Lot Content

Global notice COVID-19 Important notice
TAPIS IMPERIAL "AU DRAGON" POUR L'ESTRADE DU TRONE
TAPIS IMPERIAL "AU DRAGON" POUR L'ESTRADE DU TRONE
TAPIS IMPERIAL "AU DRAGON" POUR L'ESTRADE DU TRONE
15 More
TAPIS IMPERIAL "AU DRAGON" POUR L'ESTRADE DU TRONE
18 More
ƒ: In addition to the regular Buyer’s premium, a c… Read more Un magnifique tapis impérial Ming
TAPIS IMPERIAL "AU DRAGON" POUR L'ESTRADE DU TRONE

PROBABLEMENT BEIJING, DYNASTIE MING , XVIE SIECLE

Details
TAPIS IMPERIAL "AU DRAGON" POUR L'ESTRADE DU TRONE
PROBABLEMENT BEIJING, DYNASTIE MING , XVIe SIECLE
En laine sur une base de chanvre et de soie, le fond de couleur camel orné de vagues ondulantes de couleur vert marin et d'embruns bordés d'écume d'où émergent des pics montagneux, en dessous deux dragons à cinq griffes, représentés en train de poursuivre une perle flamboyante, au-dessus d'eux une couche dense de nuages défilants encadrés dans un motif continu de bordure de feuilles, large bande extérieure unie de couleur camel
507cm. x 451cm. (16ft.7in. x 14ft.7in.)
Provenance
Par réputation acheté en 1920 en Chine par Mr and Mrs Alexander Moore,
Vente Skinner’s, Bolton, 31 Mai 1987, lot 98
Collection privée, Suisse
Literature
E. Herrmann, Seltene Orientteppiche IX, Munich, 1987, pp. 11–16;
Hali, 36, December 1987, p. 84;
Hali, 40, July/August, 1988, pp.67-8
Special Notice

ƒ: In addition to the regular Buyer’s premium, a commission of 5.5% inclusive of VAT of the hammer price will be charged to the buyer. It will be refunded to the Buyer upon proof of export of the lot outside the European Union within the legal time limit. (Please refer to section VAT refunds)
This item will be transferred to an offsite warehouse after the sale. Please refer to department for information about storage charges and collection details.
Post Lot Text
A RARE AND MAGNIFICENT IMPERIAL 'DRAGON' THRONE CARPET, PROBABLY BEIJING, MING DYNASTY, 16TH CENTURY

Brought to you by

Simon de Monicault
Simon de Monicault Head of Department

Lot Essay

Analyse technique :
Poils : Poil de chèvre et laine de mouton
Trame : Chanvre, naturel, S4Z ; 2 fils
Chaîne : Chanvre et soie, filé en Z
Nœuds : Asymétrique, ouvert à gauche, v/h:14/12= 168 nœuds/m2
Côtés : Couverte, non originale
Couleurs : 11

Avec la permission de l'auteur, le texte ci-dessous a été adapté et mis à jour à partir de sa première publication dans le catalogue d'exposition Kaiserliche Teppiche aus China 1400-1750 au Musée d'art asiatique de Cologne (M. Franses et H. König, Textile & Art Publications, Londres, 2005.

Ce magnifique tapis qui ornait l’estrade du trône impérial chinois est probablement l'un des plus anciens tapis complets de palais Ming connus. Une centaine de ces tapis, dits de type Pékin, ont partiellement survécu et l'on pense qu'ils étaient probablement tous le produit d'un atelier impérial spécifique à Pékin, qui a probablement débuté au XVe siècle et s'est poursuivi jusqu'au milieu du XVIIe siècle. La moitié exactement de ces tapis se trouve aujourd'hui au Musée du Palais à Pékin, les autres ayant été dispersés au fil des ans et se trouvant désormais dans diverses collections. Sur les cent exemplaires, seuls trente-neuf sont complets, les autres étant incomplets ou constitués de petits fragments.

Le palais impérial de Pékin, le musée du palais, est l'un des plus anciens palais royaux encore existant au monde. Sa construction a commencé en 1421, lorsque la capitale a été déplacée de Nanjing à Beijing, sous le règne de l'empereur Ming Yongle (r. 1403-1425). Les tapis du Grand Palais de Pékin, réalisés pour les salles de la Cité interdite, n'ont pas été connus en Occident - et encore moins largement - avant le début du XXe siècle. Des images photographiques de la Cité interdite prises par Kazumasa Ogawa en 1906 montrent que, pendant l'hiver, tous les sols en pierre des grandes salles étaient entièrement recouverts de tapis de ce type particulier, qui semblent avoir été fabriqués uniquement pour les palais impériaux. Tissés avec un poil très épais, ils étaient foulés uniquement avec des pantoufles de soie et ne montraient donc jamais de signes d'usure. Leurs seuls ennemis étaient les changements atmosphériques et les résultats plus destructeurs causés par la vermine.

Les tapis faisaient partie intégrante de l'architecture du Palais interdit et étaient fabriqués dans une variété de formes pour s'adapter au Kang (une plate-forme chauffée) sur lequel le trône était placé, aux colonnes de soutien et à d'autres éléments architecturaux. Un tapis apparenté au Double-dragon, conservé au Musée du Palais, présente des demi-cercles découpés de chaque côté du tapis, qui auraient pu s'adapter à deux grandes colonnes, et le demi-profil de quatre autres colonnes est visible dans la partie inférieure.

Dans toutes les salles, un grand écran haut était placé derrière le trône. Les lourds écrans étaient placés sur le tapis de chaque plate-forme de trône, sauf dans la salle de l'Harmonie suprême, la principale salle de réception, où l'écran est si grand qu'un autre tapis était placé derrière l'écran. Des tapis auraient également été fabriqués pour recouvrir les fenêtres, mais ils n'ont pas encore été identifiés.

Notre première représentation de ce type de tapis, bien que le motif du champ soit composé de compartiments, se trouve dans une peinture du Musée national du Palais, à Taipei ; il s’agit d’un portrait de l'empereur Hongwu, le premier empereur Ming (1368-1398). La date de cette peinture est inconnue, mais l’importance accordée au tapis est évidente. Dans une autre peinture également conservée au Musée national du Palais à Taipei, cette fois de l'empereur Hongzhi, on voit le dixième empereur Ming (1487-1505) est assis sur un tapis impérial Ming qui combine des motifs de dragon et de lotus sur un fond rouge profond avec un effet dramatique. Le dessin sophistiqué des tiges en spirale, des fleurs naturelles et des dragons réalistes surpasse en art même les plus belles porcelaines impériales.

Motifs

Les motifs des tapis du Grand Palais reprennent les ornements largement utilisés dans la décoration intérieure, constituant souvent un reflet des plafonds et de l'architecture des pavillons pour lesquels ils ont été réalisés. Ce n'est pas une coïncidence si le dessin de ce tapis fait écho au motif de la Voie impériale, l'allée de pierre menant à la Salle de l'harmonie suprême, commandée par l'empereur Yongle (r. 1402-1424) et sculptée de doubles dragons, de nuages et de vagues, qui marque le parcours de l'empereur le long de l'axe central nord-sud de la Cité interdite.

Le motif du champ du tapis présenté ici est composé de deux dragons à cinq griffes, l'un bleu et l'autre jaune, confrontés à une perle flamboyante. En dessous, des vagues ondulantes magnifiquement dessinées, les trois pics d'une montagne rocheuse au centre et la répétition du motif coupée par les bordures latérales donnent l'illusion d'un motif répétitif sans fin. Au-dessus des dragons, des couches denses de nuages défilant attirent le regard vers les cieux.

Dragons

Largement représentés sur tous les supports de l'art chinois, les dragons sont des créatures légendaires généralement représentées sous la forme d'un long corps serpentiforme, écailleux, sans ailes, avec quatre pattes terminées par des griffes et des têtes expressives et fantaisistes avec des crinières sauvages, de longues moustaches et des cornes. Les liens entre les dragons et les empereurs chinois remontent à des légendes aussi anciennes que celle de l'empereur jaune (Huangdi) (2697-2597 av. J.-C.), qui se serait transformé en dragon à sa mort lors de son ascension au ciel. Ces légendes ont contribué à l'adoption du dragon comme symbole du pouvoir impérial, qui est finalement devenu un symbole iconographique plus large représentant l'Orient. À l'époque de la dynastie Han, il y a deux mille ans, sa forme était bien établie et seuls de très légers changements peuvent être observés après cette date. Williams (1974) nous informe qu'"il existe trois espèces principales de dragons : le long, qui est le plus puissant et habite le ciel ; le li, qui n'a pas de cornes et vit dans l'océan ; et le chiao, qui est écailleux et réside dans les marais et les tanières dans les montagnes".

On connaît actuellement trente-six tapis impériaux avec des dragons qui ont probablement été réalisés dans les ateliers de Pékin . Seize sont complets (neuf à Pékin et sept dans d'autres collections), et les vingt autres sont fragmentaires (quinze à Pékin et cinq dans d'autres collections).

Les deux dragons du présent tapis sont représentés chassant la perle flamboyante - symbole de perfection, de richesse, de chance et de prospérité - sous un ciel dense et rempli de nuages. Les nuages eux-mêmes sont des symboles de bon augure, en partie parce qu'ils constituent un rébus pour la bonne fortune. Il est également significatif que les nuages, comme ceux de ce tapis, ressemblent souvent à la forme du champignon lingzhi, symbole d'immortalité, ce qui souligne le souhait d'une longue vie. Tous les tapis du Grand Palais ornés de dragons comportent également des nuages dans le champ, mais le Musée du Palais possède deux autres tapis ornés uniquement de nuages. L'un d'eux est attaché à un tapis à dragons et semble avoir été délibérément fabriqué pour remplir l'espace entre les escaliers qui mènent à la plate-forme du trône. Le motif est destiné à relier la terre et à refléter les cieux. Le trône de l'empereur, élevé sur des pieds, serait placé sur le tapis au-dessus de la perle centrale, plaçant l'empereur au centre même entre ce monde et le suivant.

Le présent tapis a été conservé dans la même collection ces trente-quatre dernières années ; durant cette période, son propriétaire a mené des recherches méticuleuses sur son dessin et son exécution de ce tapis, se focalisant sur les guides de la géométrie hermétique basée sur les constantes du soleil, de la lune et les étoiles. Signalons que ces mêmes théories mathématiques ont été appliquées aux céramiques chinoises des périodes Zenghde et Jiajing, accordant une importance particulière aux rapports de proportion entre les dragons figurant sur ces céramiques et sur ceux du tapis actuel. Ces dessins, placés sur l'échelle céleste, sont accessibles en détail sur christies.com.

Couleur

Comme presque tous les tapis du palais Ming, notre tapis a perdu sa couleur rouge intense d'origine. La couleur de fond est maintenant jaune, mais elle était probablement à l'origine d'un rouge impérial Ming foncé semblable à la laque Ming que l'on peut voir sur les colonnes de la salle de l'harmonie suprême à Pékin. Le rouge impérial Ming a été créé en teignant d'abord la laine avec une teinture jaune provenant de la fleur de safran, en la laissant sécher, puis en surteignant les écheveaux de laine avec une teinture rouge fabriquée à partir du pernambouc. Au fil des siècles, la teinture rouge s'est oxydée et, exposée à l'air chaque année, le rouge a progressivement disparu. Ce phénomène est commun à presque tous les tapis du palais, bien que quatre exemplaires de la collection du musée du palais à Pékin aient conservé leur couleur d'origine, peut-être parce qu'une formule de teinture différente a été utilisée. À l'époque de la dynastie Qing (1636-1912), la couleur impériale était le jaune et, à la fin du XVIIe siècle, cette couleur était devenue la couleur de fond dominante des tapis.

Une comparaison intéressante est celle d'un groupe de huit jarres "Dragon" de la dynastie Ming, émaillées de rouge et de jaune, portant la marque à six caractères de Jiajing, période (1522-1566). On en trouve des exemples dans la collection du Palace Museum de Pékin, dans la collection Avery Brundage, B60P1523 et une autre au Musée national des Arts asiatiques musée Guimet, Paris (Ancienne collection Ernest Grandidier G2453). Une autre jarre, anciennement dans la collection du Manno Art Museum, Japon, no.388, a été vendue chez Christie's, Hong Kong, 28 octobre 2002, lot 540. Bien que le dessin de la jarre et du présent tapis soient très similaires, l'exécution du dessin dans le tapis présenté ici est beaucoup plus fine que ce qui est représenté sur ces céramiques impériales très importantes.

Datation

En dehors de la housse de selle de Davison, un seul autre tapis attribué à la période Ming a une date confirmée par l'analyse au carbone 14. Il s'agit du fragment de Weise qui aurait été daté de 1365-1435. Malheureusement, les tapis fabriqués après 1600 donnent rarement une indication claire de leur âge lorsque les échantillons sont testés par analyse au carbone 14. Au cours de cette période, il y a eu une perturbation de l'atmosphère qui fausse les lectures de cette méthode scientifique.

Le dessin du présent tapis semble considérablement plus raffiné que celui de la plupart des tapis "dragon" du Grand Palais. Les corps des dragons en train de se tordre sont sinueux et leur apparence est féroce, avec de petits yeux circulaires perçants, semblables aux dragons des céramiques de Jiajing évoquées précédemment. Ceux qui sont généralement considérés comme tissés sous le règne de l'empereur Wanli (1572-1620) présentent des dragons plus animés, plus grands et avec de grands yeux ovales. Ils ont très probablement été tissés pour les grandes salles de réception des palais dans le cadre de la rénovation massive de la dernière partie du XVIe siècle ordonnée par l'empereur Wanli à grands frais, et qui a pratiquement ruiné la Chine. Au fil des siècles, de nombreuses pièces ont été endommagées ou détruites par le feu. Il existe une différence structurelle entre la chaîne et la trame de soie des tapis Wanli et la structure de chanvre et de soie du présent tapis qui pourrait indiquer une production antérieure, bien que tous les tapis soient tissés avec une âme particulièrement épaisse et lourde avec de gros nœuds.

Il est certain qu'au cours des années 1920, certains tapis de type impérial fabriqués dans les ateliers de Pékin ont été vendus par le Palais et ont atteint des collections occidentales. Le présent tapis serait l'un des trois tapis achetés en 1920 lors d'un voyage de noces prolongé en Chine par Mme Alexander Moore (née Emery, Cincinnati, Ohio 1894-1983) et Benjamin Moore, avocat à New York.

Le seul grand tapis connu à avoir quitté le palais est le célèbre tapis Tiffany, qui mesurait à l'origine près de 10 x 10 mètres et qui a été fabriqué en trois parties pour s'adapter aux colonnes d'une salle inconnue. Il aurait été utilisé pour la dernière fois en Chine dans le temple privé de l'impératrice douairière Cixi, et a été vendu plus récemment chez Christie's, New York, le 14 octobre 2020, lot 20.

Un seul tapis du trône impérial de Pékin serait connu pour avoir été vendu par l'empereur et ce serait au célèbre banquier J. P. Morgan entre 1910 et 1913. En 1913, G. Griffin Lewis écrivait : " C'est l'un des tapis les plus célèbres et les plus coûteux d'Amérique ". Ce tapis est apparu plus tard dans une vente aux enchères à New York en 1962. Deux autres exemplaires ont été proposés aux enchères à New York en 1982 mais ont été retirés avant la vente. En 1986, un tapis impérial Ming à motif floral a été vendu lors de la vente Mona Bismarck à Monte Carlo. Le tapis présenté ici a été vendu aux enchères en 1987 et avait été prêté au Cleveland Museum of Art.

Un tapis du Palais impérial à deux dragons de la période Wanli, qui a été exposé à Pékin en 1992 et auquel il manque ses bordures primaires et dont certaines sections ont été retissées, a été vendu dans The Exceptional Sale, Christie's, New York, 11 décembre 2014, lot 8. La paire de ce tapis reste au Musée du Palais et conserve une partie des bordures d'origine en frettes et feuilles défilantes. Un autre fragment, également dépourvu de ses bordures, a été vendu à titre privé à un collectionneur de Californie. Une petite section d'un tapis de dragon impérial a été vendue en 1989. Un autre vendu en 1993 avec des restaurations a été revendu en 2011. Une section d'une couverture de plate-forme de trône impérial avec des dragons a été vendue en 2006. La même année, une section de la couverture de la petite plate-forme de trône surélevée de la salle de l'Harmonie suprême a été vendue à New York. Un petit tapis de siège provenant des mêmes ateliers impériaux de Pékin a été vendu en 2007.

Ce magnifique tapis impérial témoigne de la majesté et des réalisations artistiques créées sous la dynastie Ming. Sa rareté, sa beauté et son importance historique sont remarquables et son état de conservation exceptionnel.

A rare and magnificent Imperial 'Dragon' Throne Carpet

Independent research

A rare and magnificent Imperial

More from The Exceptional Sale

View All
View All