Corneille (1922-2010)
Corneille (1922-2010)
Corneille (1922-2010)
2 More
Artist's Resale Right ("droit de Suite"). If the … Read more
Corneille (1922-2010)

Oiseaux

Details
Corneille (1922-2010)
Oiseaux
signé et daté 'Corneille 48' (en bas à gauche)
gouache sur papier marouflé sur panneau
112 x 138 cm.
Peint en 1948

signed and dated 'Corneille 48' (lower left)
gouache on paper laid down on panel
44 1/8 x 54 3/8 in.
Painted in 1948
Provenance
L'artiste (avant 1962).
Collection Karel van Stuijvenberg, Caracas (acquis dans les années 1980).
Galerie Moderne, Silkeborg.
Samuel Vanhoegaerden Gallery, Knokke-Heist (acquis auprès de celle-ci vers 2003-2004).
Acquis auprès de celle-ci.
Literature
W. Stokvis, Cobra, mouvement artistique international de la seconde après-guerre mondiale, Paris, 1988, no. 91 (illustré en couleurs p. 88).
M. Paquet, Corneille, Wijdens, 1988, pl. 19 (illustré en couleurs p. 112).
J-C. Lambert, Corneille: l'œil de l'été, Paris, 1989, p. 108.
J-C. Lambert, Le règne imaginal, les artistes Cobra, Paris, 1991, p. 102.
R-A-R. Kerkhoven, Het Afrikaanse gezicht van Corneille, Amsterdam, 1992, no. 95 (illustré p. 84).
R-A-R. Kerkhoven, Beauties, beasts and birds, Corneille and his collection of African Art, Amsterdam, 1998, p. 86, no. 71 (illustré en couleurs, p. 63).
M. Paquet, Corneille ou la sensualité du sensible, La Colle-sur-Loup, 2000 (illustré en couleurs p. 19).
P. Restany, Corneille, Paris, 2003, pp. 45, 52.
V. Vanoosten, Corneille, La Peinture Paradis, Paris, 2019 (illustré en couleurs, p. 61).
Exhibited
Amsterdam, Stedelijk Museum et Montréal, Musée des Beaux-Arts, Dutch Contribution Exhibition, juin-novembre 1962, no. 195.
Rotterdam, Museum Boymans-van Beuningen Rotterdam, Cobra, mai-juillet 1966, no. 86 (illustré, p. 64).
Hambourg, Kunstverein, Cobra: 1948-51, septembre-novembre 1982, no. 51 (illustré, p. 53).
Paris, Musée d'art moderne de la ville de Paris; Chalon-sur-Saône, Maison de la culture et Rennes, Musée des Beaux-Arts, Cobra: 1948-1951, décembre 1982-juin 1983, no. 55 (illustré en couleurs, p. 137).
Tokyo, Hara Museum of Contemporary Art, Cobra, février-mars 1986.
Malmö, Malmö Konsthall et Stockholm, Liljevalchs Konsthall, Cobra, octobre 1986-septembre 1987.
Amstelveen, Galerie-Museum Aemstelle, CoBrA 1948-1951, janvier-février 1993 (illustré en couleurs).
Amsterdam, The New Church (De Nieuwe Kerk), Cobra, 40 jaar later, novembre-décembre 1988, no. 3 (illustré en couleurs, p. 119).
Oostende, Provincial Museum voor Moderne Kunst, Cobra-Post Cobra, juillet-octobre 1991, pl. 124 (illustré en couleurs, p. 126).
Liège, Musée d'Art Moderne, Cobra Liège 93: collection Karel van Stuijenberg, avril-mai 1993, no. 4 (illustré en couleurs, p. 104).
Las Palmas de Gran Canaria, Centro Atlantico de Arte Moderno, Automatismos paralelos : la Europa de los movimientos experimentales, 1944-1956, février-mars 1992 (illustré en couleurs, p. 104).
Amstelveen, Museum voor Moderne Kunst, De taal van Cobra: Museum collectie van Stuijvenberg, 1995, no. 61 (illustré en couleurs).
São Paulo, Pinacoteca, Grupo CoBrA, juillet-septembre 2000.
Special notice
Artist's Resale Right ("droit de Suite"). If the Artist's Resale Right Regulations 2006 apply to this lot, the buyer also agrees to pay us an amount equal to the resale royalty provided for in those Regulations, and we undertake to the buyer to pay such amount to the artist's collection agent. This item will be transferred to an offsite warehouse after the sale. Please refer to department for information about storage charges and collection details.

Brought to you by

Lionel Gosset
Lionel Gosset

Lot Essay

« La toile du peintre est
une peau vivante, un tissu
sensible; une peau de femme,
femme-toile sur laquelle
il peint les oiseaux de son désir. »
"The painter's canvas is
a living skin, a sensitive
tissue; a woman's skin,
woman-toile on which
he paints the birds of his desire."
Corneille

« Avec Corneille, tout se passe comme si les puissances du sensible, soudainement paisibles comme les démarches des colombes, consentaient à laisser resplendir des fragments du visible exempts des menaces ordinaires. »
"With Corneille, everything happens as if the powers of the sensible, suddenly peaceful like the movements of doves, consented to let fragments of the visible gleam free from ordinary threats."
Marcel Paquet

Le mouvement CoBrA est fondé en novembre 1948 dans le café Notre-Dame à Paris, à la suite de la Seconde Guerre mondiale. Il résulte de la signature du manifeste « La cause était entendue » par Karel Appel, Constant, Corneille, Asger Jorn, Joseph Noiret et Christian Dotremont, son rédacteur. Ce collectif d’artistes de grande influence provenant de Copenhague, Bruxelles et Amsterdam se fait connaître pour son style de peinture spontané, vif et révolutionnaire. Cette vision s’éloigne de l’héritage de l’art classique qui domine à l’époque la culture de la bourgeoisie pour se tourner vers un art de couleurs et de formes nouveau et libre basé sur de profondes convictions marxistes. Les artistes Cobra trouvent l’inspiration dans les expressions créatives des enfants et des personnes atteintes d’un handicap mental, dans la mythologie nordique et la préhistoire ainsi que dans l’art populaire, naïf, tribal et non occidental.
Créée en 1948, l’année du lancement du mouvement CoBrA et deux ans après la première exposition solo de Corneille à Groningue aux Pays-Bas, la peinture Oiseaux provient du collectionneur néerlandais Karel van Stuijvenberg, passionné par les œuvres des artistes CoBrA. Son travail témoigne de son profond intérêt pour Corneille, l’un des membres fondateurs du mouvement CoBrA avec Karel Appel et Constant.
Oiseaux saisit la fascination de Corneille pour les sujets de mythologie. Composé comme une œuvre murale d’art pariétal ou une peinture historique ancienne, le tableau présente des personnages d’animaux qui forment un récit indéchiffrable, rendus à coups de pinceau riches et intuitifs. Corneille joue avec la confrontation entre le naturel et l’imaginaire. Trouvant leurs origines dans l’esthétique onirique et surréaliste propre aux artistes comme Paul Klee, ses espèces volatiles abstraites sont inspirées des créatures hybrides du peintre de la Renaissance Jérôme Bosch, dans le sens où tous les oiseaux semblent ne former qu’une seule et même bête étrange. Pendant sa période CoBrA, Corneille crée des toiles à la structure dynamique, souvent parées de couleurs pâles et éteintes. Sa palette s’inspire d’artistes comme Pablo Picasso et Joan Miró, dont l’influence est palpable dans l’utilisation de couleurs primaires et secondaires pour la composition, allant de jaunes effacés à des ocres rouges, des verts minéraux et des noirs profonds. Son bestiaire fantastique d’animaux « dénaturés » et souvent imaginaires ainsi que sa palette de couleurs contrastées expriment avec éloquence le travail instinctif et spontané qui caractérise la création artistique de Corneille. « Je crée tout d’abord un arrière-plan coloré : rouge, gris ou même noir. Le blanc me déplaît. Lorsque je prends une toile blanche, je ne sais pas ce que je vais faire. Je n’ai presque jamais de sujet en tête, rien de préconçu. Mes idées se développent à partir de l’arrière-plan coloré. Elles naissent sur la base d’un point de couleur et prennent une autre direction à chaque nouvelle toile, comme celle-là. » Cluny, Corneille, Paris, 1992, p. 57.

In the years following the Second World War in November 1948, the CoBrA movement was founded in the Café Notre-Dame in Paris by Karel Appel, Constant, Corneille, Christian Dotremont, Asger Jorn, and Joseph Noiret, with the signing of a manifesto, “The Case Was Heard” formulated by Dotremont. This highly influential artist collective originating from Copenhagen, Brussels and Amsterdam became known for their vigorously spontaneous and rebellious style of painting breaking away from the ongoing legacy of classical art on the dominant culture of the bourgeoisie towards a new and free art of colour and form based on strong Marxist beliefs. The Cobra artists found inspiration in the creative expressions of children and the mentally handicapped, folk art, naive art, non-Western and tribal art, Nordic myths and prehistory.
Painted in 1948 during the inaugural year of the CoBrA movement and two years after Conreille’s first solo exhibition in Groningen in the Netherlands, Oiseaux stems from the collection of the Dutch art collector of the CoBrA artists, Karel van Stuijvenberg. The work bears witness to his fascination with Corneille, one of the founding members of the CoBra movement along with Karel Appel and Constant.
Oiseaux captures Corneille’s fascination with mythic subject matter. Composed like a mural of cave art or an ancient history painting, the animal characters form an indecipherable narrative, rendered with a rich and intuitive brushstroke. He plays with the confrontation between the natural and the imaginary. Rooted in dreamlike and surrealist aesthetics specific to artists like Paul Klee, his abstract volatile species draw inspiration from the Renaissance painter Jerome Bosch’s hybrid creatures, in that all the birds seem to form only one bizarre creature. During his CoBrA period, Corneille creates dynamically structured canvases, often using muted and dull colors. His color palette is inspired by artists such as Pablo Picasso and Joan Miró, whose influence is tangible in the use of primary and secondary colors of the composition, ranging from faded yellows, red ochres, mineral greens to deep blacks. His fantastic bestiary of "denatured" and often imaginary animals and his palette of contrasted colors speak eloquently of the instinctive and spontaneous work which characterize the artistic creation of Corneille. "First I make a background, colored: red, gray, or even black; white bothers me. When I take a blank canvas, I don't know what I'm going to do. I almost never have a subject in mind, nothing preconceived. Everything develops from the colored background, is born from a spot of color, thrown per game, like this" - C.M. Cluny, Corneille, Paris, 1992, p. 57.

More from De Caillebotte à Calder : Itinéraire d'une passion

View All
View All