Home page

Global notice COVID-19 Important notice
HYACINTHE RIGAUD (PERPIGNAN 1659-1743 PARIS)
HYACINTHE RIGAUD (PERPIGNAN 1659-1743 PARIS)

Autoportrait, dit « au manteau bleu »

Details
HYACINTHE RIGAUD (PERPIGNAN 1659-1743 PARIS)
Autoportrait, dit « au manteau bleu »
Titré, dédicacé et daté ‘portrait de Rigaud / peint par lui-même / pour son amy Ranc / en 1696’ (au revers de la toile d’origine, cachée par la toile de doublage)
Huile sur toile, ovale feint
83,2 x 64,9 cm. (32 ¾ x 25 ½ in.)
Provenance
Antoine ou Jean Ranc.
Vente Christie's, Londres, 2 novembre 2001, lot 75.
Literature
S. Perreau, Hyacinthe Rigaud 1659-1743 - Le peintre des rois, Montpellier, 2004, p. 137-138, ill. 105.
S. Perreau, Hyacinthe Rigaud (1659-1743), catalogue concis de l'œuvre, Sète, 2013, n°. P. 489, p.126, ill. pl. XIX.
Post Lot Text
HYACINTHE RIGAUD, SELF-PORTRAIT, CALLED “WITH A BLUE CLOAK”, ENTITLED, DEDICATED AND DATED, OIL ON CANVAS, IN A FEIGNED OVAL

Lot Essay

Au-delà de ses qualités esthétiques et de son importance, cet autoportrait de Hyacinthe Rigaud constitue un rare et touchant témoignage d’amitié entre deux artistes majeurs du règne de Louis XIV. Au dos de la toile d’origine figurait en effet une longue inscription, aujourd’hui masquée par la toile de doublage : « portrait de Rigaud peint par lui-même pour son amy Ranc en 1696 ». Cette dédicace de l’artiste à son ami le peintre Jean Ranc (plus probablement qu’à son père Antoine Ranc) permet de resituer l’œuvre dans son contexte. Rigaud avait été l’élève d’Antoine Ranc (1634-1716) dès 1671 à Montpellier. Plus de vingt ans plus tard, il devait devenir le maître de Jean, le fils d’Antoine, lorsque celui-ci vint à Paris en 1696. Quelques années plus tard (1715) Jean épousera la nièce de Rigaud, fille de son frère Gaspard, Marie Elisabeth.
Dans une image dénuée de toute pompe, se découpant sur un fond neutre, Rigaud, drapé dans un manteau bleu électrique, se peint avec franchise, regardant avec simplicité le spectateur comme s’il s’adressait – et c’est en fait le cas – à un ami.

More from La Vie de Château, collection Jean-Louis Remilleux

View All
View All