Lot Content

Global notice COVID-19 Important notice
Léon Spilliaert (1881-1946)
Provenant d'une collection particulière, Pays-Bas
Léon Spilliaert (1881-1946)

Un homme et une femme s'abritant sous une voute des Drie Gapers, Ostende

Details
Léon Spilliaert (1881-1946)
Un homme et une femme s'abritant sous une voute des Drie Gapers, Ostende
signé et daté 'L. Spilliaert 1910' (en bas à droite)
aquarelle et crayon gras sur papier
65.3 x 50.2 cm.
Exécuté en 1910

signed and dated 'L. Spilliaert 1910' (lower right)
watercolour and wax crayon on paper
25 5/8 x 19 5/8 in.
Executed in 1910
Provenance
Octave et Etienne Baeyens, Gand.
Noël Noppe, Gand; vente, Veilinghuis Peter Loeckx, Gand, 23 janvier 2007, lot 186.
Acquis au cours de cette vente par le propriétaire actuel.
Post lot text
Bien des années avant l'exécution de Un homme et une femme s'abritant sous une voute des Drie Gapers, Ostende, Spilliaert séjourne quelque temps à Paris, où il tisse des liens forts qui l'amèneront à y retourner régulièrement. Il gravite alors autour des cercles d'avant-garde, notamment celui de Picasso. Déjà, le talent du jeune prodige belge frappe son entourage, en premier lieu les écrivains symbolistes, avec lesquels il nouera quelques amitiés. Pourtant, Spilliaert n'avance guère dans le sillage des peintres parisiens, leur préférant les maîtres nordiques, dont l'influence abreuve, plus que nulle autre, son expression artistique. S'il sera marqué par l'œuvre de Caspar David Friedrich et de Vilhelm Hammershøi, c'est celle d'Edvard Munch, qui est manifeste dans la présente œuvre dont l'arrière-plan lugubre et la tension expressionniste des deux figures n'est pas sans rappeler les motifs de prédilection du maître norvégien.
Alors au sommet de sa période symboliste, Spilliaert réalise la présente œuvre en 1910, dont l'atmosphère énigmatique et ténébreuse incarne le « fantastique réel », formule imaginée par l'écrivain Franz Hellens, ami de l'artiste.
Alors que Spilliaert passe l'essentiel de sa vie dans son Ostende natale - où il a d'ailleurs été amené à croiser son idole, James Ensor - les aléas de la vie balnéaire, ballotée entre les foules estivales et la saison creuse, affectent profondément son tempérament et son art. L'artiste explore ainsi inlassablement l'univers envoûtant des plages esseulées, de la nuit, des rues désertes, de la solitude et de l'abandon dans ces œuvres.
Considérant ses affinités avec Ensor ou Munch, il n'est pas étonnant que Spilliaert se soit imposé en précurseur majeur de l'expressionnisme mais aussi – et peut-être plus naturellement encore au vu de ses origines belges – du surréalisme. S'il se tient toujours à distance des grands mouvements et groupes d'avant-garde, son œuvre révolutionnaire, lui, marque durablement l'art de ses compatriotes, et des surréalistes d'ici et d'ailleurs.

Several years before Un homme et une femme s'abritant sous une voute des Drie Gapers, Ostende was executed, Spilliaert had visited Paris, and retained strong links there for the rest of his life, going there often. During that time, he became a peripheral figure in the avant-garde circles of the day, not least that of Picasso. Already at that young age, Spilliaert's prodigal abilities received the admiration of many, especially the Symbolist writers, many of whom he counted amongst his friends. Interestingly, Spilliaert did not follow the example of the Parisian painters, it is instead a medley of Northern painters whose influences can be most strongly discerned in his art, especially Caspar David Friedrich, Vilhelm Hammershøi and Edvard Munch; the figures of the present drawing evoke indeed the expressionistic tension of Munch's pictures.
Executed in 1910, the present work dates from the highpoint of Spilliaert's Symbolist period. The work is imbued with a thick atmosphere, revealing Spilliaert as the quintessential proponent of the “fantastique reel”, a phrase coined by his friend, the writer Franz Hellens.
Spilliaert grew up a resident of Ostend, and even had the chance to stalk his idol Ensor on occasion. The experience of living on the sea, and seeing the bustling and fashionable resort both on and off season, deeply affected Spilliaert's disposition and his art. It is the haunting world of the deserted beach, the night, the unpeopled street, the lonely and the abandoned that he explores.
As is only natural considering the trace similarities to Ensor as well as to Munch's work, Spilliaert's art was to become an important precursor of Expressionism and, more pertinently considering his own Belgian provenance, of Surrealism as well. He always remained at a safe distance from involvement with movements and groups, yet his pioneering art was to have a lasting legacy in the art of his compatriots, as well as Surrealists farther afield.

Brought to you by

Antoine Lebouteiller
Antoine Lebouteiller

Lot Essay

Cette œuvre sera incluse au catalogue raisonné de Léon Spilliaert en préparation par le Dr. Anne Adriaens-Pannier.

More from Oeuvres Modernes sur papier

View All
View All