GERMAINE RICHIER (1904-1959)
" f " : In addition to the regular Buyer’s premium… Read more
GERMAINE RICHIER (1904-1959)

Le Grain

Details
GERMAINE RICHIER (1904-1959)
Le Grain
signé, numéroté et porte le cachet du fondeur 'G. Richier 2/6 VALSUANI cire perdue' (sur la terrasse)
bronze à patine brune
144.5 x 32.5 x 31 cm. (56 7/8 x 12¾ x 12¼ in.)
Conçue en 1955, cette oeuvre porte le numéro 2/6 d'un tirage original de onze exemplaires numérotés de 1/6 à 6/6, HC1, HC2, HC3, EA, 0/6.
Provenance
Galerie Henri Creuzevault, Paris
Vente anonyme, Sotheby's Londres, 3 décembre 1987, lot 629
Galerie Odermatt Cazeau, Paris
Acquis auprès de celle-ci par le propriétaire actuel
Literature
D. Chevalier, "Un Grand Sculpteur: Germaine Richier", Prestige français et Mondanités, Paris, septembre 1956, No. 19 (un autre exemplaire illustré p. 60).
B. Butler, "Paris", Arts, New York, décembre 1956, No. 31, pp. 14-16.
E. Crispolti, "Germaine Richier", I maestri della scultura, Milan, 1968, No. 65, pp. 50-52.
M. Conil-Lacoste, "Richier", Nouveau dictionnaire de la sculpture moderne, Paris, 1970, pp. 262-264.
I. Jianou, G. Xurigura et A. Lardera, "Germaine Richier", La Sculpture moderne, Paris, 1982, p. 178.
E. Lebovici, "L'atelier de Germaine Richier vu par Pierre-Olivier Deschamps", Beaux-Arts magazine, Paris, novembre 1989, No. 73, pp. 94-99.
Exhibited
New York, Martha Jackson Gallery, The sculptures of Germaine Richier, novembre-décembre 1957, No. 17 (cet exemplaire exposé). Paris, Musée national d'Art moderne, Germaine Richier, octobre-décembre 1956, No. 76 (un autre exemplaire exposé et illustré pl. XVIII).
Minneapolis, Walker Art Center, Sculpture by Germaine Richier, septembre-novembre 1958, No. 25 (un autre exemplaire exposé).
Boston, University School of Fine and Applied Arts, Sculpture by Germaine Richier, janvier-février 1959, No. 14 (un autre exemplaire exposé).
Antibes, Musée Picasso, Germaine Richier, juillet-septembre 1959, No. 49 (un autre exemplaire exposé et illustré en couverture du catalogue d'exposition).
New York, Museum of Modern Art, New Images of Man, 1959, No. 92 (un autre exemplaire illustré pp. 129-133).
New York, The Solomon R. Guggenheim Museum, Modern Sculpture from the Joseph H. Hirshhorn Collection, octobre 1962-janvier 1963, No. 384 (un autre exemplaire illustré).
Anvers, Parc de Middelheim, VIIe Biennale voor Beeldhoouwkunst, juin-septembre 1963, No. 135 (un autre exemplaire exposé).
Zurich, Kunsthaus, Germaine Richier, juin-juillet 1963, No. 87 (un autre exemplaire exposé).
Antibes, Musée Picasso, Hommages à Germaine Richier, juillet 1963 (un autre exemplaire exposé).
Chicago, Chicago Arts Club, Germaine Richier, janvier-février 1966 (un autre exemplaire exposé).
Detroit, Detroit Institute of Art, Collections of the Friends of Modern Art, mai-juin 1969 (un autre exemplaire exposé).
Chicago, Museum of Contemporary Art, In the Mind's Eye: Dada and Surrealism, 1984-1985 (un autre exemplaire exposé et illustré au catalogue d'exposition p. 205).
Paris, Musée d'Art moderne de la ville de Paris, Passions privées, décembre 1995-mars 1996, A 48 No. 8 (un autre exemplaire exposé et illustré au catalogue d'exposition).
Saint-Paul-de-Vence, Fondation Maeght, Germaine Richier Rétrospective, avril-septembre 1996, No. 80 (un autre exemplaire exposé et illustré en couleurs au catalogue d'exposition p. 149).
Berlin, Akademie der Künste, Germaine Richier, septembre-novembre 1997, No. 82 (un autre exemplaire exposé).
Venise, Peggy Guggenheim Museum, Germaine Richier, octobre 2006-février 2007 (un autre exemplaire exposé et illustré en couleurs au catalogue d'exposition p. 131).
Paris, Christie's Paris, Un Art Autre? Artistes autour de Michel Tapié, une exposition, janvier-février 2012 (un autre exemplaire exposé et illustré en couleurs au catalogue d'exposition p. 131).
Special notice

" f " : In addition to the regular Buyer’s premium, a commission of 7% (i.e. 7.385% inclusive of VAT for books, 8.372% inclusive of VAT for the other lots) of the hammer price will be charged to the buyer. It will be refunded to the Buyer upon proof of export of the lot outside the European Union within the legal time limit.(Please refer to section VAT refunds)
Post lot text
'LE GRAIN'; SIGNED, NUMBERED AND WITH THE FOUDNRY MARK ON THE BASE; BRONZE WITH DARK PATINA.
Sale room notice
Please note that the provenance for this lot as stated in the catalogue is innacurate.
The correct provenance is as follow:
Galerie Henri Creuzevault, Paris
Anonymous Sale, Sotheby's London, 3 December 1987, lot 629
Galerie Odermatt - Cazeau, Paris
Acquired from the above by the present owner
This font is a livetime caft. Veuillez noter que la provenance de ce lot telle que décrite au catalogue est incorrecte.
La provenance correcte est la suivante :
Galerie Henri Creuzevault, Paris
Vente anonyme, Sotheby's London, 3 décembre 1987, lot 629
Galerie Odermatt - Cazeau, Paris
Acquis auprès de celle-ci par le propriétaire actuel
Cette font a été réalisée du vivant de l'artiste.

Lot Essay

Cette oeuvre figurera dans le Catalogue raisonné Vie et Oeuvre de Germaine Richier, actuellement en préparation et dont Françoise Guiter est l'auteur. Un certificat d'authenticité de Françoise Guiter sera remis à l'acquéreur.


Conçue et réalisée du vivant de l'artiste, cette exceptionnelle version de la sculpture Le Grain a fait partie de la collection personnelle de Joseph Hirshhorn avant de rejoindre les collections de son musée à Washington. La fulgurance du parcours de sculpteur de Germaine Richier n'enlève rien à la profondeur de son oeuvre. Elle en souligne, bien au contraire, toute la densité. À la fin de la guerre et pendant un peu plus d'une dizaine d'années, l'artiste s'est en effet livrée à une recherche plastique, une expérimentation de la forme et du corps, qui l'ont conduite à nous laisser une des oeuvres sculptées les plus originales et intimes du vingtième siècle. En 1955 - année où elle réalise Le Grain - Richier connaît déjà une certaine reconnaissance publique mais la proposition de Jean Cassou de lui offrir une exposition personnelle l'année suivante au Musée d'Art moderne se révèle une formidable opportunité de pouvoir présenter une première rétrospective de son travail. Elle accueille en effet cette nouvelle comme un défi et écrit à son ami le sculpteur Bänninger: 'Je travaille beaucoup ; le 13 avril, j'exposerai au Musée d'Art moderne: je suis inquiète. C'est une preuve qui me sortira blanche ou noire, selon l'opinion.' (G. Richier, cité in Germaine Richier 1904-1959, catalogue d'exposition, Paris, Galerie Creuzevault, 1966).

Le Grain fera partie de cette exposition essentielle pour l'artiste. Emblématique de cette capacité à faire naître des figures ambivalentes dont on ne peut facilement percer du premier regard le sujet, cette sculpture se révèle être une de ses oeuvres les plus empruntées de mystère. Comme elle le fait régulièrement, Richier part d'une de ses anciennes sculptures et la fait évoluer. Ici Le Grain - ainsi que sa petite version, L'Épi - tire sa silhouette longiligne de La jeune fille et l'oiseau de 1954 ainsi que de Don Quichotte que l'artiste avait réalisé en 1951. La surface de l'oeuvre est particulièrement travaillée et alterne des passages lissés, comme polis, et des zones burinées, tailladées par la spatule du sculpteur qui donne ainsi vie à la matière en la maltraitant. La figure se tient dans une posture à la fois intimiste et énigmatique, tenant dans sa main gauche une forme sphérique qui pourrait évoquer le grain. Cette main est d'ailleurs portée près de sa poitrine où l'artiste a profondément creusé la matière, comme si sa sculpture devait finir par compléter sa propre germination.

Face au visage sans visage de cette sculpture, nous ne pouvons qu'être saisis, happés par cette forme d'inconnu qui nous conduit à nous interroger sur notre propre identité. Richier semble renouer, dans cette sculpture, avec l'une de ses premières oeuvres, Buste No. 12 de 1933, qui déjà faisait disparaître toute trace de faciès humain. Cette épure des traits conduit ainsi au silence, une forme d'intemporalité qui inscrit Le Grain dans cette fascination de l'homme pour sa propre image, convoquant autant les visages stylisés des sculptures des Cyclades que les interrogations mystérieuses autour de certains portraits de Magritte. S'arrêtant sur la portée de l'oeuvre de Richier, Jean-Louis Prat en souligne d'ailleurs l'importance: 'Les réconciliations imposées par Germaine Richier entre l'homme et la nature sont maintenant définitivement instaurées dans cette oeuvre arrimée à un temps séculaire. Elle lui donne, de façon absolue, une place que l'on avait un peu trop oubliée, aiguë, spectaculaire, secrète et universelle.' (cité in Germaine Richier Rétrospective, catalogue d'exposition, Saint-Paul-de-Vence, Fondation Maeght, 1996, p. 17).

Conceived and executed when the artist was still alive, this remarkable version of Le Grain has been part of the personal collection of Joseph Hirschhorn before joining the Museum collections in Washington. Germaine Richier's dazzling career as a sculptor in no way detracts from the depth of her work. On the contrary, it emphasizes its density. From the end of the war and for a little over 10 years, the artist devoted herself to artistic research experimenting with form and the body, leaving us one of the most original and intimate collections of sculptural work on the 20th century. By 1955 - the year in which she produced Le Grain - Richier has already achieved a certain level of public recognition, although Jean Cassou's proposal to give her a personal exhibition the following year at the Musée d'Art Moderne represented a fantastic opportunity to present the first retrospective of the work. Indeed, she took the news as a challenge, writing to her friend, the sculptor Banninger: "I am working a lot; on 13 April, I will be exhibiting at the Musée d'Art Moderne and I'm worried. It is a trial which will see me come out black or white, depending on opinion." (G. Richier, quoted in Germaine Richier 1904-1959, exhibition catalogue, Paris, Galerie Creuzevault, 1966).

Le Grain was to be a part of this exhibition which was so pivotal for the artist. Emblematic of her capacity to generate ambivalent figures whose subjects are not always easy to grasp at first sight, this sculpture ranks as one her most mysterious pieces. As was often the case, Richier takes one of her previous sculptures as a starting point before developing it. Here, Le Grain - as well as its smaller version, L'Epi - takes its elongated silhouette from La Jeune Fille et l'Oiseau from 1954, as well as Don Quichotte, produced by the artist in 1951. The surface of the sculpture is particulary carefully worked, alternating smooth, almost polished sections, with chiselled areas, carved with a sculptor's spatula, bringing the material to life through its rough treatment. The figure adopts a posture which is both intimate and enigmatic, holding a spherical shape in its left hand, possibly evoking a seed. This hand is also held close to the chest, where the artist has deeply worked the material, as if sculpting it could bring about its own germination.

Confronted by this sculpture's faceless face, we cannot help being struck by the shape of this unknown figure which causes us to ponder our own identity. Richier seems to be referring back here to one of her early works, Buste No. 12 from 1933, which had already removed all trace of human characteristics. These unadorned features therefore generate silence, a form of timelessness which marks Le Grain as part of that fascination mankind has for its own image, recalling both the stylised faces of Cycladic sculptures and the mysterious questions inspired by some of Magritte's portraits. Discussing the signifiance of Richier's work, Jean-Louis Prat also emphasises this importance; 'The reconciliations imposed by Germaine Richier between mankind and nature are now permanently established in these works bound up with a bygone age. She gives it, absolutely, a place which may have been too much forgotten - sharp, spectacular, secret and universal' (quoted in Germaine Richier Rétrospective, exhibition catalogue, Saint-Paul-de-Vence, Fondation Maeght, 1996, p.17).

Related Articles

View all
Collecting guide: 10 things to auction at Christies

More from Art contemporain

View All
View All