ATTRIBUEE A ROBERT-JOSEPH AUGUSTE (1723-1805)
ATTRIBUEE A ROBERT-JOSEPH AUGUSTE (1723-1805)
ATTRIBUEE A ROBERT-JOSEPH AUGUSTE (1723-1805)
9 More
ATTRIBUEE A ROBERT-JOSEPH AUGUSTE (1723-1805)
12 More
Veuillez noter que tous les lots seront transférés… Read more
ATTRIBUEE A ROBERT-JOSEPH AUGUSTE (1723-1805)

PAIRE D'APPLIQUES D'ÉPOQUE TRANSITION, VERS 1765-1775

Details
ATTRIBUEE A ROBERT-JOSEPH AUGUSTE (1723-1805)
PAIRE D'APPLIQUES D'ÉPOQUE TRANSITION, VERS 1765-1775
En bronze ciselé et doré, à trois bras de lumière feuillagés retenus par une cariatide en terme
H.: 76 cm. ; L.: 46 cm.
(2)
Literature
Bibliographie comparative:
Cat. exp., Cinq ans d'enrichissement du Patrimoine National 1975-1980, Grand Palais, 15 novembre 1980 - 2 mars 1981, Paris, n° 99.
A. Gonzalez-Palacios, Gli Arredi Francesi, II Patrimonio artistico del Quirinale, Milan, 1995, pp. 258-259.
D. Alcouffe, A. Dion-Tenenbaum, G. Mabille, Les bronzes d'ameublement du Louvre, Dijon, 2004, p. 108.

Special notice

Veuillez noter que tous les lots seront transférés vers un entrepôt extérieur. Le retrait des lots sera possible à partir du 24 juin 2022.
All items will be transferred to an offsite warehouse after the sale and will be available on 24 June 2022. Please refer to department for information about storage charges and collection details.
Post lot text
ATTRIBUTED TO ROBERT-JOSEPH AUGUSTE (1723-1805)
A PAIR OF LATE LOUIS XV ORMOLU THREE-BRANCH WALL-LIGHTS, CIRCA 1765-1775
Each a back plate with a female term figure
30 in. high ; 18 in. wide

Brought to you by

General Sale Enquiries
General Sale Enquiries Hubert de Givenchy – Collectionneur

Lot Essay

With majestic figures clad in tasselled drapery emerging from bold acanthus leaves, the superlative quality and monumental design of these wall-lights denote a maker and client of importance. The fine chasing, considered composition and several related examples point to an attribution to the silversmith and bronzier Joseph-Robert Auguste (1723-1805). Indeed in the sale of the famous connoisseur Blondel de Gagny that took place from 10 December-22 January 1776, lot 1033 describes a pair of wall lights by ‘M. Auguste’ that match our own: ‘Une paire de bras à trois branches de bronze doré, très bien exécutée & de la composition de M. Auguste; le corps de chaque bras représente un therme de femme.

THE MODEL

The presence of other wall-lights of this model in former Royal collections in Italy and Russia as well as in the Louvre (inv. 10518) further points to a maker of international prominence such as Auguste. Three pairs in the Palazzo Quirinale in Rome were previously in the Palazzo del Colorno and recorded there in an 1811 inventory (Alvar Gonzalez-Palacios, Gli Arredi Francesi, Il Patrimonio artistico del Quirinale, BNL Edizioni, 1995 pp.258-259). This residence of the Duke of Parma was home to the daughter and then grandson of Louis XV in the late 18th century and was furnished with French decorative arts with Versailles as its model, containing gilt-bronzes by the Caffieris among others. The second pair identical to our own are in the palace of Peterhof just outside St. Petersburg. They were and still remain in the Audience Hall of the palace, a magnificent room designed by Francesco Barolomeo Rastrelli (1700-1771). The interior of this room was conceived by Empress Elizabeth and remained almost completely unaltered until its destruction by the German army in 1941. In the reign of Catherine II, the room was used as a dining -room and two pairs of wall lights ‘of French manufacture’ were added, the pair identical to our own being one of them. Catherine II was one of Auguste’s principal patrons and references to his work can be found in her letters. This pair could well have been acquired soon after their manufacture in the 1770s as by October 1780 Catherine seemed familiar with such models, complaining in a letter to Baron Grimm that designs for a silver service Auguste had sent her were ‘chargés de […] figures humaines et dornements comme lon en voit partout (L. Réau, Correspondance artistique de Grimm avec Catherine II, Archives des l'art français, vol. xvii, 1932, p. 89. ).
The design of the wall-lights compares to other works by Auguste. A pair of two-branch wall-lights in the Metropolitan Museum with a related acanthus-clad figural composition, circa 1775 (accession no. 2019.283.74) and previously in the collection of Mrs Jayne Wrightsman is also attributed to Auguste. The John Paul Getty Museum in Los Angeles (84.DG.42) and the Metropolitan Museum in New York (48.187.390a, b) each preserve a pair of silver candelabra signed by Auguste supported by three female terms (the Getty pair with additional putti supporting the central nozzle). The solemnity and architectural design of these figures recalls the terms of our own wall lights and similarities can be seen in the treatment of the hair and definition of the faces. A sauceboat of particularly charming design from the silver service made by Auguste in the 1770s for George III of the United Kingdom, currently at Waddesdon Manor (accession no. 8.2003.1-82) also shares similarities. From the body of the boat a putto emerges from an acanthus-leaf loin cloth, his eyes cast down and his arms terminating in acanthus-leaf hands forming the handle. The dignity and indifference expressed in this composition is the same as that expressed in our own. A design element that can be related directly to Auguste appears on the bottom of drip trays of the present lot. A pen drawing by Auguste’s workshop preserved in the Musee des Arts Decoratifs, Paris (inv. 24 725 A) titled ‘Une fourchette, une cuillère et six modèles de manches de cuillères shows various motifs for spoon handles, one of which, a palmette with husk trails, appears on the drip-trays of our wall lights.

ROBERT-JOSEPH AUGUSTE

Robert-Joseph Auguste (1723-1805) achieved international renown in his career as one of Europe’s greatest silversmiths. After becoming maitre in 1757 he was appointed lorfevre ordinaire du roi in 1777, by which point he had already been supplying the French royal family for 30 years. He counted Mme de Pompadour, George III of Great Britain and the royal courts of Denmark, Portugal and Russia among his clients. Indeed Matthew Boulton (1727-1781) commented in a letter to James, 7th Earl of Findlater in 1776 ‘as I have not seen the best productions of Monsr Auguste I presume I have seen nothing’ (C. Lever, Goldsmiths and Silversmiths of England, London, 1975, p. 84). Yet Auguste was by no means exclusively a silversmith. In the 1750s and 60s he was described as a marchand joaillier, producing several gold snuff boxes and there are a number of surviving works from the 60s and 70s by Auguste in gilt-bronze. For example, a pair of bloodstone vases with ormolu mounts signed Auguste F. Orfevre du Roi a Paris, 1775 was sold from the collection of Alexandrine de Rothschild at Sotheby’s, London, 18th May 1967, lot 129 and the ormolu pedestal base displays the palmette and husk motif closely related to that on the drip pans of our wall lights. The Wallace Collection also preserves three pieces with gilt-bronze mounts by Auguste; an ormolu-mounted porphyry vase (F355) that is most probably the one in Blondel de Gagny’s hôtel described in 1766 by Hébert as ‘Vase de porphire monté avec ornemens [sic] de cuivre doré, par Auguste’ and a vase and pedestals (F354, F291) designed by Charles de Wailly with mounts chased, and possibly cast by Auguste. Indeed the capability of Auguste’s workshop to produce and finish gilt-bronzes is evidenced by the report of a burglary on 27 February 1782 in the room of Georges Boetger ‘ciseleur travaillant chez le sieur Auguste (Le Poinçon de Paris, Paris, 1926, A-C, p. 32).


Avec ses majestueuses figures habillées de draperies émergeant d’audacieuses feuilles d’acanthe, la qualité et la monumentalité de ces appliques portent la marque d’un créateur et d’un client d’importance. La belle ciselure, la composition réfléchie et plusieurs exemples connexes indiquent une attribution à l'orfèvre et bronzier Joseph-Robert Auguste (1723-1805). En effet, dans la vente du fameux collectionneur Bondel de Gagny qui eût lieu du 10 décembre au 22 janvier 1776, le lot 1033 décrit comme une paire d’appliques par M. Auguste correspond à la nôtre : Une paire de bras à trois branches de bronze doré, très bien exécutée & de la composition de M. Auguste; le corps de chaque bras représente un terme de femme.

LE MODELE

La présence d’autres appliques du même modèle dans les anciennes collections royales en Italie, en Russie mais aussi au Louvre (inv. 10518) font penser au même créateur d’importance internationale : Auguste. Trois paires, aujourd’hui au Palazzo Quirinale à Rome, étaient répertoriées au Palazzo del Colorno en 1811 (A. Gonzalez-Palacios, Gli Arredi Francesi, Il Patrimonio artistico del Quirinale, Milan, 1995 pp. 258-259). Cette résidence du duc de Parme, était avant cela celle de la fille puis des petits-enfants de Louis XV à la fin du XVIIIe siècle. Cette demeure était alors meublée de mobilier français prenant Versailles pour modèle et contenait notamment des bronzes de Caffieri. La deuxième paire, identique à la nôtre, est conservée au palace de Peterhof situé à l’extérieur de Saint-Pétersbourg. Elle est depuis l’origine dans la salle d’Audience du palais. Cette salle magnifique a été conçue par Francesco Barolomeo Rastrelli (1700-1771) et par l’impératrice Catherine II. Cette pièce est restée quasi à l’identique jusqu’à sa destruction par les Allemands en 1941. Durant le règne de Catherine II, elle était utilisée comme salle à manger dans laquelle deux paires d’appliques de manufacture française ont été ajoutées, la paire identique à la nôtre faisant partie de ces deux ensembles. Catherine II était l’une des principales commanditaires d’Auguste comme en témoigne leur correspondance. Cette paire a probablement été achetée par Catherine II peu après leur fabrication dans les années 1770 car elle semble familière de ce modèle dans les années 1780. Elle se plaint d’ailleurs dans une lettre au baron Grimm d’un service en argent envoyé par Auguste qu’elle trouve chargés de […] figures humaines et dornements comme lon en voit partout (L. Réau, Correspondance artistique de Grimm avec Catherine II, Archives des l'art français, vol. xvii, 1932, p. 89. ).
Le dessin de ces appliques est comparable à d’autres œuvres d’Auguste. Nous trouvons par exemple, une paire d’appliques à deux bras de lumière avec un décor de femmes drapées et de feuilles d’acanthe vers 1775, conservée au Metropolitan Museum (Inv. 2019.283.74) et auparavant attribuée à Auguste lorsqu’elle se trouvait dans la collection de Mrs Jayne Wrightsman. Autre exemple, le John Paul Getty Museum de Los Angeles (Inv. 84.DG.42) et le Metropolitan Museum in New York (Inv. 48.187.390 a, b) conservent chacun une paire de candélabres en argent signée par Auguste avec un décor de femme en terme (la paire du Getty avec en plus des putti soutenant la partie centrale).

La solennité et le dessin architecturé de ces figures rappellent ceux de nos appliques, des similarités peuvent aussi être observées dans le traitement des cheveux et des visages.

Autre pièce similaire, la saucière issue du service réalisé par Auguste dans les années 1770 pour le Roi George II d’Angleterre, conservée actuellement au Waddesdon Manor (inv. 8.2003.1-82). Du corps de la saucière émerge un putto, les yeux baissés et les mains terminées en feuille d’acanthe formant la poignée. Le soin de la composition est identique à celui exprimé sur nos appliques.

Un dessin d’Auguste, conservé au Musée des Arts Décoratifs de Paris (inv. 24 725 A) intitulé Une fourchette, une cuillère et six modèles de manches de cuillères montre différents décors dont un figurant des palmettes et que l’on peut rapprocher du motif que l’on retrouve sur nos appliques.

ROBERT JOSEPH AUGUSTE

Robert-Joseph Auguste (1723-1805) a acquis une renommée internationale en devenant l’un des meilleurs orfèvres européens. Il devient maître en 1757 puis orfèvre ordinaire du Roi en 1777 après avoir fourni la famille royale pendant 30 ans. Parmi ces clients on peut citer, Madame de Pompadour, George III d’Angleterre, la cour royale du Danemark, du Portugal et de la Russie. Dans une lettre de 1776, James, le 7ème Comte de Findlater commentait ainsi Puisque je nai jamais vu les plus belles productions de Monsieur Auguste, je présume que je nai rien vu (C. Lever, Goldsmiths and Silversmiths of England, Londres, 1975, p. 84). Pour autant, Auguste n’était pas seulement orfèvre. Dans les années 1750-1760, il était décrit comme marchand joaillier, et produisait des tabatières en or mais aussi des éléments en bronze doré. Par exemple, une paire de vases sang de uf montés en bronze signés Auguste F. Orfevre du Roi a Paris, 1775, a été vendue dans la vente de collection d’Alexandrine de Rothschild à Sotheby’s, Londres, le 18 mai 1967, lot 129 dont la base du piédestal en bronze doré porte le motif de palmette étroitement lié à celui de nos appliques. La Wallace Collection conserve également trois éléments montés en bronze doré. Le vase en porphyre monté en bronze doré (Inv. F355), est probablement celui de l’hôtel Blondel de Gagny décrit en 1766 par Hébert comme Vase de porphire monté avec ornemens [sic] de cuivre doré, par Auguste. Le vase et piédestal (Inv. F354, F291), dessiné par Charles de Wailly avec monture en bronze doré et possiblement livré par Auguste. En effet la capacité de l’atelier d’Auguste à travailler le bronze doré est attestée par un rapport du 27 février 1782 dans la chambre de Georges Boetger ciseleur travaillant chez le sieur Auguste (Le Poinçon de Paris, Paris, 1926, A-C, p. 32).


More from Hubert de Givenchy - Collectionneur: Chefs-d'oeuvre | Masterpieces

View All
View All