DAVID ROENTGEN (1743-1807) ET FRANCOIS REMOND (v. 1745-1812)
DAVID ROENTGEN (1743-1807) ET FRANCOIS REMOND (v. 1745-1812)
DAVID ROENTGEN (1743-1807) ET FRANCOIS REMOND (v. 1745-1812)
26 More
DAVID ROENTGEN (1743-1807) ET FRANCOIS REMOND (v. 1745-1812)
29 More
Veuillez noter que tous les lots seront transférés… Read more
DAVID ROENTGEN (1743-1807) ET FRANCOIS REMOND (v. 1745-1812)

BUREAU CYLINDRE A GRADIN ET MÉCANISME D'ÉPOQUE LOUIS XVI, VERS 1780

Details
DAVID ROENTGEN (1743-1807) ET FRANCOIS REMOND (v. 1745-1812)
BUREAU CYLINDRE A GRADIN ET MÉCANISME D'ÉPOQUE LOUIS XVI, VERS 1780
En acajou et placage toutes faces d'acajou flammé de Saint Domingue, ornementation de bronze ciselé et doré, la partie haute à gradin centré d'un médaillon à profil antique, présentant deux étagères ceintes d'une galerie ajourée surmontant deux tiroirs et centrée d'un tiroir à secrets dévoilant deux tablettes-pupitres et quatre tiroirs dont l'un pouvant accueillir des instruments d'écriture, le cylindre flanqué de frises de piastres découvrant un plateau coulissant gainé d'un cuir noir doré aux petits fers, l'intérieur architecturé composé de neuf casiers et six tiroirs secrets, la ceinture présentant un tiroir flanqué de deux caissons à abattant dévoilant chacun deux tiroirs, les côtés à léger ressaut à décor de denticules, les huit pieds en gaine à décor de lames brettées et dévissables ; sur une base en plinthe réalisée par les ateliers Michel Jamet
H.: 149 cm. ; L.: 149 cm. ; P.: 86,5 cm.
Plinthe: H.: 5,5 cm.; L.: 146 cm. ; P. max.: 81 cm.



Provenance
Probablement livré vers 1780 à un membre de la famille royale française ;
Par réputation collection du baron Florentin-Achille Seillière (1813-1873) (selon la documentation d'Hubert de Givenchy) ;
Galerie Didier Aaron, Paris, 1984.
Literature
Bibliographie comparative:
Carlton House Inventories, Vol. J, p.268.
J. Maria Greber, Abraham und David Roentgen. Möbel für Europa, Starnberg, 1980, p. 327.
D. Fabian, Roentgenmöbel aus Neuvied. Leben und Werk von Abraham und David Roentgen, Bad Neustadt, 1986, p. 131, ill. 296-299.
Carlton House: The Past Glories of George IV's Palace, Londres, 1991, pp. 184-185, n. 68.
C. Baulez, «David Roentgen et François Rémond. Une collaboration majeure dans l’histoire du mobilier européen», in L’Estampille-Objet d’Art, septembre 1996, n°305, pp. 102-103, p. 106.
P. Arizzoli-Clémentel, Le Mobilier de Versailles. XVIIe et XVIIIe siècles, T. II, Dijon, 2002, pp. 139-142.
W. Koeppe (sous la dir. de), Extravagant inventions. The princely furniture of the Roentgens, New York, 2012, p. 35

Special notice

Veuillez noter que tous les lots seront transférés vers un entrepôt extérieur. Le retrait des lots sera possible à partir du 24 juin 2022.
All items will be transferred to an offsite warehouse after the sale and will be available on 24 June 2022. Please refer to department for information about storage charges and collection details.
Post lot text
DAVID ROENTGEN (1743-1807) AND FRANCOIS REMOND (c. 1745-1812)
A LOUIS XVI ORMOLU-MOUNTED MAHOGANY MECHANICAL CYLINDER DESK, CIRCA 1780
The upper section including an intricate secret folding mechanism and decorated with a circular classical medallion, above a roll top revealing nine pigeon holes and six secret drawers, the lower section with a central drawer flanked by two doors revealing each two drawers, on eight square sectioned removable legs
58 1⁄2 in. high ; 58 1⁄2 in. wide ; 34 in. deep

Brought to you by

General Sale Enquiries
General Sale Enquiries Hubert de Givenchy – Collectionneur

Lot Essay

As always with the work of David Roentgen this extraordinary desk is striking for the perfectionism with which the ébéniste has carried out his work regarding not only the design but also the execution. This quality is expressed in the mechanism of the opening elements and the impressive architectural form married with the most refined chasing of bronzes and the exquisite quality of the timbers selected. Two hundred years after its completion this piece of furniture leaves the viewer dumbstruck and it is clear how David Roentgen won over the courts of Europe, and France in particular, by his immense talent and legendary determination. Roentgen and Louis XVI were kindred souls both impassioned by mechanics and the Neuwied-born cabinet-maker delivered a number of pieces to the Royal Family. Some of them are difficult to trace while others are unfortunately lost.
The present desk, a collaboration with the bronzier François Rémond, illustrates how Roentgen’s presence in Versailles allowed him to engage with the most skilled Parisian artisans, a fact also backed up by archival evidence.

DAVID ROENTGEN (1743-1807)
Born in Neuwied as son of the cabinet-maker Abraham Roentgen (1711-1793), David Roentgen was one of the greatest cabinetmakers of his era. He entered his father's workshop in 1757 and took over its management in 1772. Endowed with an astute mind for business, he transformed the family workshop into a truly pan-European firm, surpassing his peers by offering extremely refined furniture characterized by elaborate mechanisms and designs.
One of his first clients was Charles, Duke of Lorraine (1712-1780), Governor of the Austrian Netherlands and brother of Emperor Francis I, the husband of Maria-Theresa and uncle of Queen Queen Marie-Antoinette. Roentgen travelled to Paris in 1774 to familiarise himself with neoclassicism, the newest fashion in the European capital of taste and one which he began to introduce to his furniture from the end of the 1770s. It was most probably Charles of Lorraine who procured Roentgen a sought-after invitation to the French court during his second stay in Paris in 1779. He sold some furniture to Louis XVI and Marie-Antoinette, who then granted him the title of Ebéniste-mécanicien du Roi et de la Reine after receiving his petition: « David Roentgen de Neuwied en Allemagne, prêt à retourner dans sa patrie, désirerait n’y reparaître qu’avec un titre qui attestât, à ses concitoyens l’avantage inestimable qu’il a eu de voir ses talents honorés de suffrage et de l’approbation de Votre Majesté. Il ose en indiquer à Votre Majesté un moyen simple et qui ne décidant pour lui qu’un titre honorable, n’entraîne aucun inconvénient. C’est l’expédition d’un brevet d’ébéniste mécanicien de Votre Majesté, brevet que le suppliant s’empressera de justifier par de nouveaux efforts pour la perfection de son art. »
The respect this title endowed him provided him with commissions from all the courts of Europe including among them the palaces of the Electors of Hesse and Saxony, the Dukes of Wurttemberg and the Margraves of Baden. It is important to note however that the guild of menuisiers-ébénistes reacted differently and unsatisfied by this royally-bestowed honorary title, required Roentgen to fulfil the proper requirements to receive the maîtrise, something he did on 19th May 1780.
Buoyed by his reputation, Roentgen established a workshop on the rue de Grenelle in Paris from 1781 and developed a solid network in the city thanks to sensible advice in 1774 from his compatriot, the engraver Jean-Georges Wille (1715-1808), resident in Paris since 1736.
François Rémond (1747-1812) owed his rise to the marchand-mercier Dominique Daguerre who was well-known across Europe. Riesener worked with him and it is therefore of no surprise that Roentgen also turned to Rémond. Several bills from bronzier to ébéniste have survived and mention more than 183 000 livres worth of commissions between 1778 and 1792.
François Rémond billed 400 livres to Roentgen on 3 November 1780 « pour fonte, ciselure, monture, dorure mate de 4 grands médaillons à tête antique, guirlande de laurier et ruban ». A watercolour survives, circa 1780, that depicts a profile bust of Plato inscribed on the back « 4 pièces » by Rémond and accompanied by a sketch making clear the intended destination of the medallion: as a mount on the upper coffer of a secrétaire. A bureau à cylindre preserved in the Hermitage in St. Petersburg depicts a medallion with the effigy of a Greek philosopher. C. Baulez explains that « Roentgen only commissioned models of Plato and Cicero from Rémond and later had to add Socrates and Antiochus» (C. Baulez, op. cit., p.102).

A LIMITED CORPUS
This desk is characteristic of Roentgen’s work in several respects and is a type of furniture that he produced in several models. Ours is characterized by the sober elegance of its mahogany veneer as well its gilt-bronzes; the most lavish models were delivered to the Russian imperial court of Catherine II. We know of four secrétaires à cylindres and coffers fitted with mechanisms, similar in all respects with the exception of the gallery used on the upper tiers. A veil unfortunately remains drawn over the identity of who commissioned them. These four pieces of furniture were almost certainly linked to the French Royal Family and a plausible hypothesis would be that Louis XVI and his two brothers, the comte d’Artois and the comte de Provence each owned one of the desks. The fourth would have been delivered to the wife of one of the royal brothers, probably the comtesse de Provence. This hypothesis is all the more convincing when compared with the commodes from the same corpus that were delivered by Roentgen to Louis XVI, the comte d’Artois and the comtesse d’Artois. As C. Baulez emphasises : « the acquisitions of the French court are difficult to grasp because they were by paid for by private funds and were never recorded in official inventories » (ibid, p. 101).

THE DESK OF HUBERT DE GIVENCHY
The distinctive feature of the desk from the collection of Hubert de Givenchy is its pierced gallery of foliate entrelacs.
Although we do not know who commissioned this desk, Hubert de Givenchy was told of a prestigious 19th century provenance with the Baron Florentin-Achille Seillière (1813-1873). Having made his fortune in railways, the Baron was also a banker and founded Crédit Mobilier and the Banque de France with the Pereire brothers. A great art enthusiast, he assembled an important collection in the château de Mello and made numerous acquisitions in important sales including the Pourtalès, Fould, and Demidoff sales to name a few. In his marvellous château on the Oise he placed furniture of Andre-Charles Boulle including a wonderful armoire and two coffers (subsequently in the collection of Sir Philip Sassoon then sold Houghton Hall, Christie's, London, 8 December 1994, lot 22) alongside Della Robbia majolica, Delft earthenware, enamels by Leonard Limousin, porcelain from Saxony, China and Japan, glass from Venice and antique sculptures. At his death his heirs sold the contents of this incredible collection in several auctions.

THE VERSAILLES DESK
In December 1781 « un secrétaire acheté des allemands » was acquired by the Garde Meuble privé du Roi for the sum of 12,000 livres, most probably the one currently loaned by the Louvre to the Palace of Versailles and the Trianon (inv.V4512; inv. OA5228 ). During the Revolution, the King's desk was "given to a founder of the Republic" and then reacquired in 1816 by Louis XVIII (1755-1824) "as the desk of Louis XVI". The desk returned to the Trianon from 1833 to 1851 and was then exhibited at the Musée des Souverains the following year. It was then shown in an exhibition at the Petit Trianon in 1867 organized under the auspices of Empress Eugénie and finally joined the collection of the Mobilier National in 1883.
The upper tiers feature a pierced gallery of foliate entrelacs like the Givenchy desk. The original medallion (whose motif we are not certain of but which was most probably a profile of Cicero) was replaced in 1835 by the young bronzier Guillaume Denière (1815-1901) and features Louis XVI, possibly a reference to a gift by the Estates of Burgundy to Louis XVI.
Louis XVI had a passion for David Roentgen's furniture. Numerous examples are testament to this including the secrétaire à musique acquired in March 1779 for more than 80,000 livres which was placed in the salle à manger des retours de chasse in Versailles. Given its unusual nature there were plans as early as 1791 to dismantle the secrétaire and adapt it. Despite proposals by Benneman and Robiersky, the desk was stored and finally forgotten in the Garde-Meuble royal until 1827 when its panels were then removed and then sold.
In April 1791, Louis XVI paid the sum of 2400 livres out of his personal funds for, as mentioned previously « une commode mécanique en bois placages, dite des allemands, la dite commode ouvrant à trois ventaux par différents mouvements ; le dedans composé d’un mécanisme particulier dont le roi a la clef. (…) ». The fate of this commode is not known but two others are preserved in the Victoria and Albert Museum, London (inv. W.51.1948) and in the Bayerisches Nationalmuseum in Munich (inv. 90⁄307).
Marie-Antoinette was less fond of Roentgen’s furniture and preferred the creations of Jean-Henri Riesener. However we know that Roentgen delivered a casket to her as well as the famous « Joueuse de tympanon » table, acquired in 1785 and preserved in the musée des Arts et Métiers, Paris (inv. 07501-0001).

THE DESK IN THE BRITISH ROYAL COLLECTION
The bureau à cylindre that today graces the interiors of Buckingham Palace (Collection of H.M The Queen, inv. RCIN 293) was purchased in Paris in 1820 for George IV (1762-1830) through the agent François Benois for the sum of £275. The desk arrived at Carlton House on May 12, 1820 in six cases; Roentgen always designed his furniture with consideration for transport and the legs of the desk can be unscrewed. The boxes were opened the next day and these details were recorded by Jutsham who registered the delivery and specified, wrongly, that the desk belonged to Louis XIV. The desk was placed in the King’s Ante Room and then moved at the end of 1826 to the Pediment Stores Attic Floor (Carlton House Inventories, vol. J, p. 268).
It is thought today that the desk belonged to the comte de Provence, future Louis XVIII, or to King Louis XVI.
Indeed, a bureau à cylindre was confiscated from the garde-meuble privé du comte de Provence in 1793 and after being reserved for a time by the Commission des Arts was finally assigned to a fournisseur de la Republique. The desk was valued at 12,000 livres and described thus « secrétaire mécanique à cylindre, en acajou, de 4 pieds 1⁄2 de longueur, 2 pieds 1⁄2 de profondeur et 4 pieds 1⁄2 de haut, orné de cadres, bretés, piastres et galeries découpées à jour et médaillons surmonté d’une guirlande de laurier et à graines, sur 8 pieds à gaines ; le tout en bronze doré d’or moulu et au mat. » The medallion depicts the profile of a philosopher that was previously identified as Denis Diderot although it is more likely to be Cicero. The upper tiers have a balustrade gallery.


TALLEYRAND’S DESK
There is another desk belonging to this corpus which is discussed for the first time in print in this essay. An article published in 1899 in Le Matin reported that Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838) was offered this desk by Louis XVI himself and then bequeathed it to his niece, the daughter of Dorothea of Courland (1793-1862) Pauline de Talleyrand-Périgord (1820-1890), wife of Henri de Castellane (1814-1847). The Talleyrand desk appeared for some time in the collection of Marcel Boussac (1889-1980), owner of the fashion house Dior.
This desk is identical to the one preserved at Buckingham Palace with a gilt-bronze balustrade lining the upper tiers. The same medallion appears on the Givenchy, Buckingham Palace and Talleyrand desks. Given the Versailles medallion was replaced in 1835 it is fair to assert that they were all meant to depict Cicero. The gallery of the upper tiers is of two types: balusters or pierced foliate entrelacs. The first type is found on the Buckingham Palace and Talleyrand desks. The second on the Givenchy and Versailles desks.
It is also interesting to note that Roentgen almost certainly used the same piece of mahogany cut into four sheets. If we compare the four desks, we find the same knot on the right side; the sheet was likely reversed on Talleyrand's desk as the knot is on the left side.
In light of these comparisons and despite the paucity of archival documents it is very likely that these four desks were contemporary with one another and executed for members of the French Royal Family.





Cet extraordinaire bureau nous saisit, comme toujours avec David Roentgen, par le perfectionnisme dont l’ébéniste a fait preuve, tant dans son plan, que dans la réalisation de cette pièce. Le mécanisme des ouvertures, l’impressionnant aspect architectural conjugué à une ciselure des bronzes des plus raffinées, la très belle qualité des bois employés, … Ce meuble nous laisse ébahis plus de deux cents ans après sa réalisation. On comprend pourquoi David Roentgen a su conquérir par son talent immense et sa pugnacité légendaire les cours européennes, dont la France, l’une des plus exigeantes. Tous deux passionnés de mécanique, Roentgen et Louis XVI étaient faits pour se rencontrer et le souverain a su communiquer son admiration pour celui-ci auprès de sa famille. En effet, l’ébéniste originaire de Neuwied a livré un certain nombre de pièces à la famille royale dont il n’est pas toujours aisé de retrouver les livraisons quand d’autres ont malheureusement disparu.
Enfin, son entrée à Versailles lui a permis de rencontrer les plus habiles artisans parisiens, peut-être par l’entremise de Daguerre, comme l’illustre le présent bureau où le bronzier François Rémond a collaboré, documents d’archive à l’appui.

David Roentgen (1743-1807)
Né à Neuwied, fils de l’ébéniste Abraham Roentgen (1711-1793), David est l’un des plus grands ébénistes de son époque. Il entre dans l’atelier de son père en 1757 et en prend la direction en 1772. Doté d’un vrai sens des affaires, il transforme l’atelier familial en une véritable entreprise pan-européenne, surpassant ainsi tous ses pairs au XVIIIe siècle, proposant des meubles particulièrement raffinés caractérisés par des mécanismes et des dessins élaborés.
L’un de ses premiers clients européens est Charles, duc de Lorraine (1712-1780), gouverneur des Pays-Bas autrichiens, frère de l’empereur François Ier, époux de Marie-Thérèse et également oncle de la reine de France Marie-Antoinette. En 1774, Roentgen se rend à Paris pour se familiariser avec le néoclassicisme - dernier style en vogue dans la capitale européenne du goût – qu’il retranscrit dans ses meubles à partir de la fin des années 1770. C’est très probablement Charles de Lorraine qui lui procure l’invitation tant souhaitée à la cour française lors de son deuxième séjour à Paris en 1779. Il vend quelques meubles à Louis XVI et à Marie-Antoinette qui lui accordent alors le titre d’Ebéniste-mécanicien du Roi et de la Reine après réception de son placet : « David Roentgen de Neuwied en Allemagne, prêt à retourner dans sa patrie, désirerait n’y reparaître qu’avec un titre qui attestât, à ses concitoyens l’avantage inestimable qu’il a eu de voir ses talents honorés de suffrage et de l’approbation de Votre Majesté. Il ose en indiquer à Votre Majesté un moyen simple et qui ne décidant pour lui qu’un titre honorable, n’entraîne aucun inconvénient. C’est l’expédition d’un brevet d’ébéniste mécanicien de Votre Majesté, brevet que le suppliant s’empressera de justifier par de nouveaux efforts pour la perfection de son art. »
Tel un sésame, ce titre lui ouvre les portes de toutes les cours européennes tout comme les châteaux des électeurs de Hesse, de Saxe, des ducs de Wurtemberg et des marquis de Baden.
On note cependant qu’à Paris, la corporation des menuisiers-ébénistes l’entend différemment, ne se contentant pas du titre honorifique délivré par le couple royal, et l’oblige à accéder dans les règles de l’art à la maîtrise ; ce qui sera chose faite le 19 mai 1780.

Fort de sa réputation, Roentgen investit à Paris rue de Grenelle dès 1781 et tisse un solide réseau, grâce aux bons conseils prodigués en 1774 par son compatriote et graveur Jean-Georges Wille (1715-1808) installé à Paris depuis 1736.
L’essor de François Rémond (1747-1812) est dû au marchand-mercier Dominique Daguerre dont l’aura rayonne sur une grande partie de l’Europe. Riesener travaille avec lui et c’est donc logiquement que Roentgen s’adresse à Rémond. Plusieurs factures du bronzier adressées à l’ébéniste nous sont parvenues et font état de plus 183 000 livres de commandes entre 1778 et 1792.
François Rémond facture 400 livres à Roentgen le 3 novembre 1780 « pour fonte, ciselure, monture, dorure mate de 4 grands médaillons à tête antique, guirlande de laurier et ruban ». Nous est d’ailleurs parvenu un dessin aquarellé daté des environs de 1780 représentant un profil en buste de Platon et inscrit au revers par Rémond « 4 pièces » accompagnant un croquis explicitant la destination de la médaille : le caisson supérieur du secrétaire où il devait s’insérer. Le bureau à cylindre conservé à l’Ermitage à Saint-Pétersbourg présente une médaille à l’effigie du philosophe grec. Dans les années 1780, C. Baulez nous indique que « Roentgen ne commandait à Rémond que Platon et Cicéron, plus tard il devait ajouter Socrate et Antiochus ». (C. Baulez, op. cit., p.102).


Un Corpus restreint
Le présent bureau est caractéristique en plusieurs points de l’œuvre de Roentgen ; type de meuble qu’il a su décliner en plusieurs modèles. Le nôtre se caractérise par sa sobre élégance tant au niveau du placage d’acajou qu’au niveau des bronzes dorés ; les modèles les plus riches étant livrés à la cour impériale russe de Catherine II. On connaît quatre secrétaires à cylindre et caissons pourvus d’un mécanisme, en tous points similaires, à l’exception de la galerie employée sur le gradin. Un voile malheureusement demeure sur leur commanditaire respectif. Ces quatre meubles sont très certainement liés à la famille royale ; une hypothèse plausible serait que Louis XVI et ses deux frères, le comte d’Artois et le comte de Provence, en auraient possédé chacun un, le quatrième aurait été livré à l’épouse de l’un des deux frères du roi et probablement la comtesse de Provence. Cette hypothèse est d’autant plus envisageable à la lumière des commodes du même corpus livrées par Roentgen à Louis XVI, le comte d’Artois et la comtesse d’Artois. Comme le souligne C. Baulez, « les achats de la cour de France sont difficiles à cerner car ils furent payés sur des cassettes privées et jamais portés sur les inventaires officiels » (ibid, p. 101).

Le bureau d’Hubert de Givenchy
La particularité du bureau de la collection Hubert de Givenchy est sa galerie ajourée d’entrelacs feuillagés.
Bien que nous ignorons le commanditaire de ce bureau, Hubert de Givenchy s’était vu communiquer une provenance prestigieuse du XIXe siècle : le baron Florentin-Achille Seillière (1813-1873). Homme d’affaire dans le secteur ferroviaire, il est également banquier puisqu’il participe avec les frères Pereire à la création du Crédit mobilier et de la Banque de France. Grand amateur d’œuvres d’art, il réunit en son château de Mello, une importante collection construite acquisition après acquisition lors de grandes ventes : Pourtalès, Fould, ou encore Demidoff pour ne citer que ces grands noms. Se côtoient alors dans ce curieux château de l’Oise, meubles d'Andre-Charles Boulle comme une fabuleuse armoire ou encore deux coffrets (ayant par la suite rejoint les collections de Sir Philip Sassoon puis vente Houghton Hall, Christie's, Londres, 8 décembre 1994, lot 22), majoliques des Della Robbia, faïences de Delft, émaux de Leonard Limosin, porcelaines de Saxe, de Chine et du Japon, verres de Venise, sculptures antiques, etc. A sa mort, ses héritiers vendront à travers plusieurs vacations le contenu de cette incroyable collection.

Le bureau de Versailles
En décembre 1781 « un secrétaire acheté des allemands » rejoint le Garde Meuble privé du Roi pour la somme de 12 000 livres et qui pourrait être celui aujourd’hui déposé par le Louvre au château de Versailles et de Trianon (inv.V4512; inv OA5228). Lors de la Révolution, le bureau du roi aurait été « cédé à un créancier de la République » puis racheté en 1816 par Louis XVIII (1755-1824) « comme étant le bureau de Louis XVI ». Le meuble rejoint Trianon de 1833 à 1851, pour être ensuite exposé au musée des Souverains l’année suivante, puis est présenté à l’exposition au Petit Trianon en 1867 organisée sous le patronage de l’impératrice Eugénie, pour enfin rejoindre le Mobilier National en 1883.
Le gradin présente une bordure ajourée d’entrelacs feuillagés, comme sur le bureau Givenchy. La médaille d’origine (dont on ignore le motif mais qui était très certainement le profil de Cicéron) est remplacée en 1835 par le jeune bronzier Guillaume Denière (1815-1901) allusive à Louis XVI, allégorie en référence à un don éventuel par les Etats de Bourgogne à Louis XVI.

Louis XVI a eu une passion pour les meubles de David Roentgen. Citons comme exemple le secrétaire à musique acquis en mars 1779 pour plus de 80 000 livres qu’il place dans sa salle à manger des retours de chasse à Versailles. Dès 1791, compte tenu de sa bizarrerie, il est prévu de démanteler le secrétaire et de le transformer. Malgré les propositions de Benneman et Robiersky, le meuble est stocké et finalement oublié au Garde-Meuble royal jusqu’en 1827 où il se voit alors retirer ses panneaux pour être ensuite vendu.
En avril 1791, Louis XVI s’offre sur ses fonds personnels pour la somme de 2 400 livres, évoquée plus haut, « une commode mécanique en bois placages, dite des allemands, la dite commode ouvrant à trois ventaux par différents mouvements ; le dedans composé d’un mécanisme particulier dont le roi a la clef. (…) ». On ignore aujourd’hui la destinée de ce meuble, cependant les deux autres commodes sont conservées au Victoria and Albert Museum, Londres (inv. W.51.1948) et au Bayerisches Nationalmuseum de Munich (inv. 90⁄307).
Marie-Antoinette sera, quant à elle, moins amatrice des meubles de Roentgen et préfèrera faire appel à Jean-Henri Riesener. On connaît de Roentgen néanmoins un coffret livré pour elle ainsi que la célèbre table « Joueuse de tympanon » acquise en 1785, conservé au musée des Arts et Métiers, Paris (inv. 07501-0001).


Le bureau des collections royales anglaises
Le bureau à cylindre ornant aujourd’hui les intérieurs du palais de Buckingham (collection S.M. la reine d’Angleterre, inv. RCIN 293) est acheté à Paris en 1820 pour George IV (1762-1830) par l’intermédiaire de François Benois pour la somme de 275£. Le meuble arrive à Carlton House le 12 mai 1820 dans six caisses - n’oublions pas que les pieds sont dévissables et que Roentgen a toujours eu le souci de produire des meubles pensés pour le transport. Les caisses sont ouvertes le lendemain. Tous ces détails sont consignés par Justham qui enregistre la livraison et précise, à torts, que ledit bureau aurait appartenu à Louis XIV. Le bureau est placé dans la King’s Ante Room pour rejoindre fin 1826 le Pediment Stores Attic Floor (Inventaires de Carlton House, vol. J, p. 268).
Aujourd’hui, le bureau est présenté comme ayant probablement appartenu au comte de Provence, futur Louis XVIII , ou au roi Louis XVI.
En effet le garde-meuble privé du comte de Provence se voit confisqué en 1793 un bureau à cylindre, réservé un temps par la Commission des Arts, pour être finalement attribué à un fournisseur de la République. Ce bureau est évalué 12 000 livres et décrit ainsi « secrétaire mécanique à cylindre, en acajou, de 4 pieds 1⁄2 de longueur, 2 pieds 1⁄2 de profondeur et 4 pieds 1⁄2 de haut, orné de cadres, bretés, piastres et galeries découpées à jour et médaillons surmonté d’une guirlande de laurier et à graines, sur 8 pieds à gaines ; le tout en bronze doré d’or moulu et au mat. »
La médaille représente le profil d’un philosophe identifié comme étant probablement celui de Denis Diderot ; bien qu’il s’agisse plutôt de Cicéron. Le gradin présente quant à lui une balustrade.


Le bureau de Talleyrand
Il reste un autre bureau de ce corpus qui est publié pour la première fois ici. Un article publié en 1899 dans Le Matin rapporte que Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838) se le serait fait offrir par le roi Louis XVI lui-même, pour le léguer ensuite à sa nièce, fille de Dorothée de Courlande (1793-1862), Pauline de Talleyrand-Périgord (1820-1890) épouse d’Henri de Castellane (1814-1847). Le bureau Talleyrand a figuré un temps dans la collection de Marcel Boussac (1889-1980), propriétaire de la maison de couture Dior.
Ce bureau est identique à celui conservé à Buckingham avec sa balustrade en bronze doré ceinturant le gradin.

Ainsi, nous retrouvons la même médaille sur les bureaux Givenchy, de Buckingham et Talleyrand. Celle de Versailles ayant été remplacée en 1835, la prise de risque est minime en affirmant qu’elle devait représenter Cicéron.
Quant à la galerie du gradin, elle peut être de deux types : à balustres ou en ajours feuillagés. Le premier type se retrouvant à Buckingham et sur celui de Talleyrand ; le second sur le bureau Givenchy et celui de Versailles.
Enfin, notons que Roentgen a très certainement employé la même planche d’acajou qu’il aurait débitée en quatre feuilles puisque si l’on compare les quatre bureaux, nous retrouvons le même nœud sur le côté droit ; sur le bureau de Talleyrand, la feuille ayant été probablement inversée, puisque le nœud se situe sur le côté gauche.
A la lumière de ces comparaisons, et, ce malgré des documents d’archive lacunaires, il paraît alors très probable que ces quatre bureaux aient été contemporains les uns des autres et réalisés pour des membres de la famille royale.

More from Hubert de Givenchy - Collectionneur: Chefs-d'oeuvre | Masterpieces

View All
View All