçait sur les œuvres qui lui étaient apportées de l’atelier de Savina, permettent d’affirmer que ces sculptures lui sont incontestablement attribuables, au même titre que le sont ses constructions, ses lithographies ou ses tapisseries, dont la réalisation était également confiée aux meilleurs artisans.
    La sculpture Femme en pied a fait l’objet de plusieurs versions successives, qui attestent l’intérêt de l’artiste pour sa composition complexe : la première date de 1952 et mesure 45 centimètres. Une seconde recherche sur le même thème et d’une hauteur d’un mètre est réalisée en mars 1953. Dans la foulée, Savina termine [1] le 18 septembre 1953 une sculpture de 183 centimètres, qui met la Femme à la taille exacte du Modulor.
    En 1962, suite à une demande émanant de sa galeriste, Le Corbusier commande à Savina deux autres exemplaires de cette sculpture de 183 cm. (Fig. 1 .). Savina lui écrit le 6 octobre qu’il vient d’en terminer une [2] «dont il est content». Une photographie de 1962 montre Savina et les deux Femmes, dans l’atelier de l’artisan, derrière Le Corbusier procédant à la polychromie d’une autre sculpture (Fig. 2.).
    Cette Tête de femme unique présente plusieurs différences notables avec celle de la sculpture en pied de 1953. Sa forme globale en cœur, son cou fuselé et surtout son nez biaisé se retrouvent dans cette œuvre, mais le traitement différent de l'œil, des lèvres et de la chevelure s’apparente plus à celui des têtes des sculptures réalisées en 1962. Malgré ces ressemblances, cette Tête n’est pour autant pas parfaitement identique à celles des Femmes en pied de 1962. Il s’agit donc très vraisemblablement d’une recherche de variante, sculptée en 1962, au moment de la mise au point des deux nouvelles versions de la Femme de 183 cm.
    Eric Mouchet, Expert près la Cour d’Appel de Paris, septembre 2016
    1. Lettre de Savina à Le Corbusier, FLC F3-18-106
    2. Lettre de Savina à Le Corbusier, FLC F3-18-272


    This recently rediscovered Head of a Woman is one of the very few known three-dimensional studies for a sculpture by Le Corbusier.
    The artist commissioned the Breton cabinetmaker, Joseph Savina, to make all of his sculptures, providing him with extremely precise instructions for each work through numerous letters, conversations and sketches. He expected the artisan to remain absolutely faithful to the guidelines given him, and occasionally Le Corbusier made a few last alterations to the sculptures himself.
    Le Corbusier’s full involvement in the creative process, and the total control he exercised over the works that were brought to him from Savina’s workshop, support the assertion that his sculptures are indisputably his own work. The same is true of his buildings, lithographs and tapestries, the making of which was also entrusted to the preeminent craftsmen.
    There were several successive versions of the standing sculpture Femme, demonstrating the artist’s interest in its complex composition: the first dates to 1952 and measures 45 centimetres. A second study on the same subject was made in March 1953. This version was one metre high. Very soon afterwards, on 18 September 1953, Savina completed[1] a sculpture of 183 centimetres, putting the Femme at exactly the same height as the Modulor.
    In 1962, following a request from his gallery, Le Corbusier ordered two further copies of this 183 cm. sculpture from Savina. Savina wrote to him on 6 October saying that he had just completed one of them and [2] “was happy with it.” A 1962 photograph shows Savina and the two Femmes in the artisan’s workshop, with Le Corbusier behind them polychroming another sculpture (Fig. 2.).
    This unique Tête de femme is notably different from the head of the 1953 standing sculpture. The overall heart shape, the tapered neck and especially the slanted nose all reappear in this work, but the different treatment of the eye, the lips and the hair more closely resembles that used for the heads of the sculptures made in 1962. However, in spite of these similarities, this Head is not completely identical to those of the 1962 standing Femmes. It is therefore in all likelihood a variant study, sculpted in 1962, when the work was being completed on the two new versions of the Femme of 183 cm.
    Eric Mouchet, Expert près la Cour d’Appel de Paris, September 2016
    1. Letter from Savina to Le Corbusier, FLC F3-18-106
    2. Letter from Savina to Le Corbusier, FLC F3-18-272


    Provenance

    Joseph Savina, Tréguier.
    Yves Moreau, France (don de celui-ci, vers 1963).
    Puis par descendance au propriétaire actuel.


    Literature

    Fondation Le Corbusier, P. Sers, ed., Le Corbusier, Savina, dessins et sculptures, Paris, 1984, p. 91, no. 13 (une version finale et monumentale illustrée en couleurs, p. 34-35).