JEAN FAUTRIER (1898-1964)
IMPORTANTE COLLECTION PARTICULIÈRE
JEAN FAUTRIER (1898-1964)

Sweet Baby

Details
JEAN FAUTRIER (1898-1964)
Sweet Baby
signé de l'initiale et daté 'f 56' (en bas à droite)
huile sur papier marouflé sur toile
27 x 22 cm. (10 5/8 x 8 5/8 in.)
Peint en 1956.
Provenance
Collection privée, Paris
Puis par descendance au propriétaire actuel
Literature
P. Bucarelli, Jean Fautrier, Pittura e matteria, Milan, 1960, No. 262 (illustré p. 336).
Post lot text
'SWEET BABY'; SIGNED WITH INITIAL AND DATED LOWER RIGHT; OIL ON PAPER LAID DOWN ON CANVAS.

Lot Essay

L'authenticité de cette oeuvre a été confirmée par le comité Jean Fautrier.
Cette oeuvre sera reproduite dans le catalogue raisonné actuellement en préparation par Madame Marie-José Lefort.


'À quoi bon du reste parler peinture - ne suffit-il pas de la faire, un écrit quelconque a-t-il une seule fois permis d'entrer dans le jeu - ce n'est certes pas toute la littérature sur l'art informel, rédigée dans le style pharmaceutique connu, qui a pu donner quelque éclaircissement. [...] N'est valable en art que la qualité de la sensibilité de l'artiste, et l'art n'est que le moyen d'extériorisation, mais un moyen fou, sans règles ni calculs. [...] La peinture est une chose qui ne peut que se détruire, qui doit se détruire, pour se réinventer.'

(Jean Fautrier, "Parallelen zur neuen Malerei", Blätter + Bilder, No.1, mars-avril 1959, pp. 54-56)


'Moreover, what's the point in talking about painting - isn't it enough to do it, have we ever achieved anything at all with a piece of writing - certainly all the literature on Informalism, written in the familiar forensic style, has not provided any enlightment. [...] The only valuable thing in art is the quality of the artist's sensibility and art is only a means of acting out, but a crazy way, without rules or calculation. [...] Painting is something which can only destroy itself, which must destroy itself, in order to reinvest itself.'

(Jean Fautrier, "Parallelen zue neuen Malerei", Blätter+Bilder, No.1, March-April 1959, pp. 54-56).
;

More from Art contemporain

View All
View All