MARIA HELENA VIEIRA DA SILVA (1908-1992)
" f " : In addition to the regular Buyer’s premium… Read more IMPORTANTE COLLECTION PARTICULIERE
MARIA HELENA VIEIRA DA SILVA (1908-1992)

Paysage d'hiver

Details
MARIA HELENA VIEIRA DA SILVA (1908-1992)
Paysage d'hiver
signé 'Vieira da Silva' (en bas à droite)
huile sur toile
54 x 81 cm. (21¼ x 31 7/8 in.)
Peint en 1954.
Provenance
Galerie Pierre, Paris
Acquis auprès de celle-ci par la famille du propriétaire actuel
Literature
G. Weelen, J-F Jaeger, Viera da Silva Catalogue raisonné, Paris, 1994, No. 1213 (illustré p. 239).
Special notice

" f " : In addition to the regular Buyer’s premium, a commission of 7% (i.e. 7.49% inclusive of VAT for books, 8.372% inclusive of VAT for the other lots) of the hammer price will be charged to the buyer. It will be refunded to the Buyer upon proof of export of the lot outside the European Union within the legal time limit.(Please refer to section VAT refunds)
Post lot text
'PAYSAGE D'HIVER'; SIGNED LOWER RIGHT; OIL ON CANVAS.

Brought to you by

Alexandre Carel
Alexandre Carel

Check the condition report or get in touch for additional information about this

If you wish to view the condition report of this lot, please sign in to your account.

Sign in
View condition report

Lot Essay

Vieira da Silva a peint Paysage d'hiver en hiver 1954, pendant la période de l'après-guerre, durant laquelle elle a consolidé le style visuel qui allait devenir sa signature. Sa renommée était alors grandissante, et c'est en 1954 qu'elle et son mari Arpad Szenes, artiste également, demandèrent à Guy Weelen de documenter, administrer, organiser sa vie, ses expositions et son travail pour lui permettre de se consacrer entièrement à son oeuvre. Avec cette accumulation rythmique de formes, qui ponctue la toile avec densité, comme des notes de musique, ce tableau est un vivant témoignage de l'activité de l'artiste, et devient une trace de ses mouvements, de sa vie, un concept qui correspondait bien à l'ère de l'existentialisme, toile de fond de l'époque.

Dans ce tableau, l'artiste a réussi à créer une matrice complexe de coups de pinceau à l'aide d'une palette délibérément restreinte, afin de maîtriser l'impression d'espace et de perspective caractéristique de ses meilleurs oeuvres, et de créer un lieu fictif dans lequel le spectateur peut s'absorber. Dans les tableaux de Vieira da Silva, l'espace est souvent double: d'une part, les grilles complexes de couleurs créent une entité labyrinthique qui guide le regard du spectateur sur toute la surface de la toile. D'autre part, elle fabrique également une notion d'espace à travers la perspective, qui donne au spectateur une impression de profondeur dans la toile très éloignée des principes d'abstraction et de bidimensionnalité que nombre de ses contemporains européens et américains privilégiaient, comme l'exposent les écrits de Clément Greenberg. L'impression d'espace tangible, bien qu'abstrait en apparence, combinée à la composition labyrinthienne, exprime l'incertitude qui se trouve au coeur des tableaux de Vieira da Silva. En contemplant cet incroyable palimpseste composé de centaines de coups de pinceau irréguliers, le spectateur s'absorbe dans le déchiffrage des formes, qui s'obstinent à rester indéfinissables; dans ce refus délibéré de nous offrir une résolution, Vieira da Silva traduit parfaitement cette notion d'incertitude qui est au centre de sa vie et de son art.

Dans Paysage d'hiver, cette idée de l'espace est accentuée par le titre évocateur. Il rattache le tableau à la tradition du paysage, alors qu'aucun paysage spécifique n'y est identifiable. Vieira da Silva affirmait que ses tableaux étaient ancrés dans le monde figuratif; ici, l'accumulation de coups de pinceau nerveux évoque certaines de ses sources d'inspiration et d'influence, par exemple les 'azulejos', les fameux carreaux de faïence de son Portugal natal qui recouvrent toute la surface des maisons. En exploitant le concept d'architecture dans ses tableaux, Vieira da Silva y introduit une qualité poétique et paradoxale qui flotte entre la robustesse de la technologie - la solidité de la connaissance scientifique - et la fragilité et l'incertude de la vie elle-même.

;

More from Art Contemporain

View All
View All