Home page

Global notice COVID-19 Important notice
GEORGES JOUVE (1910-1964)
POUR L'ARCHITECTE ANDRÉ LEFÈVRE (1921-2010)
Céramiste emblématique des années 50, Georges Jouve met au point dans les années 40 un émail noir de cuivre à l'aspect satiné qui sera sa couleur de prédilection. Durant toute sa carrière il n'a de cesse de vouloir créer des espaces de liberté, des formes affranchies, de rompre la symétrie prévisible du tour. Autant de préoccupations majeures que l'on retrouve comme un manifeste dans cette table. Durant l'été 44, Georges Jouve et sa famille s'installent grâce à leur ami, le peintre-décorateur Jean-Denis Malclès, au 83, rue de la Tombe-Issoire, et deviennent alors voisins de l'architecte André Lefèvre (1921-2010). De cette rencontre va naître une longue amitié. André Lefèvre habitera sept ans à Paris, et recevra en cadeaux de nombreuses céramiques au fil du temps. Au début des années 50, André Lefèvre part dans le Sud où il dessinera le paysage de la Côte Varoise. Il achète un terrain au Lavandou pour y construire en 1957 sa villa Le Pin Blanc. Il vendra une partie du terrain attenant au beau-frère de Jouve, André Larivière, également architecte, pour qu'il y construise sa propre maison. En 1954, Georges Jouve s'installera lui aussi dans le Sud à Aix-en-Provence. Il rend alors visite tous les 15 jours à son beau-frère et à son ami André Lefèvre. C'est en découvrant la villa de ce dernier, qu'il lui propose de réaliser une table de salle à manger au plateau en céramique - réalisation qui symbolise les liens forts unissant l'architecte et le céramiste. Seuls trois modèles de table de salle à manger au plateau en céramique sont connus à ce jour. Celui que nous présentons ici est le plus proche du modèle au plateau en bois et piétement métallique que Georges Jouve réalisera pour son usage personnel. La villa Le Pin Blanc illustre la volonté d'André Lefèvre de fondre l'architecture au milieu environnant. Enracinée dans la pente, accrochée à la falaise, orientée plein Sud, elle s'ouvre sur la nature environnante offrant un point de vue panoramique sur la Méditerranée. L'architecte réalisera son oeuvre majeure en 1958, dessinant sur un domaine de 135 hectares, en collaboration avec l'architecte Jean Aubert (1924-2004), au Gaou Bénat, Cap naturel de la Côte d'Azur, des routes, un village, six hameaux et sept cents maisons quasiment invisibles. Soucieux du développement durable avant l'heure, il appliquera encore ses principes à deux autres projets plus modestes : La Lézardière, située au Lavandou et Le domaine de Pardigon, à la Croix Valmer. Sa démarche architecturale sera célébrée lors de l'exposition "André Lefèvre et Jean Aubert - Architecture de la disparition" à la Villa Noailles du 22 février au 5 avril 2009. One of the definitive ceramists of the 1950s, Georges Jouve had already perfected his distinctive satin-finish black glaze by the late 1940s. Throughout his career he sought to perfect free-form structures that defied the suggestion of machine production, a characteristic evident in the present table. During the summer of 1944, Georges Jouve and his family moved into accomodation thanks to their friend, the artist-decorator Jean-Denis Malclès, at 83 rue de la Tombe-Issoire, Paris, and in the process became acquainted with their neighbour, the architect André Lefèvre (1921-2010), establishing a lasting friendship that was marked by numerous gifts of ceramics from Jouve to Lefèvre. At the beginning of the 1950s, Lefèvre relocated to the south of France, to Lavandou, where he built his villa, 'Le Pin Blanc', in 1957. He sold a portion of this land to Jouve's brother-in-law, André Larivière, also an architect, to build his own home. In 1954 Jouve himself moved south, to Aix-en-Provence, and every fortnight would visit his brother-in-law and his friend. Impressed by Lefèvre's villa, Jouve proposed a dining table, with ceramic top, that sought to emphasise the strong relationship between the two men. Only three models of a dining table with ceramic top have been recorded to date, and the present example is the closest to the wood-top example, with metal understructure, that Jouve created for his own use. 'Le Pin Blanc' represented Lefèvre's intent to site architecture within the landscape. This south-facing villa, perched on a hilltop and set into the cliffs, offered panoramic views over the Mediterranean, and is considered as one of the architect's definitive structures. Together with the architect Jean Aubert (1924-2004), in 1958 Lefèvre created a complex of 700 houses and six hamlets united by roads, all well-concealed within the landscape of Gaou Bénat on the Côte d'Azur. This was to be the first of two other similar projects, even if more modest, 'La Lézardière' at Lavandou, and 'Le Domaine de Pardigon' at Croix-Valmer. The pioneering architecture of this partnership was celebrated in the exhibition 'André Lefèvre & Jean Aubert: Disappearing Architecture', Villa Noailles, 22 February - 5 April 2009.
GEORGES JOUVE (1910-1964) POUR L'ARCHITECTE ANDRÉ LEFÈVRE (1921-2010)

TABLE DE SALLE À MANGER, PIÈCE UNIQUE, VERS 1960

Details
GEORGES JOUVE (1910-1964)
POUR L'ARCHITECTE ANDRÉ LEFÈVRE (1921-2010)
TABLE DE SALLE À MANGER, PIÈCE UNIQUE, VERS 1960
Le plateau en céramique émaillée noire, reposant sur un piétement quadripode tubulaire en métal laqué noir relié par une entretoise en double Y
Hauteur : 70 cm. (27½ in.) ; Longueur : 194,5 cm. (76½ in.) ; Largeur : 114 cm. (44¾ in.)
Provenance
Collection de l'architecte André Lefèvre, villa Le Pin Blanc, Le Lavandou.
Acquise directement auprès de celui-ci par les propriétaires actuels en 1988.
Literature
M.-A Febvre-Desportes, Loin des villes, au grand air, l'année sous le soleil du midi, dans La Maison Française, décembre 1960-janvier 1961, n. 143, Compagnie Française d'Éditions, Paris, 1960, p. 138, 140 et 142 pour des vues de la table dans la villa d'André Lefèvre, Le Lavandou.
Post lot text
AN ENAMELLED CERAMIC AND PAINTED METAL DINING TABLE BY GEORGES JOUVE FOR THE ARCHITECT ANDRÉ LEFÈVRE, UNIQUE, CIRCA 1960

Brought to you by

Déborah Hasson
Déborah Hasson

Lot Essay

Cf. : Paul Kjellberg, Le mobilier du XXème siècle, Dictionnaire des créateurs, Éditions de l'Amateur, Paris, 1994, p. 360 pour une variante de la table de forme libre par Georges Jouve et Janette Laverrière, le piétement en bois, vers 1950
Yves Badetz, Janette Laverrière, Norma Éditions, Paris, 2004, p. 74 pour la variante précitée
Philippe Jousse, Georges Jouve, Jousse entreprise, Paris, 2005, p. 222 et 223 pour deux variantes de Georges Jouve et Janette Laverrière, l'une vers 1950, le plateau en céramique émaillée noire, le piétement tripode en bois sculpté, l'autre vers 1953-1954, commande spéciale pour Fernandel, le plateau en céramique émaillée noire, le piétement en bronze.

More from Arts Décoratifs du 20ème Siècle et Design

View All
View All