Browse Lots

Global notice COVID-19 Important notice
[Violette NOZIÈRE]. BRETON, André, et Paul ÉLUARD
[Violette NOZIÈRE]. BRETON, André, et Paul ÉLUARD
[Violette NOZIÈRE]. BRETON, André, et Paul ÉLUARD
2 More
[Violette NOZIÈRE]. BRETON, André, et Paul ÉLUARD
5 More
[Violette NOZIÈRE]. BRETON, André, et Paul ÉLUARD

Details
[Violette NOZIÈRE]. BRETON, André, et Paul ÉLUARD
Documents relatifs à l’affaire Violette Nozière. Lieux et dates divers (1933-1934).

18 lettres autographes (dont plusieurs avec enveloppes), 2 poèmes autographes, 1 édition originale avec suite, 3 documents douaniers, 1 bulletin de souscription, 13 photographies, 1 carte postale. Certains de ces documents sont montés sur onglets. 1 vol. in-4 (280 x 220 mm)

Fascinant ensemble de documents autour de « l’affaire Violette Nozières », du nom de la jeune femme qui défraya la chronique en 1933. Accusée de double tentative de meurtre sur ses parents (sa mère survécut mais pas son père), elle se défendit en évoquant des comportements incestueux de son père à son égard, et ce, depuis son plus jeune âge.

Les Surréalistes, et au premier chef Breton et Éluard, se mobilisent pour défendre la jeune femme, et décident de publier une plaquette collective, réunissant textes poétiques et dessins. Les textes signés, entre autres, par Éluard (Violette a rêvé de défaire/a défait/L’affreux nœud de serpents des liens du sang) et par Péret (« les assassins professionnels à matraque blanche/tous les pères vêtus de rouge pour condamner/ou de noir pour faire croire qu’ils défendent/[…] parce qu’ils sont les pères/ceux qui violent/à côté des mères/celles qui défendent leur mémoire »), dont les manuscrits sont ici présents, sont sans équivoque sur leur position, qu’ils défendent parfois avec une extrême virulence. La plaquette est illustrée par Dalí, Tanguy, Ernst, Brauner, Arp, Giacometti, Magritte et Marcel Jean, sous une couverture ornée d’une photographie de Man Ray. On notera d’ailleurs le « s » ajouté à la fin du nom de la jeune femme, une erreur que l’on retrouve dans les différents éléments du présent dossier.

L’ensemble est édité en Belgique, pour éviter de probables poursuites judiciaires en France. Les Éditions Nicolas Flamel sont fondées à cette occasion par E. L. T. Mesens, et l’ouvrage paraît le 1er décembre 1933.

Les exemplaires destinés à la librairie parisienne de José Corti sont saisis par les douaniers, en janvier 1934. Un exemplaire est alors transmis au Ministère de l’Intérieur. Éluard, en prévision d’une interdiction de l’ouvrage, dans ce pays où, remarque-t-il avec ironie, il n’y a pas de censure (lettre du 17 janvier 1934), demande à Mesens d’en faire parvenir plusieurs exemplaires aux contributeurs, directement par la poste. Le parquet s’oppose finalement aussi bien à la distribution des exemplaires bloqués en douane qu’à leur renvoi à l’expéditeur (document douanier du 26 février). José Corti reçoit une commission rogatoire du juge en charge de l’affaire (lettre de Péret à Mesens).

Le 12 octobre 1934, Violette Nozière est condamnée à mort, un verdict qualifié de « symbolique » par l’avocat général puisque les femmes ne pouvaient alors plus être guillotinées. Le Président Albert Lebrun commue cette peine en travaux forcés à perpétuité, le 24 décembre 1934. Un décret du 6 août 1944 réduit cette peine à 12 ans de travaux forcés, à compter de l’emprisonnement de Violette Nozière. Cette dernière sera finalement libérée le 25 août 1945.

– ÉLUARD, Paul. Lorsque le Pélican. POÈME AUTOGRAPHE SIGNÉ à l'encre bleue sur vergé crème. 1 f. recto, (270 x 210 mm).

– PÉRET, Benjamin. Violette Nozières. Texte autographe signé à l'encre bleue sur papier à lignes. S.l.n.d. 4 pp. in-4 (260 x 194 mm).
Manuscrit de travail comportant une trentaine de ratures et de corrections autographes.

PHOTOGRAPHIE

– MAN RAY. Photographie originale noir et blanc destinée à l'illustration de la couverture de l'ouvrage. 190 x 176 mm, épreuve originale d'époque. Cachet du photographe au dos.

CORRESPONDANCES

– ÉLUARD, Paul. 6 lettres autographes signées à E. L. T. Mesens, Paris et Nice, 13 janvier 1934-27 mars 1934, 7 pp in-4 (260 x 200 mm env.), reliées ou montées sur onglets, accompagnées de leurs enveloppes montées sur onglets ).

– ÉLUARD, Paul. Lettre autographe signée [Nice, février 1934]. 1 p. in-4 (270 x 210 mm)

– BRETON, André. Lettre autographe signée à E. L. T. Mesens. Paris, 26 mars 1934. 2 pp. in-8 (210 x 133 mm), enveloppe

– PÉRET, Benjamin. Lettre autographe signée à E. L. T. Mesens. S.l.n.d. [Paris, 17 février (?) 1934]. 1 p. in-4, (265 x 205 mm), enveloppe à en-tête de la Librairie José Corti.

– JEAN, Marcel. Lettre autographe signée à E. L. T. Mesens. S.l.n.d. [Paris, 24 mars 1934]. 1 p. in-4 (268 x 200 mm), enveloppe

[AVEC :]
André Breton, René Char, Paul Éluard, Maurice Henri, E. L. T. Mesens, César Moro, Benjamin Péret, Guy Rosey. Illustré par Salvador Dalí, Yves Tanguy, Max Ernst, Victor Brauner, René Magritte, Marcel Jean, Hans Arp, Albert Giacometti
Violette Nozières
Bruxelles, Éditions Nicolas Flamel, 1933.

ÉDITION ORIGINALE

In-8 (280 x 170 mm), non rogné
TIRAGE : un des 10 exemplaires numérotés de I à X avec suite des planches numérotées et signées par les dessinateurs, celui-ci le n°IX, comprenant une suite complète des dessins, signés et numérotés à l'encre par René Magritte et au crayon par Salvador Dalí, Yves Tanguy, Max Ernst, Victor Brauner, Marcel Jean, Hans Arp, Albert Giacometti, montée ici sur onglets.
ILLUSTRATION : 8 reproductions de dessins de Dalí, Tanguy, Ernst, Brauner, Magritte, Jean, Arp, Giacometti. Couverture illustrée d'une photographie de Man Ray non signée. Comme indiqué au justificatif, l'exemplaire comprend une suite des 8 dessins signés et justifiés par chacun des artistes.

3 DOCUMENTS DOUANIERS adressés à Georges Vriamont, à propos des exemplaires saisis à Paris.
BULLETIN DE SOUSCRIPTION, complété et signé par l'acteur Michel Simon qui précise faire parvenir le montant de sa souscription à la main pour l'un des autres exemplaires de tête.
11 PHOTOGRAPHIES relatives à l'affaire criminelle Violette Nozières, dont une la représentant nue.
CORRESPONDANCE : 1 lettre autographe de Violette Nozière à sa mère, à l’encre violette avec fleurs séchées, 27 octobre 1935, 2 pp. in-8 ; 4 lettres autographes signées de la veuve Nozière au révérend père en charge de Violette, 1935-1936, 4 pp. in-8 et 5 pp. in-12 ; et 3 autres lettres autographes signées relatives à Violette.

RELIURE DE GEORGES LEROUX, signée et datée 1982. Chagrin mauve avec sur le premier plat, disque tournant autour d'un axe, une face étant mosaïquée d'une couronne de violettes au cœur rouge traversée, en guise de ruban funéraire et en relief, d'une bande fuchsia aux lettres du titre poussées à l'or, l'autre face déployant en léger relief sur et autour d'une photographie de Violette Nozières un semis de violettes violet clair au cœur noir, doublures et gardes de daim violet foncé, couverture et dos conservés. Chemise et étui. Petit manque à la chemise.
Avec une carte postale de Georges Leroux, à propos de la reliure.

EXPOSITIONS : Georges Leroux, Bibliothèque Nationale de France, Paris, 1990, pp. 15 et 118, ill. p. 65 du catalogue -- La Révolution Surréaliste, Musée national d'Art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris, 2002.
RÉFÉRENCE : André Breton. Œuvres complètes, I, pp. 219-221 et 1419-1421.

Brought to you by

Adrien Legendre
Adrien Legendre Books & Manuscripts

More from Bibliothèque Paul Destribats - 1ère partie

View All
View All