ANTOINE-JEAN GROS DIT BARON GROS (PARIS 1771 - 1835 MEUDON)
ANCIENNE COLLECTION GERMAIN SELIGMAN
ANTOINE-JEAN GROS DIT BARON GROS (PARIS 1771 - 1835 MEUDON)

Portrait de Joachim Murat, maréchal de France (1767-1815)

Details
ANTOINE-JEAN GROS DIT BARON GROS (PARIS 1771 - 1835 MEUDON)
Portrait de Joachim Murat, maréchal de France (1767-1815)
papier marouflé sur toile
23,5 x 20,7 cm. (9 ¼ x 81/8 in.)
Provenance
Collection Germain Seligman, New York, années 1950-1979.
Literature
J. Richardson (éd.) The Collection Of Germain Seligman, paintings, drawings and works of art, New York, 1979, n°30, reproduit.
Exhibited
Paris, Galerie Charpentier, Cent portraits d'hommes, 1952, n°41 ;
Paris, Galerie Bernheim-Jeune, Gros-Géricault-Delacroix, 1954, n°2 bis ;
New York, Jacques Seligmann & Co., Baron Antoine-Jean Gros, 15 novembre - 10 décembre 1955, p. 34, n°15, reproduit (exposition itinérante, Minneapolis Institute of Arts 4-21 janvier 1956 ; Cleaveland Museum of Art, 8 mars - 15 avril 1956).

Post lot text
ANTOINE-JEAN GROS CALLED BARON GROS, PORTRAIT OF JOACHIM MURAT, MARÉCHAL DE FRANCE, OIL ON PAPER LAID DOWN ON CANVAS

Brought to you by

Astrid Centner-d’Oultremont
Astrid Centner-d’Oultremont Director Christie’s Belgium, Old Masters Specialist

Lot Essay

Ce vif portrait de Joachim Murat est à mettre en relation avec la grande toile La bataille d’Aboukir, conservée au musée national du château de Versailles et présentée par le Baron Gros au Salon de 1806 (n°241). Tous les points de fuite de cette grande composition convergent vers un seul et unique personnage s'élançant à cheval, Joachim Murat, face à une foule de vaincus.

Simple fils d’aubergiste devenu maréchal de France et beau-frère de l’empereur Napoléon de part son alliance avec Caroline Bonaparte, Murat s’était particulièrement illustré dans les campagnes d’Egypte. Aboukir fut l'un des hauts lieux de ces affrontements sanglants dont le tableau auquel se rattache notre esquisse rapporte un épisode majeur : l'arrestation du chef de l’armée adverse le 25 juillet 1799 alors que Marat est blessé par un coup de feu à la gorge.

Avec ses longues mèches bouclées, son regard assuré et son collet rigide soutenant le reste de son uniforme inachevé, le baron Gros est parvenu à saisir avec finesse le visage de Joachim Murat qu’il reprit en grand dans le tableau de Versailles, où il le coiffa du fameux bicorne en feutre noir des maréchaux, garni d’un plumet tricolore.

More from Tableaux anciens et du XIXème siècle

View All
View All