• Christies auction house James Christie logo

    Sale 5548

    Collection Alan Mann - Art Africain

    4 December 2008, Paris

  • Lot 311

    RARE ET IMPORTANT MASQUE GOURO, GU

    XIXE SIÈCLE, CÔTE D'IVOIRE

    Price Realised  

    RARE ET IMPORTANT MASQUE GOURO, GU
    XIXe siècle, Côte d'Ivoire
    Le visage de forme ovale, la bouche aux lèvres légèrement entrouvertes, le nez allongé, les yeux percés d'une fente, le haut front bombé avec au centre trois kéloïdes, la coiffure lisse avec une bandeau de trois rainures formant des arcs de cercle, le tout surmonté par une haute corne recourbée, la base à décor de rectangles concentriques et d'une bande jaune, la bordure percée pour attachement. Patine noire avec reste de pigments blanc et rouge-brun. Manques et réparation indigène à la corne.
    Hauteur: 59 cm. (23¼ in.)


    Contact Client Service
    • info@christies.com

    • New York +1 212 636 2000

    • London +44 (0)20 7839 9060

    • Hong Kong +852 2760 1766

    • Shanghai +86 21 6355 1766

    Il s'agit d'un des plus magnifiques masques Gouro qui a survécu. Bill Fagg, qui ne donnait généralement pas de superlatifs, a dit à Alan Mann qu'il était superbe, provenant de la génération la plus ancienne des masques Gouro et constituant un des plus importants témoignages du génie sculptural de cette culture. Selon lui, il s'agit d'un des masques les plus puissants, l'effet dominant accru par la corne massive, en bois. Cette vente donne aux acheteurs une chance unique d'acquérir une oeuvre si ancienne.
    Relativement peu de masques de cette période ancienne ont survécu dans la région centre de la Côte d'Ivoire, où vivent les Gouro. Ces derniers constituent un peuple autonome et farouchement indépendant, ayant résisté aux avances des forces françaises durant la colonisation, lors de la première décennie du XXe siècle, lorsqu'un grand nombre de leurs villages furent rasés. Christian Duponcheel a laissé entendre que le grand père du Dr Bouffard avait acquis le masque avant 1900, ce qui a été confirmé par Loed Van Bussel qui avait rendu visite au fils de ce dernier (père du Dr Bouffard), alors âgé, à Lourdes, dans les années 1960.

    Un ouvrage très important a été consacré aux Gouro, écrit par Eberhard Fischer, Guro Masks, Performances and Master Carvers in Ivory Coast, Zurich, 2008.
    Mais aussi un article par Ariane Deluz dans le livre de Jean Paul Barbier, Art of the Côte d'Ivoire from the Collections of the Barbier-Mueller Museum (Genève, 1993, 2 vols, pp.234-245, ainsi que celui d'Anne-Marie Bouttiaux dans Arts et Cultures, Genève, 2005, pp134-151.

    Ils s'accordent tous sur le fait que Gu représente une très belle jeune femme qui danse avec Zamble et Zauli pour le rituel des Gouro du nord. Sa danse est accompagnée par des flûtes et même si elle était lente par le passé, Bouttiaux témoigne que dorénavant la performance peut devenir imprévisible avec des mouvements irréguliers où l'on tape du pied. Les anciens supplient le danseur de s'arrêter lorsque leur groupe se rassemble pour chanter. "Tout dans cette danse rappelle un esprit de la nature qu'il est difficile d'apprivoiser mais néanmoins bienveillant et utile aux hommes" (p.148). Elle ajoute que Gu est en train de disparaître rapidement du paysage Gouro et sera bientôt seulement représentée par les masques conservés dans des musées.

    Lorsqu'on a demandé à François Fasel la raison de la multitude de masques différents pour le culte de gu, les Gouro ont répondu qu'il existait de nombreuses beautés féminines et ceci devait se refléter dans les masques (Barbier, p.94).
    La longue corne sur la tête indiquerait que la famille de la jeune fille est assez riche pour l'entretenir durant la période située entre la puberté et son mariage et ainsi lui éviter de travailler, et de porter quoi que ce soit sur la tête.

    Special Notice

    No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis


    Provenance

    Docteur Bouffard, Lourdes, rapporté par son grand-père de Côte d'Ivoire vers 1900.
    Christian Duponcheel, Pietrebais.
    John Hewett, Londres
    Alexander Martin, Londres


    Literature

    Bleakley, R., African Masks, Londres, 1978, fig.15
    African Art Then and Now, 1975
    African Sculpture from Private Collections in London, 1979, fig.50
    Teuten, T., The Collector's Guide to Masks, Londres, 1995, p.21


    Post Lot Text

    RARE AND IMPORTANT GURO MASK, GU

    This is one of the most superb Guro masks which has survived. Bill Fagg, who was not normally given to superlatives, told Alan Mann that it was magnificent, no doubt coming from the earliest generation of Guro masks and one of the highest documents on the sculptural genius of the tribe. In his opinion it is one of the most powerful of all Guro masks, the dominant effect incalculably heightened by the massive wooden horn. The sale offers buyers an unique opportunity to acquire such an early carving.

    Few masks from the early period survive in central Cote d'Ivoire where the Guro live. They are an autonomous people and fiercely independent, so resisted the advances of the French forces during colonisation in the fist decade of the twentieth century when many of their villages were razed to the ground. Christian Duponcheel was given to understand that Dr. Bouffard's grandfather acquired the masks before 1900, confirmed by Loed van Bussel who visited his old father in Lourdes in the 1960s.

    The Guro have a massive work dedicated to them - Eberhard Fischer's Guro Masks, Performances and Master Carvers in Ivory Coast (Zurich, 2008) They also have a chapter on them written by Ariane Deluz in Jean Paul Barbier's
    Art of the Côte d'Ivoire from the Collections of the Barbier-Mueller Museum (Geneva, 1993, 2 vols, pp.234-245) and an article by Anne-Marie Bouttiaux in the Museum's Journal Arts & Cultures (Geneva, 2005, pp134-151). They all agree that Gu represents a beautiful young woman for the cult who dances with Zamble and Zauli among the Northern Guro. Her dance is accompanied by flutes and if in the past it might have been slow Bouttiaux describes the performance now as unpredictable, with stamping erratic movements. The elders entreat the dancer to stop as they cluster around him singing. "Everything about this performance brings to mind a bush spirit that is difficult to tame but nonetheless benevolent and helpful to men" (p.148). She adds that Gu is fast disappearing from the Guro landscape and in time will just be represented by masks in museums.

    When François Fasel was asked the reason for the great variety of gu masks the Guro explained that there are many forms of womanly beauty which must be reflected in the masks (Barbier, p.94). The tall horn on the head would indicate that her family would be wealthy enough to support her during the time between puberty and marriage without her having to work - i.e. carry anything on her head.