Home page

Global notice COVID-19 Important notice
Edgar Degas (1834-1917)
Edgar Degas (1834-1917)

Madame Camus devant son piano

Details
Edgar Degas (1834-1917)
Madame Camus devant son piano
avec le cachet 'Degas' (en bas à gauche; Lugt 658)
pastel et pierre noire sur papier
43.3 x 31.8 cm.
Exécuté en 1869

stamped 'Degas' (lower left; Lugt 658)
pastel and black chalk on paper
17 1/8 x 12 ½ in.
Executed in 1869
Provenance
Atelier de l'artiste; IIe vente, Galerie Georges Petit, 11-13 décembre 1918, lot 182.
Adolphe Friedmann, Paris (acquis au cours de cette vente).
Puis par descendance au propriétaire actuel.
Literature
P.-A. Lemoisne, Degas et son œuvre, New York, 1984, vol. II, p. 108, no. 208 (illustré, p. 109).
Post lot text
Le présent pastel constitue l’étude préparatoire la plus aboutie pour le tableau Madame Camus au piano conservé à la Fondation E.G. Bührle (L.207; fig.1 ). Jeanne Raunay, dans ses Souvenirs anecdotiques, au sujet d’Edgar Degas se souvient que Madame Camus était une femme extrêmement belle, « aux yeux pleins de langueur et d’esprit, qu’elle ouvrait à peine, laissant leur éclat filtrer à travers des paupières à demi-fermées, et son teint et sa chevelure étaient à faire rêver » (J. Raunay, ‘Degas, souvenirs anecdotiques’ in La Revue de France, 15 mars 1931, p. 213-321, et 1er avril 1931, p. 619-32). Degas côtoyait en effet aisément des femmes issues de son milieu social et en particulier quand celles-ci, à l’instar de Madame Camus, partageaient sa passion pour la musique. Madame Camus - épouse du médecin de Degas et de Manet - était une pianiste brillante. Degas en a d’ailleurs fait un second portrait, Madame Camus en rouge (L. 271), conservé quant à lui à la National Gallery of Art de Washington D.C. C’est la première fois depuis près de cent ans que la présente œuvre apparait sur le marché ; elle avait été proposée lors de la deuxième vente de l’atelier Degas, en 1918 et avait alors été acquise par Monsieur et Madame Adolphe Friedmann, qui avaient constitué une fabuleuse collection d’œuvres impressionnistes.

The present pastel is the most complete study for the oil, Madame Camus au piano (L.207; E.G. Bührle Foundation, Zürich; fig. 1). Jeanne Raunay (in her souvenirs of Degas) remembered Madame Camus as being an extremely beautiful young woman with ‘eyes charged with langour and wit, which she barely opened, letting their fire gently pass through half-closed eyelids, and her complexion and hair were dream-like’ (‘Degas, souvenirs anecdotiques’ in La Revue de France, 15 March 1931, p. 213-321, and 1 April 1931, p. 619-632). Degas was at ease with sensitive women of his own social circle, especially, as with Madame Camus, if they shared his interest in music. Madame Camus, the wife of Degas and Manet’s doctor, was a brilliant pianist. He painted Madame Camus a second time, Madame Camus en rouge (L. 271), which now hangs at the National Gallery of Art in Washington, D.C. The last time the present pastel appeared on the market was at the second Degas studio sale in 1918, where it was purchased by Mr. and Mrs. Adolphe Friedmann, who owned an imposing Impressionist collection.

Brought to you by

Valentine Legris
Valentine Legris

More from Oeuvres modernes sur papier

View All
View All