Upcoming Auctions and Events

Global notice COVID-19 Important notice
[VRELANT, Willem (mort en 1481)]
[VRELANT, Willem (mort en 1481)]
[VRELANT, Willem (mort en 1481)]
3 More
[VRELANT, Willem (mort en 1481)]
6 More
ƒ: In addition to the regular Buyer’s premium, a c… Read more
[VRELANT, Willem (mort en 1481)]

LIVRE D’HEURES, USAGE NON IDENTIFIÉ, EN LATIN ET PARTIELLEMENT EN FRANÇAIS, AVEC QUELQUES RUBRIQUES EN NÉERLANDAIS, MANUSCRIT ENLUMINÉ SUR VÉLIN [BRUGES, VERS 1465-1470 ; MINIATURE AJOUTÉE : BRUGES VERS 1495-1500]

Details
[VRELANT, Willem (mort en 1481)]
Livre d’Heures, usage non identifié, en latin et partiellement en français, avec quelques rubriques en néerlandais, manuscrit enluminé sur vélin [Bruges, vers 1465-1470 ; miniature ajoutée : Bruges vers 1495-1500]
[VRELANT, Willem (mort en 1481)] Livre d’Heures, usage non identifié, en latin et partiellement en français, avec quelques rubriques en néerlandais, manuscrit enluminé sur vélin [Bruges, vers 1465-1470 ; 1 miniature ajoutée : Bruges vers 1495-1500].

Un ajout remarquable au corpus de manuscrits attribués à Willem Vrelant, illustrant les qualités qui firent son succès à la Cour de Bourgogne, lui assurant une place de premier plan dans lhistoire de lenluminure flamande.

169 x 112 mm, iii feuillets + 189 + iii feuillets : 1-26, 310 (de 8 + iii et ix avec miniatures), 48, 59 (de 8 + iv avec miniature), 6-78, 85 (? de 4 + v), 98, 105 (? de 6, vi feuillet blanc réglé), 115 (de 4 + v), 126 (de 4 + i avec miniature et vi), 139 (de 8 + i avec miniature), 149 (de 8 + vi avec miniature), 15-178, 184, 19-208, 219 (de 8 + ix), 226, 238, 245 (de 6, v feuillet blanc réglé), 259 (de 8 + ix), 266, texte apparemment complet, 18 lignes, dimensions du texte : 96 x 65 mm, bout de lignes en or et bleu, 7 initiales sur fond d’or encadrées par des bordures partielles, 9 initiales historiées encadrées par des bordures partielles, 6 miniatures à pleine page et 2 initiales ornées de larges bordures, une autre miniature plus tardive contrecollée à pleine page encadrée par une bordure en trompe-l’oeil : 131 x 93mm (certaines miniatures comportent quelques petites taches de peinture, légère usure de linitiale au f. 131, petite bavure à la bordure du f.99v, manquent probablement deux miniatures sur des feuillets insérés avant les ff.13 et 26). Reliure du XVIIIe siècle en maroquin ébène ornée de filets dorés.

Provenance : Le style de l’ornementation est caractéristique du travail de Willem Vrelant, actif à Bruges ; l’orthographe du français indiquerait un copiste originaire des Pays-Bas bourguignons. Si la Bruges du XVe siècle était un haut lieu de la production de manuscrits destinés à l’exportation, le contenu de ce livre d’Heures suggère un commanditaire local, car les fêtes du calendrier laissent une place importante aux saints vénérés à Bruges et à Gand. Saint Bernardin de Sienne (21 mai) canonisé en 1450 ; saint Alexis (7 juillet à l’encre rouge), patron des Alexiens, qui soignaient les malades et les pestiférés ; et sainte Elisabeth de Hongrie (translation le 4 mai et à l’encre rouge le 19 novembre) sont des modèles de charité, valeur évidemment chère au commanditaire. Les prières sont généralement genrées au masculin, avec une au féminin au f. 184. Deux prières aux ff. 122 et 143 sont adressées à sainte Apolline d’Alexandrie ce qui suggère que le commanditaire avait des problèmes dentaires.

Contenu : Calendrier ff. 1-12 ; Prière à la Sainte Face ff. 13-14 ; Heures de la Croix ff.16-20 ; Heures du Saint-Esprit ff.22-25 ; Messe de la Vierge ff.26-33v ; Office de la Vierge, usage non identifié, ff.35-84v : matines f.35, laudes f.43, prime f.51, tierce f.55, sexte f.58, none f.61, vêpres f.64, complies f.70, variantes pour les jours de la semaine f.74, variantes pour l'Avent f.80 ; Psaumes pénitentiels et litanies ff.86-98 ; Office des Morts, trois réponses (usage de Rome) ff.100-117v ; feuillet blanc réglé f.118 ; prières ff.119-130, y compris à la Sainte Face f.121, sainte Apolline f.122, sainte Claire f.129v ; feuillet blanc réglé f.130v ; prières ff.131-146, commençant par saint Sébastien, avec des rubriques en français à partir du f.131v, y compris une séquence de la journée avec des indications pour la messe avec des prières en latin et des rubriques en néerlandais à partir du f.143v ; feuillet blanc réglé f.146v ; prières à la Vierge et aux saints ff.147-155, y compris O intemerata f.147v, Obsecro te f.148v ; feuillet blanc réglé f.155v ; séquence de dévotion s'ouvrant avec le Pater noster ff.156-161 ; feuillet blanc réglé f.161 v ; prières ff.162-173, dont une attribuée à saint Augustin avec une rubrique en néerlandais f.162, Dous dieus qui sans fijn est f.168v, Ave mundi spes Maria f.169v et Stabat mater f.171v, les deux avec des rubriques en néerlandais ; feuillet blanc réglé f.173v ; bout de feuille découpée ; feuillet blanc réglé avec miniature collée au verso f.174 ; prières ff.175-183, s'ouvrant avec une prière d'indulgence à la Vierge ; feuillet blanc réglé f.183v ; prières ff.184-189, avec les Sept Versets de saint Bernard qui apparaissent deux fois, ff.185 et 187v, et se terminant avec une prière pour son ange gardien f.188v ; feuillet blanc réglé f.189v.
Malgré le caractère distinct des prières et les répétitions (les 7 mêmes saints sont invoqués entre les ff. 150-129v et ff. 151-154v), le livre est orné uniformément et semble avoir été créé pour un commanditaire qui souhaitait que le français, langue en usage à la Cour de Bourgogne, soit utilisé en majorité, mais qui avait aussi des notions de néerlandais, langue de la ville de Bruges. Peut-être qu’un couple marié ajouta les dévotions qui leur tenaient particulièrement à cœur.

Enluminure : Ce manuscrit est un superbe exemple du travail de Willem Vrelant, un des enlumineurs les plus prisés par les ducs de Bourgogne, dont la production figurait en bonne place dans leur célèbre bibliothèque. Son talent était également tenu en haute estime par la Reine Elisabeth d’Aragon du Portugal (Livres d’Heures à Madrid, Palais Royal, s.n. et Lisbonne, Biblioteca nacional, Ilum.165). Au sujet de Vrelant et du corpus qu’il lui est attribué, voir B. Bousmanne, « Item à Guillaume Wyelant aussi enlumineur ». Willem Vrelant, 1997, et B. Bousmanne et T. Delcourt (ed.), Miniatures flamandes 1404-1482, 2012, pp. 238-255. La première mention de Vrelant dans les sources date de 1449, à Utrecht. En 1454, il s’établit à Bruges où il occupera une place de premier plan sur la scène locale jusqu’à sa mort en 1481. Son style se retrouve dans de nombreux livres d’Heures mais l’ampleur comme la nature de sa production sont encore sujettes à débat. Toutefois, les miniatures de ces Heures sont comparables, par leur facture remarquable, à d’autres exemples bien documentés, comme le second volume des célèbres Chroniques de Hainaut (KBR ms 9243) commanditée par Philippe Le Bon, duc de Bourgogne. Si Vrelant ne fut payé qu'en 1468 par son successeur, le duc Charles le Téméraire, le manuscrit avait probablement été achevé autour de 1465 car il était déjà relié au moment de la mort de Philippe. L’enlumineur des Chroniques partage le même style aussi bien pour représenter les figures, les paysages et l’architecture que pour son délicat modelé et son application minutieuse des pigments.

L’enluminure et l’agencement de ces Heures tendent à les rapprocher du corpus des Heures attribuées à Vrelant, en particulier du livre d’Heures de Léonor de la Vega conservé à Madrid (Biblioteca Nacional, Vit. 24-2), « dont l’attribution à Vrelant ne peut être contestée » et qui est « un des plus réussis de l‘enlumineur d’Utrecht » (Bousmanne, 1997, p.183). Ces deux manuscrits sont de facture et de composition semblables, la richesse des pages enluminées mise en valeur par la sobre élégance des marges non décorées. La magnificence de la Cour de Bourgogne n’empêchait pas un goût affirmé pour des feuillets moins ornés. Il y a de nombreuses similarités entre les compositions des miniatures, sans toutefois être identiques, mais on y retrouve des initiales historiées d’une finesse extraordinaire et dont les bordures pourraient être de la même main. Les drôleries et les personnages qui peuplent les bordures sont caractéristiques du répertoire de Vrelant : sirènes, bouffons, couples, chimères bicéphales, chiens sortant des acanthes pour chasser des lapins. Il est probable que des assistants aient été employés pour réaliser les bordures puisque certaines figures sont dues à une autre main, comme la sirène et le triton sur le f.16. Le livre d’Heures de la Vega est daté autour de 1465-1470, il est donc probable, compte tenu de leurs similarités, que ce soit aussi le cas pour le présent manuscrit.

La délicate miniature du Salvator Mundi ou la Sainte Face, encadrée d’une splendide bordure fleurie au verso du f.174, est très probablement un ajout postérieur. La Sainte Face en buste, conçue par Jan Van Eyck, et connue aujourd’hui d’une copie à Berlin (Gemäldegalerie), est ici modifiée avec l’ajout de la chape et de son attache mais aussi l’extension du buste afin d’y inclure les attributs du sauveur du monde : le signe de bénédiction et l’orbe. Ce mode de représentation est devenu populaire durant la seconde moitié du XVe siècle et était connu par Vrelant (voir par exemple J. Paul Getty Museum, ms Ludwig IX 8, f.32). Motif popularisé par le Maître des scènes de David dans le Bréviaire Grimani, actif à Bruges autour de 1490-1520, on peut aussi le retrouver dans les livres d’Heures de Jeanne la Folle, duchesse de Bourgogne (BL Add. ms 18852 f.65v) datés entre 1496 et 1506. La linéarité et la grande précision des contours de la miniature contrecollée suggère une attribution non pas au Maître mais plutôt à un enlumineur ayant eu accès à ses modèles. Il pourrait s’agir du Maître Brukenthal qui a peint le sujet dans son livre d’Heures éponyme conservé à Sibiu (vers 1495), et auquel les deux Maîtres ont contribué (Musée de Brukenthal, Ms 761, p. 32; voir A.-M.W. As-Vijvers, Re-Making the Margin: The Master of the David Scenes et Flemish Manuscript Painting around 1500, 2013, pp. 245-69).

Les sujets des miniatures sont : la Crucifixion f. 15v, Pentecôte f. 21v, l’Annonciation f. 34v, le Couronnement de la Vierge f. 79v, le Jugement dernier f. 85v, Office des morts, f. 99v, Salvator Mundi (contrecollée) f. 174v. Les sujets des lettrines historiées sont ; la Visitation f. 43, la Nativité f. 51, l’Annonce aux bergers f. 55, l’Adoration des Mages f. 58, la Circoncision f. 61, le Massacre des Innocents f. 64, la Fuite en Egypte f. 70, saint Sébastien f. 131, la Vierge et saint Jean l’évangéliste f. 147. Lettrines enluminées avec encadrements complets sur les ff. 13 et 16. Lettrines enluminées avec encadrements partiels sur les ff. 74, 151, 162, 169v, 171v, 175v, 184.
Special notice

ƒ: In addition to the regular Buyer’s premium, a commission of 5.5% inclusive of VAT of the hammer price will be charged to the buyer. It will be refunded to the Buyer upon proof of export of the lot outside the European Union within the legal time limit. (Please refer to section VAT refunds)

Brought to you by

Adrien Legendre
Adrien Legendre Head of Department

Lot Essay

BOOK OF HOURS, unidentified use, in Latin with some French, some Dutch rubrics, illuminated manuscript on vellum [Bruges, c.1465-1470; 1 added miniature Bruges c.1495-1500]

A notable addition to the oeuvre of Willem Vrelant, exemplifying the qualities that attracted the Dukes of Burgundy and ensured his place in the history of Flemish illumination.

169 x 112mm. iii paper + 189 + iii paper leaves: 1-26, 310 (of 8 + iii and I miniature leaves), 48, 59 (of 8 + iv miniature), 6-78, 85 (? of 4 +v), 98, 105 (? of 6, vi cancelled blank), 115  (of 4 + v), 126 (of 4 + i miniature and vi), 139 (of 8 + i miniature), 149 (of 8 + vi miniature), 15-178, 184, 19-208, 219 (of 8 + ix), 226, 238, 245 (of 6, v cancelled blank), 259 (of 8 + (of 8 + ix), 266, text apparently complete, 18 lines, ruled space: 96 x 65mm, line endings in gold and blue, one-line flourished initials alternately in gold with dark blue and in blue with red, three-line initials in gold on blue and pink-red grounds, seven initials on gold grounds with part borders, nine historiated initials with part borders, six full-page miniatures with full borders enlivened by beasts, birds and figures, human and fantastical, facing rectos with initials on gold grounds and similar full borders, two large initials with similar full borders, one later pasted in full-page miniature with full scatter border: 131 x 93mm (few very small paint losses in some miniatures, slight wear to initial f.131, slight smudging to border f.99v, probably two miniatures on inserted leaves lacking before ff.13 and 26). 18th-century brown morocco gilt-tooled.

Provenance: The style of decoration is typical of Willem Vrelant, active in Bruges; the French orthography indicates a Dutch speaking scribe. Although Bruges produced many books for export, the content suggests a comparatively local first owner. The feasts in the calendar favour saints specially revered in Bruges and Ghent. St Bernardino (21 May) was canonised in 1450. St Alexis (in red 7 July), patron of the Alexians who cared for the sick, and St Elizabeth of Hungary (translation 4 May, in red 19 Nov.) were models for active charity: perhaps the first owner shared their concerns. Prayers are mostly in the masculine, with one, f.184, in the feminine; the two different prayers to St Apollonia, ff.122 and 143, suggest a patron with dental problems.

Content: Calendar ff.1-12; prayer to the Holy Face ff.13-14; Hours of the Cross ff.16-20; Hours of the Holy Ghost ff.22-25; Mass of the Virgin ff.26-33v; Office of the Virgin, unidentified use, ff.35-84v: matins f.35, lauds f.43, prime f.51, terce f.55, sext f.58, none f.61, vespers f.64, compline f.70, variants for days of the week f.74, variants for Advent f.80; Penitential Psalms and litany ff.86-98; Short Office of the Dead, three responses as use of Rome ff.100-117v; ruled blank f.118; prayers ff.119-130, including to the Holy Face f.121, St Apollonia f.122, S Clare f.129v; ruled blank f.130v; prayers ff.131-146, opening with St Sebastian, with rubrics in French from f.131v, including a sequence through the day with guidance for the mass with Latin cues and prayers, and with rubrics in Dutch from f.143v; ruled blank f.146v; prayers to the Virgin and saints ff.147-155, including O intemerata f.147v, Obsecro te f.148v; ruled blank f.155v; devotional sequence opening with the Pater noster ff.156-161; ruled blank f.161v; prayers ff.162-173, including one attributed to St Augustine with Dutch rubric f.162, Dous dieus qui sans fijn est f.168v, Ave mundi spes Maria f.169v and Stabat mater f.171v, both with Dutch rubrics; ruled blank f.173v; stub of excised leaf; ruled blank with later miniature pasted to verso f.174; prayers ff.175-183, opening with indulgenced prayer to the Virgin; ruled blank f.183v; prayers ff.184-189, including the Seven Verses of St Bernard twice, ff.185 and 187v, and ending with one’s guardian angel f.188v; f.189v ruled blank.

Despite the discrete sections of prayers at the end and the repetitions – seven of the same saints are invoked between ff.122-129v and ff.151-154v - the book is uniformly decorated and seems to have been compiled for a patron who wanted French, the language of the Burgundian court, to guide him or her through the mass and other devotions but who had some familiarity with Dutch, the language of Bruges itself. Perhaps a married couple contributed devotions especially dear to each of them.

Illumination: The manuscript is a fine example of the work of Willem Vrelant, favoured illuminator of the Dukes of Burgundy and key contributor to the renowned Bibliothèque de Bourgogne, whose talents were also valued by the Queens of Aragon and Portugal (Books of Hours in Madrid, Royal Palace, s.n. and Lisbon, Biblioteca nacional, Ilum.165). For Vrelant and attributed manuscripts, see B. Bousmanne, « Item a Guillaume Wyelant aussi enlumineur ». Willem Vrelant, 1997, and B. Bousmanne and T. Delcourt eds., Miniatures flamandes 1404-1482, 2012, pp.238-255. First documented in Utrecht in 1449, Vrelant was in Bruges by 1454 where he came to dominate local production until his death in 1481. His style is found in numerous Books of Hours and debate continues over the size and nature of his workshop. The miniatures in this Hours, however, are comparable in their skilled detailing and high quality to Vrelant’s one certain documented commission, the second volume of the famous Chroniques de Hainaut, KBR ms 9243, commissioned by Philip the Good, Duke of Burgundy. Although Vrelant was paid for this in 1468 by Philip’s successor, Charles the Bold, he had completed his task c.1465, since the volume was already bound when Philip died in 1467. The principal illuminator of the documented volume shares not just the figure types and conventions for landscape and architecture of the Hours but also the careful modelling and application of paint.

In miniature compositions and overall design, the present lot relates closely to Books of Hours attributed to Vrelant. In particular, the Hours of Leonor de la Vega in Madrid (Biblioteca Nacional, Vit. 24-2), ‘dont l’attibution à Vrelant ne peut être contestée’ and which is ‘un des plus réussis de l‘enlumineur d’Utrecht’ (Bousmanne, 1997, p.183), is of similar quality and layout, with the richness of illuminated pages enhanced by the restrained elegance of undecorated margins: amidst all the luxury of the Burgundian Court there was a decided taste for pages without borders. Some of the same miniature compositions appear, typically never exactly, while both have historiated initials that are miracles of minute depiction; their borders could even be by the same hand. The delightful creatures and people enlivening the borders in both manuscripts are typical of Vrelant’s repertory, with mermaids, jesters, lovers, double-headed human-monster hybrids, dogs emerging from acanthus to chase rabbits. Assistants were likely to be employed in the borders and a distinct hand is recognisable in some figures, like the mermaid and merman on f.16 of the present lot. The de la Vega Hours is dated c.1465-1470, also the likely date of this Hours, given the similarities in style and depicted fashions.

The finely painted miniature of the Salvator mundi or Holy Face with its appealing flower strewn border, f.174v, may have been added to the volume at any point in its history. The bust-length Holy Face originated by Jan van Eyck, now known from a copy in Berlin (Gemäldegalerie) was modified by the addition of the cope and morse and the extension to waist length to include the hands, blessing and holding an orb, attributes of the Saviour of the World. This format became popular in the second half of the century and was known to Vrelant (e.g. J. Paul Getty Museum, ms Ludwig IX 8, f.32). The precise type of the pasted-in miniature comes from a pattern popularised by the Master of the David Scenes in the Grimani Breviary, probably active in Bruges c.1490-1520, as seen in the Hours of Joanna the Mad, Duchess of Burgundy and Queen of Castile (BL Add. ms 18852 f.65v), datable between 1496 and 1506. The greater linearity and clarity of contour in the added miniature indicate the work not of the Master but of an illuminator with access to his patterns, possibly the Brukenthal Master who painted the subject in his name work, the Book of Hours in Sibiu, dated to c.1495, to which both Masters contributed (Brukenthal Museum, Ms 761, p.32; see A.-M.W. As-Vijvers, Re-Making the Margin: The Master of the David Scenes and Flemish Manuscript Painting around 1500, 2013, pp.245-69).

The subjects of the miniatures are: Crucifixion f.15v, Pentecost f.21v, Annunciation f.34v, Coronation of the Virgin f.79v, Last Judgement f.85v, funeral mass f.99v, Salvator mundi (pasted in) f.174v
The subjects of the historiated initials are: Visitation f.43, Nativity f.51, Annunciation to the Shepherds f.55, Adoration of the Magi f.58, Circumcision f.61, Massacre of the Innocents f.64, Flight into Egypt f.70, St Sebastian f.131, the Virgin and St John the Evangelist f.147.

The illuminated initials with full borders are on ff.13, 26
The illuminated initials with part borders are on ff.74, 151, 162, 169v, 171v, 175v, 184

More from Livres rares et Manuscrits

View All
View All