BRETON (A). Nadja. Paris, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1928, in-4°, broché, couverture.
BRETON (A). Nadja. Paris, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1928, in-4°, broché, couverture.

Details
BRETON (A). Nadja. Paris, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1928, in-4°, broché, couverture.

ÉDITION ORIGINALE du plus célèbre écrit d'André Breton.

Ce roman lui fut inspiré par sa rencontre, au hasard d'une de ses fréquentes promenades parisiennes, avec une jeune femme à l'aspect enchanteur et mystique. Entraperçue le lundi 4 octobre 1926 près d'Opéra, Nadja, de son vrai nom Léona Camille Ghislaine Delcourt (1902-1941), fut, pendant quelques semaines, l'objet de sa curiosité passionnée. Le comportement erratique de la jeune femme mit bientôt fin à leurs rencontres, mais l'idéal qu'elle incarna brièvement, ce rejet des conventions de l'existence et sa réceptivité à l'extraordinaire et à l'intuition, ne cesseront désormais d'obséder Breton. Les deux tiers du livre furent écrits huit mois plus tard, en août 1927, au manoir d'Ango, à Varengeville-sur-Mer. La première partie, qui sert de préambule, retrace les épisodes les plus marquants de la vie de l'auteur, ses rencontres et les curiosités qu'il observe et consigne. La deuxième, centrale, est le « récit minutieux des dix jours passés » avec Nadja et de « la fin de leurs relations ». La troisième enfin, rédigée dans les derniers jours de 1927, constitue la partie théorique du texte ; elle fut perçue comme le premier manifeste du surréalisme.
L’ouvrage s’achève sur cette formule devenue célèbre : « La beauté sera convulsive ou ne sera pas. » Breton y prône une conception de la beauté qui inspirera tous ses compagnons de route, qu’ils soient peintres ou poètes.

44 photographies.
L'usage révolutionnaire que fit l'auteur de ces clichés contribua pour beaucoup au rayonnement de Nadja. Pour la première fois dans l'histoire littéraire, un auteur fait l'économie de la description narrative, en substituant au texte lui-même une reproduction des lieux, personnes, lettres, documents, dessins ou tableaux cités. Les vues de Paris furent confiées à Jacques Boiffard, capable « d'accompagner la prose sans ornement de Breton de paysages étrangement déserts », les portraits d'amis et les rencontres sont de Man Ray, photographe officiel des dadaïstes, et la photo du gant de bronze (p. 67) est due à Lise Deharme. Quant au portrait de Nadja, que Breton érige en symbole, il est significativement absent du corpus.

L’un des 109 premiers exemplaires sur papier vergé Lafuma-Navarre, réimposés dans le format in-quarto tellière.

Exemplaire conservé tel que paru.

Dimensions : 217 x 169 mm.

Provenance : Albert Tétin, membre des Bibliophiles de la NRF.

M. Polizzotti, André Breton, Biographie NRF Gallimard, pp. 300-309, 319-324.

If you wish to view the condition report of this lot, please sign in to your account.

Sign in
View condition report

More from Bibliothèque Marc Litzler

View All
View All