FIGURINE EN ARGENT
COLLECTION D'UN GRAND AMATEUR D'OUTRE-ATLANTIQUE
FIGURINE EN ARGENT

DÉBUT DE LA PÉRIODE CHIMU, CÔTE NORD, ENVIRON 1100-1200 APRÈS J.-C.

Details
FIGURINE EN ARGENT
Début de la période Chimu, Côte Nord, environ 1100-1200 après J.-C.
La pièce représente un personnage masculin allongé faisant peut être partie à l'origine d'un ensemble de plusieurs personnages et appartenant à un mobilier funéraire en argent. Les jambes sont tendues vers l'arrière et les bras sont pliés à hauteur des coudes pour s'entrecroiser, alors que la tête est relevée. Il porte un pagne dont l'arriére est décoré de motifs en pointillé. Sa tête, bien droite, est surmontée d'un large turban évasé fait d'alliage en or retenu par une mentonniére dorée, biseautée et ouverte à son extrémité. L'aspect général de la pièce est caractéristique du début de la période Chimu, avec de grands yeux ébahis et une petite bouche faisant la moue.
Longueur: 21 cm
Provenance
Collection privée scandinave
Exhibited
Metropolitan Museum of Art, Rain of the Moon, Silver in Ancient Peru, 3 novembre 2000 - 22 avril 2001, fig. 10.
Post lot text
EARLY CHIMU SILVER RECUMBENT FIGURE
NORTH COAST. A.D. 1100-1200

The vessel in the shape of an outstretched male figure, perhaps part of a multi-figured, funerary silver assemblage, legs extended fully at the back, arms bent at the elbows and crossed one over the other, the head, held upright, wearing a loincloth, embossed on the underside with a dotted pattern, head held upright, crowned with a wide flaring turban of gold alloy attached with a gilt chin strap, beveled and open at the top, his physiognomy treated in an early Chimu style with large staring eyes and small pursed mouth.

The most likely explanation for the curious posture of this silver and gold alloy figural vessel is that with turbaned head held high, arms crossed, and legs outstretched, he is swimming or floating. If so, that may relate him to the divers for the highly prized Spondylus princeps (fig. 1), or spiny oyster, shells depicted on Lambayeque ceramics. With his gold headdress, held in place by a golden chin strap, he would hardly have been an ordinary shell diver. He might instead be a shaman-chief, directing and guarding the skilled and courageous divers for the sacred shell while himself floating above them on the surface. The blood-colored Spondylus typically occurs at depths of fifteen to fifty meters, requiring both endurance and courage in a watery underworld inhabited both by physical dangers and the mythological monsters so graphically depicted in the fine-line paintings on the ceramics of the earlier Moche civilization. Divers descended in groups, with a supervisor or guardian in attendance. A small Chimu silver bowl in the Museo Arqueológico Rafael Larco Herrera in Lima, Peru, features this vital collaboration with incised trios of Spondylus divers attached by cords to a central figure (Berrin 1997, Fig. 158). Our swimmer might originally have been part of such a group scene, attached to the divers by a thin silver wire, now lost. By some estimates, spiny oysters harvested off the Pacific coast before the sixteenth century numbered in the hundreds of thousands, if not millions. Along with the perils of the Spondylus harvest, and the precious shell's periodic disappearance when the coastal waters off northern Peru and Ecuador become too frigid during El Nino years, it is impossible to exaggerate the role of Spondylus in Andean religious ritual, shamanism, symbolism, ornament, and trade.
None of this is as immediately apparent is its probable function as a container for some ceremonial liquid: the precious water that made life possible in arid northern Peru; chicha, the beer-like ceremonial beverage made from fermented maize, or even a shamanic intoxicant like liquified tobacco or an extract of the mescaline-rich San Pedro cactus, Trichocereus pachanoi.
Peter T. Furst, Ph.D.

In ancient Peru silver and gold were not only symbols of power and prestige, but they were also of symbolic and religious significance.Considered to be of equal value, they were the use of the elite class,and under the Inca the exclusive property of the supreme ruler. Both are associated with celestial deities-gold with the heat of the sun, regarded as a god, and silver with the coolness of the moon, a goddess associated with life-giving waters. Hence the Inca invocation "The sun rains gold, the moon rains silver".

Lot Essay

L'hypothèse la plus plausible pour comprendre la curieuse posture de cette pièce figurative en alliage d'or et d'argent, est que, ainsi représenté la tête relevée couverte d'un turban, les bras croisés et les jambes tendues, nous soyons en présence d'un personnage en train de nager ou de flotter. Si c'est le cas, nous avons peut être affaire à un plongeur chargé de rapporter les très recherchés Spondyles ou les huîtres couvertes d'épines (qui sont des coquillages représentés sur les céramiques Lambayeque). Avec son couvre-chef en or retenu par une mentonnière dorée, ce ne pouvait quoi qu'il en soit pas être un pêcheur ordinaire de coquillages. Il s'agit en revanche probablement d'un chef chaman qui dirige et protège les habiles et courageux pêcheurs de coquillages sacrés en flottant lui-même à leur coté à la surface de l'eau. La pêche du Spondyle couleur rouge-sang, d'ordinaire trouvé à une profondeur de quinze à cinquante mètres, nécessitait une bonne dose de courage et d'endurance dans un mode aquatique où se conjuguaient les dangers physiques et la crainte des monstres mythologiques tels que ceux représentés sur les fines peintures linéaires des premières céramiques Mochica. Les plongeurs descendaient par groupes alors qu'un chef ou un gardien les attendait. Un petit bol Chimu en argent du Musée archéologique Rafael Larco Herrera de Lima, au Pérou, représente cette collaboration indispensable avec un trio de trois pêcheurs de Spondyle reliés par une corde à un personnage principal (Kathleen Berrin,The Spirit of Ancient Peru, 1997, fig. 158). Notre nageur devait à l'origine faire partie d'une telle scène de groupe, relié à des plongeurs par un fin fil d'argent aujourd'hui perdu.
Dr. Peter T. Furst

Dans le Pérou ancien, l'or et l'argent n'étaient pas seulement des symboles de prestige : ils avaient aussi un connotation symbolique et religieuse. Considérés comme des valeurs égales, les deux métaux étaient seulement utilisés par les couches supérieures de la société et à la période Inca la propriété exclusive du souverain suprême. Ils étaient associés à des divinités célestes : pour l'or à la chaleur du soleil, alors considérée comme un dieu, et pour l'argent à la fraîcheur de la lune, une déesse associée aux propriétés fécondantes de l'eau. Selon le proverbe Inca: "Le soleil pleure de l'or, la lune pleure de l'argent".
;

More from ART AFRICAIN, OCEANIEN ET PRECOLOMBIEN

View All
View All