Browse Lots

Global notice COVID-19 Important notice
JOSEPH CSAKY (1888-1971)
Deux sculptures pour Jacques DoucetEn 1912, le célèbre couturier Jacques Doucet, collectionneur avisé, disperse sa remarquable collection de mobilier et oeuvres d'art du XVIIIème siècle, constituée jusqu'alors avec passion et érudition. Il souhaite, de manière radicale et courageuse, se consacrer à son temps – voire à en dessiner le futur – en collectionnant et commanditant l'art le plus avant-gardiste de son époque. Tout comme pour sa collection dédiée au XVIIIème siècle, ses choix se portent sur des disciplines diverses et multiples. Afin de satisfaire ses ambitions, il fait appel à des artistes, créateurs et artisans travaillant des supports et matériaux très variés – de la peinture à la sculpture, du mobilier aux objets décoratifs et aux reliures. Rose Adler, Marcel Coard, Eileen Gray, Paul Iribe et Pierre Legrain font partie du groupe de jeunes artistes de talent auquel Doucet s'intéresse. Leurs créations sont destinées à établir un dialogue dynamique – contrepoints visuels et tactiles – avec les tableaux de Braque, Matisse, Modigliani, Picabia, Picasso et autres artistes qui réinventent alors le langage pictural. Parallèlement Jacques Doucet s'assigne la tâche de constituer une bibliothèque artistique de référence, dont une large part sera consacrée à l'époque contemporaine. Pour ce faire, il s'attache les services des jeunes écrivains André Breton et Louis Aragon. Son oeil aiguisé pour l'innovation en matière de sculpture en fait l'un des rares commanditaires de Constantin Brancusi, et l'amène à considérer le travail des artistes émigrés hongrois Josef Czaky et Gustave Miklos. Il passera plusieurs commandes à ces derniers, les encourageant à marier les disciplines artistiques. Czaky concevra des éléments architecturaux tout autant que des sculptures ; Miklos créera des tapis, des objets et des éléments émaillés ou laqués, tout autant que des lampes sculptures, repoussant les limites traditionnelles de la césure entre 'Beaux-Arts' et 'Arts Appliqués'.Jacques Doucet installe ses premières nouvelles acquisitions dans sa demeure de l'avenue du Bois, à présent redécoré, avant d'envisager de leur consacrer des espaces dédiés, destinés à devenir un temple de l'avant-garde artistique. De cette volonté naîtra la légendaire Villa Saint James à Neuilly, dans laquelle une suite de pièces, situées au premier étage, devient l'écrin d'un ensemble d'oeuvres d'art et de pièces de mobilier des plus raffinés, toutes techniques confondues. Le projet est achevé en 1929 – malheureusement l'année même de la disparition du célèbre couturier collectionneur. Aujourd'hui la provenance Doucet est devenue à juste titre mythique, et c'est un honneur de présenter deux oeuvres, respectivement de Csaky et de Miklos, lui ayant appartenu. Philippe GarnerTwo sculptures for Jacques Doucet In 1912, successful couturier and distinguished collector Jacques Doucet dispersed at auction the remarkable assemblage of French 18th century furniture and works of art that he had pursued with such passion and connoisseurship. His brave and radical decision was to focus on the present, even to shape the future, by collecting and commissioning the most exciting and expressive contemporary art. As with his 18th century collection, his new vision was cross-discipline as he enlisted artists, designers and artisans in a multitude of media – from painting and sculpture to furniture, furnishings, and book-bindings – to fulfil his ambitions. Among the roster of young talent that he championed were Rose Adler, Marcel Coard, Eileen Gray, Paul Iribe, and Pierre Legrain, whose creativity was to provide tactile and dynamic counterpoints to paintings by Braque, Matisse, Modigliani, Picabia, Picasso, and other artists who were re-inventing the pictorial language. Doucet, meanwhile, set himself the challenge of building a major art reference library, with an important contemporary dimension, employing the young André Breton and Louis Aragon as guides. Doucet’s eye for invention in sculpture made him a rare French patron of Constantin Brancusi, and drew him to Hungarian émigrés Josef Csaky and Gustave Miklos. He commissioned a range of artefacts from both, encouraging them to work across disciples. Csaky created architectural elements as well as free-standing sculpture, and Miklos conceived rugs, enamelled or lacquered furnishing elements, and sculptural lamps, challenging the conventional divide between the so-called ‘fine’ and ‘applied’ arts. Doucet brought together the beginnings of this new collection in his refurbished apartments on the Avenue du Bois, but envisaged the creation of bespoke spaces that would be his temple to the avant-garde. The result was the now-legendary Villa Saint James in Neuilly, where a suite of first floor rooms became the jewel-box showcase for the finest works of art and furnishings in all media that he acquired and commissioned. The project was completed in 1929, sadly also the year of Doucet’s death. Today, the Doucet provenance is deservedly regarded as magical and it is an honour to present two works, by Csaky and Miklos, from his collection. Philippe Garner
JOSEPH CSAKY (1888-1971)

'TÊTE DE LIONNE', PIÈCE UNIQUE, VERS 1923

Details
JOSEPH CSAKY (1888-1971)
'TÊTE DE LIONNE', PIÈCE UNIQUE, VERS 1923
En granit sculpté
Hauteur : 23,2 cm. (9 1/8 in.) ; Longueur : 32 cm. (12 ½ in.) ; Largeur : 18,5 cm. (7 ¼ in.)
Signée CSAKY et inscrite CS au revers de la base
Provenance
Collection Jacques Doucet, commanditaire d'origine, Neuilly-sur-Seine, vers 1923.
Collection privée, acquise directement auprès de Mme Jacques Doucet.
Collection privée française, Paris, acquise auprès de cette dernière par le grand-père du propriétaire actuel, à la fin des années 80.
Literature
G. Waldemar, Csaky, Arts éditeurs, Paris, 1930, p. 27.
S. Torday, Csaky, Kroniek van kunst en kultuur, Amsterdam, 1959, p.35, n. 9.
Csaky, Dépôt 15, Paris, 1973, catalogue d'exposition, p. 62, n. 29.
F. Marcilhac, Joseph Csaky, Catalogue raisonné des sculptures, les éditions de l'amateur, Paris, 2007, p. 78 et p. 331, FM.69.
Post Lot Text
'TÊTE DE LIONNE', A GRANITE SCULPTURE BY JOSEPH CSAKY FOR JACQUES DOUCET, UNIQUE PIECE, CIRCA 1923

This powerful, highly stylised cubistic carved granite head of a lioness was commissioned by Doucet from Csaky in a set of circumstances recorded by the sculptor in a letter of June 4th 1966 (cat. raisonné, p. 78). ‘Jacques Doucet,’ he explains, ‘had the idea around 1920 to invite the architect Robert Mallet-Stevens to create a building for him. To decorate this building he had chosen two sculptors. Henri Laurens, who would create the external decorative elements, and myself, who would create the interior elements. I started by making a small maquette for a motif destined to adorn the newel post of the principal staircase. The subject was a lioness.’ The building project was never realised. Csaky adds however, ‘But as the maquette for my lioness very much appealed to him, he commissioned the full scale head. I carved it in granite.’

Csaky was subsequently asked by Doucet to model a stair column for the entrance lobby of the Villa Saint James and this took the form of another animal, this time a stylised bird.

Lot Essay

Jacques Doucet commandera cette puissante tête de lionne aux lignes cubistes, taillée dans un bloc de granit, dans des circonstances très précises relatées par le sculpteur dans une lettre du 4 juin 1966 (cat. raisonné, p. 78). Il explique que "Doucet eut l'idée aux environs de 1920 de faire construire par l'architecte Robert Mallet-Stevens un bâtiment. Pour décorer ce bâtiment il [avait] choisi deux sculpteurs. Henri Laurens qui devait décorer l'extérieur et moi pour l'intérieur. J'ai commencé par la petite maquette d'un motif d'où allait partir la rampe de l'escalier principal. Cette maquette représentait une lionne." Ce projet ne sera jamais réalisé, néanmoins Czaky précise encore : "Mais la maquette de ma lionne lui a énormément plu, il m'a commandé la tête en grandeur. Je l'ai exécuté en granit."
Doucet renouvellera par la suite une même commande à l'artiste, cette fois pour le départ d'une rampe d'escalier dans le hall d'entrée de la Villa Saint James. Le thème en sera également animalier, mais prenant la forme d'un oiseau stylisé.





More from Design vente du soir

View All
View All