Lot Content

Global notice COVID-19 Important notice
CAFETIERE EN ARGENT
This lot is offered without reserve. No VAT will b… Read more COLLECTION PROVENANT D'UN HOTEL PARTICULIER DU BORDELAIS
CAFETIERE EN ARGENT

PAR LA VEUVE ANGILLES, DUNKERQUE, 1756-1757

Details
CAFETIERE EN ARGENT
PAR LA VEUVE ANGILLES, DUNKERQUE, 1756-1757
Piriforme sur trois pieds filetés en enroulement, les attaches en feuille stylisée, le corps à côtes torses en rappel sur le bec verseur et le couvercle, gravé au centre d'un large mavelot surmontée d'une couronne, le bec verseur à côtes rayonnantes et bouton feuillagé, le manche en bois à attache gravée de croisillons et de fleurs, le couvercle à charnière latérale, la prise en fruits, poinçons sous le fond, dans chaque pied, dans le bec verseur et dans le couvercle: charge, jurande (lettre G) et maître-orfèvre; sur un pied: titre et garantie de Valenciennes 1809-1819
Hauteur: 30 cm. (11¾ in.)
1094 gr. (38.55 oz.)
Special notice

This lot is offered without reserve.
No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis
Post lot text
A LOUIS XV SILVER COFFEE POT, 1756-1757

Lot Essay

La veuve Angilles, née Thérése Josephe Lemaire en septembre 1712, succéde à son mari Guillame Angilles à son décés le 21 avril 1744. Il avaité été l'un des plus riches orfèvres de Dunkerque comme l'indique son inventaire après-décès.
Cette situation financière confortable garantit l'avenir de sa veuve qui reprend son activité, devenant "maîtresse d'orfèvre", assumant l'entretien de l'argenterie de Saint-Eloi précédemment assuré par son époux, tout en développant son atelier.
Cependant ce qui contribue probablement au développement de son activité sont les liens qu'elle entretient avec la communauté anglaise. En effet la ville de Dunkerque avait obtenu en 1665 de Louis XIV le statut de ville franche ce qui l'exemptait de toute taxe redevable au Royaume et en faisait donc le chemin le plus économique pour importer des marchandises d'Angleterre vers les "provinces réputées étrangères" c'est à dire le Hainaut et l'Artois qui faisaient alors partie des Pays-Bas espagnols.
Ces relations économiques encouragent donc l'immigration d'une importante communauté anglaise qui représente 2 de la population locale en 1793. Plus de la moitié ont une activité commerciale en tant que marchands, boutiquiers ou armateurs. Ils contribuent donc au développement économique de la ville et leur intégration combinée à leur prospérité les encouragent à se fournir localement et donc à commander de l'argenterie aux orfèvres locaux. La Veuve Angilles semble avoir été l'orfèvre qui ait travaillé le plus pour cette nouvelle clientèle. Ainsi son atelier est-il régulièrement inspecté par les jurés-gardes qui saisissent à plusieurs reprises de l'argent non poinçonné et notamment de l'argent étranger que l'on peut suspecté anglais. D'autre part on connaît une théière datée de 1777 de forme typiquement anglaise, unie tronconique gravée du nom de Gregorie, famille installée comme négociant à Dunkerque dans les années 1770, et poinçonnée par la Veuve Angilles.
Aussi notre cafetière a-t-elle aussi probablement été commandée par un noble anglais puisqu'elle porte un mavelot malheureusement encore non identifié sous une couronne anglaise de marquis, confirmant ainsi les relations que la veuve Angilles entretenait avec la communauté anglaise.

Trois autre cafetières de ce modèle, avec les côtes en ailes de chauve-souris, sont répertoriées à ce jour: deux portant la lettre-date K pour 1764-65 et une la lettre-date N pour 1770-1771.

More from Important Mobilier et Objets d'Art

View All
View All