ATTRIBUEE A DOMENICO CUCCI (v. 1635-1704)
ATTRIBUEE A DOMENICO CUCCI (v. 1635-1704)
ATTRIBUEE A DOMENICO CUCCI (v. 1635-1704)
6 More
ATTRIBUEE A DOMENICO CUCCI (v. 1635-1704)
9 More
Veuillez noter que tous les lots seront transférés… Read more
ATTRIBUEE A DOMENICO CUCCI (v. 1635-1704)

PAIRE DE CHENETS ROYAUX D'ÉPOQUE LOUIS XIV, VERS 1680-1700

Details
ATTRIBUEE A DOMENICO CUCCI (v. 1635-1704)
PAIRE DE CHENETS ROYAUX D'ÉPOQUE LOUIS XIV, VERS 1680-1700
En bronze ciselé et doré figurant un pot à feu orné sur le corps de guirlandes de roses reposant sur un entablement en console centré d'un cartouche ailé et fleurdélisé, avec des fers
H.: 69 cm. ; L.: 42,5 cm.



(2)
Provenance
Collections royales, probablement château de Versailles ;
Collection Charles François, Marquis de Calvière (1693- 1777) ;
Puis par descendance ; vente Christie's, Paris, 17 décembre 2003, lot 357 ;
Galerie Kugel, Paris.
Literature
C. Demetrescu, Les ébénistes de la Couronne sous le règne de Lousi XIV, Lausanne, 2021, p. 98, fig. 98.
Special notice

Veuillez noter que tous les lots seront transférés vers un entrepôt extérieur. Le retrait des lots sera possible à partir du 24 juin 2022.
All items will be transferred to an offsite warehouse after the sale and will be available on 24 June 2022. Please refer to department for information about storage charges and collection details.
Post lot text
ATTRIBUTED TO DOMENICO CUCCI (c. 1635-1704)
A PAIR OF ROYAL LOUIS XIV ORMOLU CHENETS, CIRCA 1680-1700
The bases decorated with a crown and the royal arms of France, with iron supports
27 1⁄4 in. high ; 16 3⁄4 in. wide

Brought to you by

General Sale Enquiries
General Sale Enquiries Hubert de Givenchy – Collectionneur

Lot Essay

From the outset, the cartouche with the coat of arms of France stamped with a royal crown indicates the royal origin of these andirons, which come from the Crown's collection under Louis XIV. In the Inventaire général du Mobilier de la Couronne sous Louis XIV (1663-1715), published by Jules Guiffrey, there are countless references to andirons bearing the "Royal Arms", "Arms of France" or "Arms of the Queen". Indeed, among the many silver andirons, a few pieces with comparable shapes can be identified: for example, 777 - a small pair of silver andirons chiselled on all sides, the body of which is in the shape of an antique vase, above which there is a flame, the feet in consoles carried on two lion's paws engraved with the arms of the King, or 786. - a pair of silver andirons, the bodies of which are in the form of vases chiselled with large flowers above, roses in the middle and gadroons below, with their feet in the form of consoles also chiselled with large flowers, on lion's paws decorated in the middle with the arms of the King added.... These silver andirons placed at the Château de Versailles under Louis XIV must have had a similar shape to the present andirons, and are sometimes attributed to a certain Veaucourt, Nicolas Delaunay or Claude Ballin.

The highly architectural and sculptural composition of these andirons suggests a model provided by an artist experienced in architectural decorations and ornamental designs. The King's painter Charles Le Brun comes to mind, his influence on the decorative arts, particularly through the productions of the royal manufactures, is well known. It is probably after his models that the craftsman executed these gilded bronze andirons. After the casting decrees of 1689, a silversmith such as Claude Ballin could have cast these objects not in silver but in bronze. It is also worth mentioning the major influence of Jean Lepautre in the development of the decorative arts during the reign of Louis XIV and specifically in the circulation of models. A drawing, published in the Livre de serrurerie, of an andiron with a vase placed on an acanthus base and resting on a console base decorated with the royal arms can very well have inspired the design of our andirons. In his recent monograph on the cabinetmakers of the reign of Louis XIV, Calin Demetrescu puts forward an attractive hypothesis, based on a cross-reference between these andirons and a delivery made to the Garde-Meuble by Domenico Cucci, a famous cabinetmaker and caster at the Gobelins, where he worked after Le Brun's models, in 1688 (C. Demetrescu, Les Ébénistes de la Couronne sous le règne de Louis XIV, Paris, 2021, p. 98). In fact, Cucci: supplied an iron grille with two vases and their gilded copper feet in ormolu that he had made as a model for the chasteau de Trianon (Arch. nat., O1 3306, f° 106, 4 September 1788). The model must have been quite successful, since in 1736, in the gallery of the Duc d'Antin's residence in Paris, a large two-part grate with two branches each decorated with a fire pot vase and a leaf serving as an ornament is inventoried, which can be compared to the present andirons.

It was probably by royal gift, at the end of the reign of Louis XIV or under Louis XV, that these andirons entered the collection of the Marquis de Calvière. Born in 1693, Charles-François marquis de Calvière became page to King Louis XIV in 1711, before becoming page to young Louis XV. A mark of the privileges he received from the court, in 1722, the Marquis de Calvière even received from Louis Blouin, Louis XIV's first valet de chambre and governor of Versailles, a three-room apartment in the Grand Commun and, unusually, furnished by the Garde-Meuble de la Couronne. As was traditional, Calvière served in the cavalry and took part in the battle of Fontenoy (1745) under the orders of the Maréchal de Villeroy, he then became lieutenant of the King's armies in 1748. Close to the Marquise de Pompadour, he cultivated the arts and the mind, and was a member of the Académie des Sciences, Belles-Lettres et arts de Besançon, and of the Société des antiquités de Cassel. Elevated to the rank of Commander of the Order of Saint Louis (1750), he retired from military service and court life in 1755, giving up the use of his apartment to spend the rest of his life at the Château de Vézenobres, not far from his native Avignon. Were the andirons a gift after Louis XIV’s death, as the first valets of the king sometimes did? Or did he acquire them later, for example when in 1752, the Garde-Meuble of Louis XV sold old-fashioned and used objects of the Garde-Meuble? No one knows, but the Marquis de Calvière devoted himself from then on to enriching his collection, which was extremely famous during his lifetime and gave rise to a major sale after his death (Catalogue d’une précieuse collection de tableaux, médailles, pierres gravées montées en bagues, bijoux, dessins encadrés & en feuilles, estampes encadrées, en feuilles & en recueils, livres, & autres objets de curiosité, la plus grande partie venant de l’étranger ; dont la vente se fera la mercredi 5 mai 1779 & jours suivans, rue Saint Honoré, à l’Hôtel d’Aligre). A bibliophile, numismatist, lover of paintings and curiosities, Calvière was a true enlightened amateur of his time, as shown as early as 1747 in an extract from the catalogue of the sale of the collection of Louis-Auguste Angran, vicomte de Fonspertuis (Catalogue raisonné, des bijoux, porcelaines, bronzes, lacqs, lustres de cristal de roche et de porcelaine, pendules de goût, & autres meubles curieux…, vente le 4 mars 1748 et jours suivants)?:

One day a small bronze pagoda came into my hands; the singularity of its silver colour, which could only come from this mixture or from the quality of its varnish, aroused the curiosity of the Marquis de Calviere, whose enlightenment and delicate taste for all the arts are so well known. He hardly refuses the desire to possess what appears to him extraordinary either in the nature of the thing or in its execution: always with the intention of enlightening himself of these singularities, & of discovering the cause which never resists his penetration.?


D’emblée, le cartouche aux armes de France timbré d’une couronne royale indique la provenance royale de ces chenets, qui proviennent des collections de la Couronne sous Louis XIV. On ne compte pas, dans l’Inventaire général du Mobilier de la Couronne sous Louis XIV (1663-1715), publié par Jules Guiffrey, le nombre de chenets aux «?armes du Roy?», aux «?armes de France?» ou aux «?armes de la Reyne?» tant les occurrences sont nombreuses. On peut en effet identifier parmi les innombrables chenets d’argent, quelques pièces aux formes comparables?: par exemple 777 – une petite paire de chenets d'argent ciselée de toutes parts, dont le corps est en forme de vase à l'antique, au dessus duquel il y a une flamme, les pieds en consoles portez sur deux pattes de lion gravées des armes du Roy ou 786. – une paire de chenets d'argent, dont les corps sont en forme de vases ciselez par dessus de grandes fleurs, par le milieu de roses et par dessous de godrons, avec leurs pieds en forme de consoles aussy ciselez de grandes fleurs, sur des pattes de lion ornez dans le milieu des armes du Roy rapportées…. Ces chenets en argent placés au château de Versailles sous Louis XIV devaient présenter une forme semblable aux présents chenets, et sont parfois attribués à un certain Veaucourt, à Nicolas Delaunay ou Claude Ballin.

La composition très architecturée et sculpturale de ces chenets laisse penser à un modèle fourni par un artiste aguerri aux décors architecturaux et aux dessins d’ornements. On pense évidemment au peintre du roi Charles Le Brun, dont l’influence sur les arts décoratifs, notamment via les productions des manufactures royales, n’est plus à démontrer. C’est probablement d’après ses modèles que l’artisan dut exécuter ces chenets en bronze doré. Après les édits de fonte de 1689, un orfèvre tel que Claude Ballin eut pu fondre ces objets non plus en argent, mais en bronze. Il convient également de mentionner l’influence majeure de Jean Lepautre dans le développement des arts décoratifs sous le règne de Louis XIV et en particulier dans la diffusion des modèles. Un dessin, publié dans le Livre de serrurerie, d’un chenet à vase posé sur un culot d’acanthe et reposant sur un socle en console orné d’armes royales paraît tout à fait avoir pu servir d’inspiration pour la conception de nos chenets. Dans sa récente monographie sur les ébénistes du règne de Louis XIV, Calin Demetrescu avance une hypothèse séduisante, basée sur un recoupement entre ces chenets et une livraison faite au Garde-Meuble par Domenico Cucci, célèbre ébéniste et fondeur aux Gobelins où il travaillait d’après les modèles de Le Brun, en 1688 (C. Demetrescu, Les ébénistes de la Couronne sous le règne de Louis XIV, Paris, 2021, p. 98). En effet, Cucci fournit une grille de fer garnie de deux vazes et leurs pied estaux de cuivre doré d’or moulu qu’il avoit fait pour modèle pour le chasteau de Trianon?(Arch. nat., O1 3306, f° 106, 4 septembre 1788). Le modèle dut connaître un certain succès puisqu’on retrouve en 1736, dans la galerie de l’hôtel du duc d’Antin à Paris, inventoriée une grande grille en deux parties à deux branches chacune garnie de vase en pot à feu avec une feuille servant d’ornement, que l’on peut rapprocher des présents chenets.

C’est sans doute par présent royal, à la fin du règne de Louis XIV ou bien sous Louis XV, que ces chenets ont rejoint la collection du marquis de Calvière. Né en 1693, Charles-François marquis de Calvière devient page du roi Louis XIV en 1711, avant de devenir celui du jeune Louis XV. Marque des grâces qu’il recevait de la cour, le marquis de Calvière reçut même de Louis Blouin, premier valet de chambre de Louis XIV et gouverneur de Versailles, en 1722, un appartement de trois pièces dans le Grand Commun et, chose rare, meublé par le Garde-Meuble de la Couronne. Comme de tradition, Calvière servit dans la cavalerie et participa à la bataille de Fontenoy (1745) sous les ordres du maréchal de Villeroy avant d’être promu lieutenant des armées du roi en 1748. Devenu proche de la marquise de Pompadour, il cultiva les arts et l’esprit, et fut ainsi membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et arts de Besançon, et de la Société des antiquités de Cassel. Élevé au rang de commandeur de l’Ordre de Saint-Louis (1750), il se retira du service des armées et de la vie de cour en 1755, rendant alors la jouissance de son appartement pour couler le restant de ses jours au château de Vézenobres, non loin de sa ville natale d’Avignon. A-t-il reçu les chenets après la mort de Louis XIV comme parfois les premiers valets de chambre du roi?? ou bien plus tardivement lorsque, par exemple en 1752, le Garde-Meuble de Louis XV procéda à la vente des objets démodés et usagés du Garde-Meuble?? Nul ne le sait, mais le marquis de Calvière se consacra dès lors plus particulièrement à l’enrichissement de sa collection, extrêmement renommée de son vivant et ayant donné lieu à une grande vente après sa mort (Catalogue d’une précieuse collection de tableaux, médailles, pierres gravées montées en bagues, bijoux, dessins encadrés & en feuilles, estampes encadrées, en feuilles & en recueils, livres, & autres objets de curiosité, la plus grande partie venant de l’étranger ; dont la vente se fera la mercredi 5 mai 1779 & jours suivans, rue Saint Honoré, à l’Hôtel d’Aligre). Bibliophile, numismate, amateur de tableaux et d’objets de curiosités, Calvière s’affirma comme un véritable amateur éclairé de son temps, comme le soulignait dès 1747 un extrait du catalogue de la vente de la collection de Louis-Auguste Angran, vicomte de Fonspertuis (Catalogue raisonné, des bijoux, porcelaines, bronzes, lacqs, lustres de cristal de roche et de porcelaine, pendules de goût, & autres meubles curieux…, vente le 4 mars 1748 et jours suivants)?:

Un jour il me tomba une petite Pagode de Bronze entre les mains?; la singularité de sa couleur argentine, qui ne pouvoit provenir que de ce mélange ou de la qualité de son vernis, picqua la curiosité de M. le Marquis de Calviere, dont les lumières & le goût délicat pour tous les arts sont si connus. Il se refuse difficilement au désir de posséder ce qui lui paroît extraordinaire ou dans la nature de la chose ou dans son exécution?: toujours dans l’intention de s’éclaircir de ces singularités, & d’en découvrir la cause qui ne résiste jamais à sa pénétration.?

More from Hubert de Givenchy - Collectionneur: Chefs-d'oeuvre | Masterpieces

View All
View All