Lot Content

Global notice COVID-19 Important notice
SAINT-EXUPÉRY, Antoine de. Lettre autographe signée "Antoine", adressée à Lucie-Marie Decour. [Toulouse, sans date, entre décembre 1926 et février 1927.] 5 pages sur 3 feuillets in-4 (275 x 205 mm) à en-tête des "Grands cafés de Toulouse". Encre sur papier. (Traces de pliure.) Provenance: Lucie-Marie Decour et par descendance au propriétaire actuel.
Au fil de ces six lettres à Lucie-Marie Decour, écrites entre 1927 et 1929, Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944) évoque sa "drôle de vie", "sa vie si bizarre et si lointaine", ses débuts de pilote sur la ligne Casablanca-Dakar, son travail en tant que chef d'aéroplace à Cap Juby et ses diverses escales. À cette toute jeune femme, dont il apprendra avec amertume les fiançailles, il se confie longuement, la pressant de lui écrire et de lui conserver son amitié. Ces lettres ont été publiées dans le Figaro littéraire du 8 juillet 1950, puis dans les Lettres à une jeune fille (Liège: Éditions Dynamo, Pierre Aelberts, 1950) et dans le tome II des Oeuvres complètes d'Antoine de Saint-Exupéry (Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1999, pp. 908-921). Je me sentais tellement un jouet [...] Je ne connaissais pas l'aviation...
SAINT-EXUPÉRY, Antoine de. Lettre autographe signée "Antoine", adressée à Lucie-Marie Decour. [Toulouse, sans date, entre décembre 1926 et février 1927.] 5 pages sur 3 feuillets in-4 (275 x 205 mm) à en-tête des "Grands cafés de Toulouse". Encre sur papier. (Traces de pliure.) Provenance: Lucie-Marie Decour et par descendance au propriétaire actuel.

Details
SAINT-EXUPÉRY, Antoine de. Lettre autographe signée "Antoine", adressée à Lucie-Marie Decour. [Toulouse, sans date, entre décembre 1926 et février 1927.] 5 pages sur 3 feuillets in-4 (275 x 205 mm) à en-tête des "Grands cafés de Toulouse". Encre sur papier. (Traces de pliure.) Provenance: Lucie-Marie Decour et par descendance au propriétaire actuel.

BELLE LETTRE SUR SES PREMIÈRES IMPRESSIONS DE PILOTE, alors qu'il vient d'être nommé copilote sur la ligne Toulouse-Casablanca.

"Vous auriez dû m'écrire un petit mot... [...]
"Vous rêviez à Grenade, à Alcantara, à Malaga... Savez-vous ce que sont ces villes? Moi je les ai respirées dans leur vie la plus modeste et dépouillées de leur légende. Grenade ? C'est un bistro où l'on mange mal. Malaga c'est un terrain plat car je n'en connais que le terrain. Alicante c'est notre logeuse Pepita... L'Espagne n'est pour nous que la maison de Pepita [...].

"Mais j'aime mon métier. Et que l'on y risque quelquechose car je ne pense pas que cela puisse être plus dur. J'aime bien quand certains jours un pilote "passe" que l'on ait à le féliciter non de son habileté, ni même de son endurance mais de son courage. Et qu'un "c'est bien" du bout des lèvres le remercie d'avoir joué sa peau ou sauvé celle des passagers. Je ne suis pas encore habitué aux temps extraordinaires que l'on trouve sur la ligne. Il faut se dire "d'autres ont passé avant moi, il est donc possible de passer". Autrement on ne le croirait pas. Ça me plait tellement que ce ne soit pas un sport pour gigolos mais un métier.

"Je vous jure que je n'exagère pas. Je ne croyais pas qu'un avion puisse ne pas casser dans de tels chocs. J'ai dû me dire "les autres ne cassent pas" pour continuer. Je ne croyais pas que l'on puisse être rabattu par l'orage, et malgré que l'on cabre plein moteur, de trois mille à vingt mètres du sol en quelques secondes et qu'à vingt mètres seulement on retrouve un matelas d'air. [...] Je me sentais tellement un jouet. [...]

"Et la brume! [...] Quant à se risquer à survoler la brume dans un pays où les crêtes trempent dans les nuages c'est, comme on me l'a enseigné "très joli, mais il y a dessous l'éternité".

"Je ne connaissais pas l'aviation. [...]"

[On joint:] -- Une photographie originale (115 x 168 mm) représentant Cap Juby et prise depuis un avion. (Trace de pliure, déchirure et manque angulaire.) Annotation au crayon au verso, d'une autre main, probablement celle de Lucie-Marie Decour: "Cap Juby. Antoine. 1928". Le fort, isolé au bord de la mer, est cerné de tous les autres côtés par les sables. Sur cette partie du cliché, annotation autographe de Saint-Exupéry: "Tout ceci est inexploré!" Antoine de Saint-Exupéry fut chef de poste à Cap Juby entre octobre 1927 et décembre 1928.

Brought to you by

Victorine d'Arcangues
Victorine d'Arcangues

More from Importants Livres Anciens, Livres d'Artistes et Manuscrits

View All
View All