Browse Lots

Global notice COVID-19 Important notice
PAIRE DE STATUES IGBO ATTRIBUÉE AU MAÎTRE D'AWKA
A COUPLE OF IGBO FIGURES ATTRIBUTED TO THE AWKA MASTER
PAIRE DE STATUES IGBO ATTRIBUÉE AU MAÎTRE D'AWKA
A COUPLE OF IGBO FIGURES ATTRIBUTED TO THE AWKA MASTER
PAIRE DE STATUES IGBO ATTRIBUÉE AU MAÎTRE D'AWKA
A COUPLE OF IGBO FIGURES ATTRIBUTED TO THE AWKA MASTER
2 More
This item will be transferred to an offsite wareho… Read more PROVENANT D'UNE IMPORTANTE COLLECTION PRIVÉE EUROPÉENNE
PAIRE DE STATUES IGBO ATTRIBUÉE AU MAÎTRE D'AWKA A COUPLE OF IGBO FIGURES ATTRIBUTED TO THE AWKA MASTER

RÉGION DE NRI-AWKA, NIGERIA

Details
PAIRE DE STATUES IGBO ATTRIBUÉE AU MAÎTRE D'AWKA
A COUPLE OF IGBO FIGURES ATTRIBUTED TO THE AWKA MASTER
RÉGION DE NRI-AWKA, NIGERIA
Hauteurs : 161 et 166 cm. (63 3/8 and 65 3/8 in.)
Provenance
Collection Jacques Kerchache, Paris
Ana et Antonio Casanovas & Bernard de Grunne, Madrid/Bruxelles, 2010
Importante collection privée européenne, acquise auprès de ces derniers
Literature
Kerchache, J., Paudrat, J.-L. et al., L'art africain, Paris, 1988, p. 176, n° 104-105
Kerchache, J., Paudrat, J.-L. et al., Art of Africa, New York, 1993, p. 176, n° 104-105
Casanovas, A. et A. et de Grunne, B., Igbo: Monumental sculptures from Nigeria, Bruxelles, 2010, pp. 6, 14, 16-23, 78
Cole, H.M. et Dierking, D., Invention and Tradition: The Art of Southeastern Nigeria, New York, 2012, pp. 96-97, pl. 9-10
Cole, H.M., Igbo. Visions of Africa, Milan, 2013, pl. 15-16
Exhibited
Maastricht, TEFAF: The European Fine Art Fair, Ana et Antonio Casanovas & Bernard de Grunne, 11 - 21 mars 2010
Special Notice

This item will be transferred to an offsite warehouse after the sale. Please refer to department for information about storage charges and collection details.
Sale Room Notice
Les enchères pour ce lot ne seront acceptées que pour les personnes enregistrées et munies d’un paddle.
Bids for this lot will be accepted only from clients duly registered with a paddle.


The correct provenance of this lot is:

Jacques Kerchache Collection, Paris
Ana and Antonio Casanovas & Bernard de Grunne, Madrid/Brussels, 2010
Important european private collection, acquired from the above

La provenance de ce lot est :

Collection Jacques Kerchache, Paris
Ana et Antonio Casanovas & Bernard de Grunne, Madrid/Bruxelles, 2010
Importante collection privée européenne, acquise auprès de ces derniers

Brought to you by

Victor Teodorescu
Victor Teodorescu Head of Sale, African, Oceanic and North American Art department

Lot Essay

Les statues Igbo font partie des plus grandes sculptures de l’art africain. Les tailles imposantes, les riches scarifications en relief et les peintures ocre, noir et blanc, font de ce couple des oeuvres majeures de l’art Igbo. Bien que régulièrement surnommées « statues d’ancêtres », ces sculptures représentent en réalité une divinité tutélaire appelée alusi. Le lien familial est cependant parfois symbolique puisque les êtres représentés pouvaient être l’un des fondateurs du clan et constituer ainsi le « père » ou la « mère » du groupe.

Ces statues étaient conservées dans un sanctuaire dédié aux ancêtres. Ce lieu servait lors de célébrations hebdomadaires et annuelles. Un caractère commun permet d'identifier les statues alusi : il s’agit de la position des mains tournées vers le ciel. Cette attitude évoquerait la générosité des déités ainsi que leur volonté de recevoir sacrifices et offrandes.

Cet important couple provient de l’atelier du Maître d'Awka. Ce nom choisi par Bernard de Grunne, dans son ouvrage Igbo: Monumental Sculptures from Nigeria (2010, pp. 10-11), se réfère à une photographie prise par George T. Basden dans le village d'Awka en 1921 (op. cit., p. 32, n° 11), montrant une jeune fille parée d'une coiffure similaire. L'origine géographique précise de ces statues ou l’identité de leur créateur restent inconnues. Le style du Maître d'Awka est un style canonique et classique de la statuaire Igbo. Il est caractérisé par l'élégance des formes, le soin apporté au naturalisme des détails anatomiques, le corps aux proportions parfaites et l'extrême raffinement de la tête aux traits délicatement modelés. Ses statues offrent d'autres caractéristiques telles que les multiples scarifications faciales traditionnelles présentes sur le visage - ichi -, les petits yeux ovoïdes, la bouche ouverte dessinant un ovale et laissant apparaître une série de dents, et des oreilles naturalistes saillantes. Des scarifications linéaires s'étirent sur la longueur du torse et de l'abdomen en une zone hachurée et correspondent elles aussi à des marques rituelles. De multiples bracelets ceindent les avant-bras et les chevilles des sculptures - attributs réservés aux personnalités de haut rang.

On répertorie au minimum deux autres statues dans le corpus restreint des sculptures du Maître d'Awka. Le collectionneur suisse Sadruddin Aga Khan les a acquises auprès de Jacques Kerchache en 1969 (voir Leuzinger, E., Die Kunst von Schwarz- Afrika, Zurich, 1970, n° M20). Ce deuxième couple est similaire à la paire présentée ici. Il se distingue par de légers détails dont la représentation ornementale d'une série de bracelets en ivoire qui orne le bras droit de la figure féminine. Une autre statue attribuée à ce maître-sculpteur, également de l’ancienne collection Kerchache, fut vendue par Christie’s, à Paris, en 2014 (lot 48). Les statues alusi étaient conservées au coeur des sanctuaires Igbo. Il est probable que les sculptures du Maître d'Awka proviennent toutes du même sanctuaire. L'épaisse patine croûteuse et polychrome qui recouvre ces oeuvres monumentales atteste leur longue vie rituelle. Jacques Kerchache a toujours conservé dans sa collection privée les exemplaires présentés ici, les considérant comme ses favoris.

More from Arts d'Afrique, d'Océanie et d'Amérique du nord

View All
View All