ATTRIBUEE A PIERRE-PHILIPPE THOMIRE (1751-1843)
ATTRIBUEE A PIERRE-PHILIPPE THOMIRE (1751-1843)
ATTRIBUEE A PIERRE-PHILIPPE THOMIRE (1751-1843)
9 More
ATTRIBUEE A PIERRE-PHILIPPE THOMIRE (1751-1843)
12 More
Veuillez noter que tous les lots seront transférés… Read more
ATTRIBUEE A PIERRE-PHILIPPE THOMIRE (1751-1843)

PAIRE DE GIRANDOLES MONUMENTALES DE LA FIN DE L'EPOQUE LOUIS XVI, VERS 1790-1800

Details
ATTRIBUEE A PIERRE-PHILIPPE THOMIRE (1751-1843)
PAIRE DE GIRANDOLES MONUMENTALES DE LA FIN DE L'EPOQUE LOUIS XVI, VERS 1790-1800
En bronze patiné et bronze ciselé et doré, représentant chacun un couple formé d'un amour tenant une aiguière pour l'un et un cor pour l'autre, et d'une vestale présentant une girandole à douze bras de lumière sur deux rangs, surmontés d'une torche enflammée et reposant sur un socle à section triangulaire orné de griffons, masques de bélier et femmes ailées, le piédestal possiblement russe en chêne et résineux laqué vert à l'imitation du marbre et partiellement doré, à section circulaire, orné en façade d'une couronne de laurier associée au début du XIXe siècle, appliqué de pilastres à têtes et pieds de griffon et ouvrant par un vantail à l'arrière
H.: 271 cm. ; L.: 71 cm. ; 44 cm.

Pierre-Philippe Thomire, reçu maître en 1772
(2)
Provenance
Commandées pour Paul Ier de Russie (par réputation) ;
Ancienne collection Henri-Thomas, chevalier de Kärcher (1773-1824) ; sa vente, 29 janvier 1825, Paris, lot 407 ;
Alexander et Berendt Ltd, Londres, 1993.
Literature
J.D. Augarde, "Les propositions de Pierre-Benoît Marcion pour les Toskanazimmer de la Résidence de Würzburg", in Estampille-Objet d'Art, n° 433, mars 2008, pp. 64-65 (ill.)
Special notice

Veuillez noter que tous les lots seront transférés vers un entrepôt extérieur. Le retrait des lots sera possible à partir du 24 juin 2022.
All items will be transferred to an offsite warehouse after the sale and will be available on 24 June 2022. Please refer to department for information about storage charges and collection details.
Post lot text
PIERRE-PHILIPPE THOMIRE (1751-1843)
A PAIR OF MONUMENTAL LATE LOUIS XVI ORMOLU AND PATINATED-BRONZE TWELVE-LIGHT GIRANDOLES, CIRCA 1790-1800
Each on a faux-marble wooden base possibly Russian; the ormolu wreath associated in the early 19th century
106 3⁄4 in. high , 28 in. wide ; 17 1⁄4 in. deep

Brought to you by

General Sale Enquiries
General Sale Enquiries Hubert de Givenchy – Collectionneur

Lot Essay

Probably commissioned for Russian Emperor Paul I, this monumental and finely-chased pair of gilt and patinated bronze torchères can be attributed to Pierre-Philippe Thomire. They are one of the most ambitious and monumental bronzes dameublement conceived at the turn of the century, circa 1800.

They appear in 1825 in the collection sale of chevalier Henri Thomas Karcher (1773-1824) described as below:

Lot 407- Une paire de candélabres, modèle de 8 pieds et demi de haut, avec figures de femme et enfants en bronze, candélabres dorés au mat, et supportant 16 lumières, socle en bois. Cet article, de la plus grande richesse, fut commandé pour lempereur de Russie.

The 1825 catalogue indicated they were formerly commissioned for the Tsar of Russia, suggesting they might have been conceived for Paul I of Russia but were never delivered to him as he was assassinated in 1801. Paul I was indeed an avid collector of French Decorative Arts and commissioned numerous bronzes dameublement in Paris from the best bronziers for his residences. His interest for such luxurious Parisian goods might have been aroused when, travelling incognito through Austria and Italy using the pseudonyms ‘Comte and Comtesse du Nord’, Paul and his wife enjoyed a month-long stay in Paris in 1782 and embarked on a vast spending spree on French decorative arts, the result of which would determine the interiors of their palace of Pavlovsk. In 1786, when Paul acceded to the throne he started a new building project and abandoned his mother Catherine’s Tauride Palace. From 1797-1801 he employed the architect Vincenzo Brenna to construct at breakneck speed a fantastical new palace, the Mikhailovsky Castle or St. Michael’s Castle which was filled with the most luxurious Russian and French ormolu items.
Paul had very little time to enjoy his new palace and was assassinated in 1801, following which the contents of the Mikhailovsky Palace were eventually removed and sold to members of the court and at public auction. It is therefore possible that the present pair of monumental candelabra left the Imperial collection at that time, or, whilst being manufactured at great cost in Paris, was never delivered to the Tsar but sold on the local French market.

PIERRE-PHILIPPE THOMIRE (1751-1843)

The very high quality of the cast and chasing of these torchères would suggest the work of the celebrated bronzier Pierre-Philippe Thomire (maître in 1772).
With their griffin-supported altar with canted angles, the Givenchy girandoles are clearly indebted to designs by the architect Jean-Demosthène Dugourc. This distinctive motif was adopted by the ciseleur-doreur Pierre-Philippe Thomire on the Pendule à Porteurs supplied by the horloger Robin in 1788 for the Cabinet des Bains of Marie-Antoinette at the Palais des Tuileries. This clock is now in the musée des Arts Décoratifs, Paris whilst another example is in the museo nacional des Artes Decorativas, Madrid (illustrated in P. Verlet, Les Bronzes Dorés Français du XVIIIe Siècle, Paris, 1989, p. 327, figs. 361-62). The Madrid clock was supplied to Carlos IV by François Godon, alongside a pair of candelabra with similar altar-form bases in Sèvres porcelain which are signed Thomire doreur à Paris 1791. Now in the Royal Collection in Madrid, these are illustrated in P. Verlet, Les Bronzes Dorés Français du XVIIIe Siècle, Paris, 1989, p.47, pl.41.

A pair of candelabra, of smaller scale, with similar stems held by almost identical patinated-bronze maiden figures and most probably executed by the same ciseleur-doreur was sold from the Wildenstein collection, Christie’s, London, 14 December 2005, lot 24. Another pair of candelabra, undoubtedly by the same bronzier, but with two scantily-clad female figures flanking the central griffin-supported tripartite altar plinth - is in the Ostankino Palace, Moscow. These were almost certainly acquired in Paris in the late 18th century by the enlightened connoisseur, Nikolai Petrovich Sheremetev (1751-1809). They are illustrated in situ in O. Neverove, Great Private Collections of Imperial Russia, London, 2004, p. 84-5, fig. 102.

Born into a family of ciseleurs, Thomire began working with the renowned bronzier Pierre Gouthière (1732-1813) and the ciseleur-doreur du roi Jean-Louis Prieur (d. circa 1785-1790), before opening his own workshop in 1776. Famed for his production of finely-chased gilt-bronze objets-de-luxe, a large quantity of which were commissioned by the Royal household, Thomire frequently collaborated with marchands-merciers such as Simon-Philippe Poirier, the latter's successor, Dominique Daguerre, and regularly supplied mounts to celebrated ébénistes such as Adam Weisweiler (maître in 1778) and Guillaume Beneman (maître in 1785). On the death of Jean-Claude Duplessis – the artistic director of the Sèvres porcelain manufactory – in 1783, Thomire assumed the role of bronzier and designer to the manufactory. Astute and lauded for the quality of his productions, Thomire was one of the few artisans to survive the Revolution and continued to deliver important commissions to foreign Royal courts such as those in Spain and Russia. In 1804, he established a new business under the name Thomire, Duterme et Cie. and was appointed 'Ciseleur de l'Empereur' by Napoleon in 1809. In 1811 he would collaborate with the silversmith Odiot on the execution of the celebrated cradle for the King of Rome.

HENRI-THOMAS KARCHER (1773-1824)

Born in Saarbrücken in between Luxemburg and Frankfurt, Henri Thomas Karcher was a prominent diplomat and financial administrator under Napoleon who participated in the Congress of Vienna. The frontispiece of his 1825 sale catalogue indicates he was Minister of the Grand Duke of Tuscany and later of the Elector of Hesse-Cassel, whilst residing in France. His many years abroad in Germany and Italy enabled him to amass an impressive art collection, particularly of prints by Italian Old Masters and the present pair might have been offered as a diplomatic gift. He lived in Paris on 27 rue du Faubourg Saint-Honoré until his death in 1824. The inventory of the contents of his house revealed it was modestly furnished and does not list the pair of girandoles indicating they were either placed in his ministry or were added in the sale by the auction’s expert Charles Paillet.


Probablement commandée pour l'empereur de Russie Paul Ier, cette monumentale paire de torchères en bronze doré et patiné et finement ciselée peut être attribuée à Pierre-Philippe Thomire. Elles constituent l'un des bronzes d'ameublement monumentaux les plus ambitieux conçus au tournant du siècle, vers 1800.
Elles apparaissent en 1825 dans la vente de la collection du chevalier Henri Thomas Karcher (1773-1824) décrite comme suit :

Lot 407- Une paire de candélabres, modèle de 8 pieds et demi de haut, avec figures de femme et enfants en bronze, candélabres dorés au mat, et supportant 16 lumières, socle en bois. Cet article, de la plus grande richesse, fut commandé pour lempereur de Russie.

Le catalogue de 1825 indique qu'elles ont été commandées auparavant pour le tsar de Russie, ce qui laisse penser qu'elles peuvent avoir été conçues pour Paul Ier de Russie mais ne lui ont jamais été livrées puisqu’il est assassiné en 1801. Paul Ier est en effet un collectionneur passionné d'arts décoratifs français et commande à Paris de nombreux bronzes d'ameublement aux meilleurs bronziers pour ses résidences. Son intérêt pour ces luxueuses marchandises parisiennes est peut-être né à Paris lorsque, voyageant incognito à travers l'Autriche et l'Italie sous les pseudonymes de Comte et Comtesse du Nord, Paul et son épouse font un séjour d'un mois à Paris en 1782 et se lancent dans de vastes dépenses en arts décoratifs français, dont le résultat déterminera les intérieurs de leur palais de Pavlovsk. En 1786, lorsque Paul accède au trône, il lance un nouveau projet de construction et abandonne le palais Tauride de sa mère Catherine. De 1797 à 1801, il engage l'architecte Vincenzo Brenna pour construire à une vitesse folle un nouveau palais extraordinaire, le château Mikhailovsky ou château Saint-Michel, qui était rempli des objets en bronze doré russes et français les plus luxueux.

Paul n'eut que très peu de temps pour profiter de son nouveau palais et fut assassiné en 1801, après quoi le contenu du palais Mikhailovsky fut finalement retiré et vendu aux membres de la cour et aux enchères publiques. Il est donc possible que la présente paire de candélabres monumentaux ait quitté la collection impériale à cette époque ou que, bien que fabriquée à grands frais à Paris, elle n'ait jamais été livrée au tsar mais vendue sur le marché local français.

PIERRE-PHILIPPE THOMIRE (1751-1843)

La très grande qualité de la fonte et de la ciselure de ces torchères suggère l'œuvre du célèbre bronzier Pierre-Philippe Thomire (maître en 1772).
Les girandoles de Givenchy, avec leur autel soutenu par des griffons aux angles inclinés, sont clairement dues aux dessins de l'architecte Jean-Demosthène Dugourc. Ce motif distinctif a été adopté par le ciseleur-doreur Pierre-Philippe Thomire sur la Pendule à Porteurs fournie par l'horloger Robin en 1788 pour le Cabinet des Bains de Marie-Antoinette au Palais des Tuileries. Cette pendule se trouve aujourd'hui au musée des Arts Décoratifs, Paris, tandis qu'un autre exemplaire se trouve au Museo nacional des Artes Decorativas, Madrid (ill, P. Verlet, Les Bronzes Dorés Français du XVIIIe Siècle, Paris, 1989, p. 327, figs. 361-62). La pendule de Madrid a été fournie à Carlos IV par François Godon, ainsi qu'une paire de candélabres avec des bases similaires en forme d'autel en porcelaine de Sèvres, signés Thomire doreur à Paris 1791. Aujourd'hui dans la collection royale de Madrid, ils sont illustrés dans P. Verlet, Les Bronzes Dorés Français du XVIIIe Siècle, Paris, 1989, p. 47, pl.41.

Une paire de candélabres, de plus petite taille, avec des tiges similaires tenues par des figures de jeunes filles en bronze patiné presque identiques et très probablement exécutées par le même ciseleur-doreur, provenant de la collection Wildenstein a été vendue, Christie's, Londres, 14 décembre 2005, lot 24. Une autre paire de candélabres, sans aucun doute du même bronzier, mais avec deux figures féminines légèrement vêtues flanquant le socle d'autel tripartite central supporté par un griffon, se trouve au Palais Ostankino, à Moscou. Ces objets ont très certainement été acquis à Paris à la fin du XVIIIe siècle par le connaisseur éclairé Nikolaï Petrovitch Cheremetev (1751-1809). Elles sont illustrées in situ dans O. Neverove, Great Private Collections of Imperial Russia, Londres, 2004, p. 84-5, fig. 102.

Né dans une famille de ciseleurs, Thomire commence à travailler avec le célèbre bronzier Pierre Gouthière (1732-1813) et le ciseleur-doreur du roi Jean-Louis Prieur (mort vers 1785-1790), avant d'ouvrir son propre atelier en 1776. Célèbre pour sa production d'objets de luxe en bronze doré finement ciselés, dont un grand nombre sont commandés par la maison royale, Thomire collabore fréquemment avec des marchands-merciers comme Simon-Philippe Poirier, le successeur de ce dernier, Dominique Daguerre, et fournit régulièrement des montures à des ébénistes célèbres comme Adam Weisweiler (maître en 1778) et Guillaume Beneman (maître en 1785). A la mort de Jean-Claude Duplessis - directeur artistique de la manufacture de porcelaine de Sèvres - en 1783, Thomire assume le rôle de bronzier et de dessinateur de la manufacture. Astucieux et loué pour la qualité de ses productions, Thomire est l'un des rares artisans à survivre à la Révolution et continue de livrer d'importantes commandes à des cours royales étrangères comme celles d'Espagne et de Russie. En 1804, il crée une nouvelle entreprise sous le nom de Thomire, Duterme et Cie. et est nommé Ciseleur de l'Empereur par Napoléon en 1809. En 1811, il collabore avec l'orfèvre Odiot à l'exécution du célèbre berceau du roi de Rome.

HENRI-THOMAS KARCHER (1773-1824)

Né à Sarrebruck, entre Luxembourg et Francfort, Henri Thomas Karcher fut un éminent diplomate et administrateur financier sous Napoléon qui participa au Congrès de Vienne. Le frontispice du catalogue de sa vente de 1825 indique qu'il a été ministre du grand duc de Toscane et plus tard de l'électeur de Hesse-Cassel, tout en résidant en France. Ses nombreuses années passées à l'étranger, en Allemagne et en Italie, lui ont permis d'amasser une impressionnante collection d'art, en particulier de gravures d’anciens maîtres italiens, et la présente paire pourrait avoir été offerte comme cadeau diplomatique. Il a vécu à Paris au 27 rue du Faubourg Saint-Honoré jusqu'à sa mort en 1824. L'inventaire du contenu de sa maison révèle qu'elle était modestement meublée et ne mentionne pas la paire de girandoles, ce qui indique qu'elles ont été placées dans son ministère ou ajoutées lors de la vente par l'expert Charles Paillet.

More from Hubert de Givenchy - Collectionneur: Chefs-d'oeuvre | Masterpieces

View All
View All