Lot Content

Global notice COVID-19 Important notice
HERGÉ
Artist's Resale Right ("droit de Suite"). If the … Read more LE TINTIN DE TIBET10% du prix d'adjudication de ce lot seront reversés à l'association "Terre des 4 vents" pour l'École des 4 vents.TIBET (Gilbert Gascard, dit)Marseillais d’origine, Tibet (1931-2010) grandit en Belgique, où il découvre Valhardi dans Le Journal de Spirou : c’est le choc. Dès 16 ans, il collabore à l’hebdomadaire belge Mickey Magazine et, cinq ans plus tard, imagine un western animalier, Chick Bill. Sur les conseils d’Hergé, Tibet transforme ses personnages en êtres humains et, à partir de 1955, crée pour Le Journal de Tintin la série Ric Hochet, avec Duchâteau au scénario. Il mène de front ces deux séries, à un rythme soutenu, ce qui fera dire à un Lewis Trondheim admiratif : « Tibet, je voudrais être à sa place. Il fait deux albums par an et il a toujours du plaisir à dessiner ». Sa série à énigmes n’a aucun mal à conquérir le cœur des lecteurs du journal : « c’est normal, disait Tibet, Ric Hochet est une espèce de Tintin réaliste ».Tibet a toujours eu une admiration sans borne pour Hergé. Il n’a pas seize ans lorsqu’un copain de classe voyant ses dessins lui dit : « Tu devrais montrer tes dessins à Hergé » À Hergé, mais Hergé est une star, il habite sûrement Hollywood, comme Walt Disney ! Beuh non, lui répond son copain, il habite au 16 de l’avenue Delleur ! Quelques jours plus tard, le petit Tibet sonne à la porte. Il est reçu par Germaine, l’épouse du maître qui s’apprête à le rembarrer : Hergé n’a pas le temps de lui faire un dessin ! Ah, mais, il ne vient pas pour un dessin, il vient montrer les siens, explique le jeune homme qui avait gardé ce jour-là sa tenue de scout. Hergé le reçoit, lui donne des conseils, « pour la plume, pour l’encre, pour le papier… Il prêchait la lisibilité, la simplicité ; la clarté. Il m’a surtout conseillé de prendre le plus de croquis possible d’après nature. De dessiner mes copains boy-scouts… » se rappellera Tibet quelques années plus tard. Quand le jeune dessinateur revient chez sa mère, celle-ci imagine que ce monsieur Hergé pourrait lui donner des leçons, payées à l’heure évidemment. « Mais enfin, Maman, devait écrire plus tard le jeune homme, est-ce qu’on paie Dieu le père pour qu’il donne des cours particuliers à celui qui ambitionne de devenir Dieu le fils ? » Après un passage chez Opera Mundi et dans l’atelier de Tenas et Rali, Tibet se présente en 1950 aux éditions du Lombard où il est engagé dans le studio de dessin. On lui demande de créer une bande dessinée animalière pour le journal Ons Volkske et sa version francophone Chez Nous/Junior. « C’est Raymond Leblanc, le directeur-fondateur des éditions du Lombard, qui m’avait commandé cela, en 1952. Il avait même fait faire des essais à d’autres dessinateurs comme Weinberg ou Craenhals, car il voulait des bandes dessinées pour les tout-petits afin de concurrencer Le Journal de Mickey ! Il était emballé par mon projet que j’avais dessiné dans le style proche de celui de Disney que j’avais alors. Mais il devait avoir l’aval d’Hergé, le créateur de Tintin, qui était alors le directeurartistique du journal. Ce dernier a trouvé cette série peu crédible, prédisant que cela ne marcherait jamais ! Je suis rentré chez moi en pleurant et j’ai laissé tomber… » Hergé a surtout le souvenir d’une bande dessinée animalière qu’il avait publiée chez Casterman, Popol et Virginie chez les Lapinos, et qui avait été un échec commercial. C’est le bon sens qui lui dicte ce verdict. La solution a été « d’humaniser » la série, Hergé acceptant dès lors que Chick Bill paraisse dans le Journal des 7 à 77 ans, à partir de 1955.Les relations entre Hergé et Tibet auraient pu prendre un autre tournant, il aurait pu devenir son assistant, par exemple. Mais sa carrière était déjà très engagée. A-t-il cependant collaboré au Studio Hergé ? Pas que l’on sache, son nom n’est par exemple pas repris dans la liste du personnel, tenue scrupuleusement à jour, même pour un vacataire occasionnel. Le fils de Tibet lève le voile sur ce mystère : « Je confirme que Papa a bel et bien collaboré aux Studio Hergé. Pas très longtemps, il est vrai ; à peine quinze jours. Il aidait alors Guy Dessicy pour la mise en couleurs d’un album de Jo et Zette. Papa était donc “l’assistant d’un assistant”. »
HERGÉ

Details
HERGÉ

TINTIN
TINTIN ET LE THERMO-ZERO 1960
Crayonné originale de la planche n° 4 issue de l’histoire inachevée. Signée
Mine de plomb sur papier
36,5 × 50 cm (14,37 × 19,69 in.)

Une pièce d’exception — On connaît cet épisode, devenu mythique, sous le nom de Tintin et le Thermo-Zéro. Pourquoi mythique ? Parce que, de tous les projets d’aventures de Tintin auxquels Hergé a renoncé, c’est incontestablement celui qui avait été poussé le plus loin. Des centaines de feuillets de découpage destinés, au gré d’approches successives, à fixer le contenu des 62 pages du récit, des versions distinctes du scénario élaborées par Hergé avant d’être confiées aux talents de scénariste prêtés à son collaborateur Jacques Martin, et… au bout du compte tout le début de l’histoire, mis en place au gré de crayonnés somptueux. Du Hergé à l’état pur ! Et du Hergé au meilleur de sa forme !

La légende battue en brèche — Il y aurait sans doute un livre à écrire au sujet de Tintin et le Thermo-Zéro. Disons-le tout net : cet épisode doit tout à Hergé, et presque rien à Greg, ni sur le plan scénaristique, ni sur les contenus, et surtout pas pour ce qui concerne la scène d’ouverture crayonnée par Hergé. La seule chose que le papa d’Achille Talon a faite dans cette histoire, c’est, à la demande d’Hergé en 1960, lui ficeler un nouveau synopsis sur base des contenus élaborés depuis 1957 par Hergé (et dans une moindre mesure par ses collaborateurs), synopsis qui était supposé lui donner l’envie de reprendre en main le projet. Raté ! Hergé l’a raconté à Benoît Peeters quelques semaines avant sa disparition : « Ça n’a pas marché parce que je suis un fantaisiste et que je ne parviens pas à suivre un scénario qu’on m’a proposé. (…) À un certain moment, je suis coincé par l’option prise par le scénariste (…) alors je fais un petit crochet vers la gauche ou vers la droite, et petit à petit tout le scénario se disloque ». Il le précise plus loin : il n’a jamais utilisé le scénario de Greg parce que, dans ce contexte, il se sentait prisonnier d’un carcan. J’ai besoin d’être surpris par mes propres inventions, affirmait-il. Les lecteurs de l’ouvrage Le Monde d’Hergé en ont conclu — avec son auteur — que tout, absolument tout ce qui compose les archives relatives à cet épisode était issu du synopsis de Greg, alors que c’est exactement le contraire. Les découvertes de Philippe Goddin publiées dans les volumes 6 et 7 de la collection Hergé – Chronologie d’une Œuvre l’ont bien montré : Hergé a entrepris d’élaborer ce récit en fin d’année 1957, sous le titre La Boîte de Pandor, juste après avoir terminé Coke en stock ; il l’a ensuite abandonné pour réaliser Tintin au Tibet ; il y est revenu une fois cet épisode terminé, à l’automne 1959, reprenant l’ensemble du récit sous formes de découpages et s’appuyant sur le savoir-faire de Jacques Martin pour nourrir le périple accompli par les héros qu’il avait lui-même imaginé ; il a même dessiné avec précision tout le début du récit, sous forme de crayonnés de grand format, tandis qu’il sollicitait Greg, début 1960, pour remettre cette matière à sa sauce. Greg a certes imaginé le « Thermo-Zéro » susceptible de remplacer les pilules radioactives comme enjeu de la course-poursuite. Il a donc, de façon erronée, voire imméritée, laissé « son » titre à cette oeuvre de Hergé, mais malgré quelques mois supplémentaires consacrés à de nouvelles tentatives, ce dernier n’a rien fait de son scénario… qui s’ouvrait par une balade touristique quelque peu incongrue des héros sur les flancs du Vésuve. Ce texte de 16 pages dactylographiées a été publié par Les Amis de Hergé dans le numéro 36 de leur excellente revue.

Un début sur les chapeaux de roues — D’emblée, en 1957, Hergé avait ouvert son récit par un spectaculaire dépassement de voiture, opéré près de Moulinsart et vécu comme un affront par le capitaine Haddock au volant de sa décapotable. Pour en arriver dès la deuxième page au violent accident subi par le mystérieux conducteur, qu’on devine poursuivi par d’étranges personnages à l’accent allemand. Le fugitif, grièvement blessé, transportait des pilules radioactives… qu’il glissera subrepticement dans la poche de l’imperméable de Tintin venu lui porter secours. D’où le titre qui remplacera un moment La Boîte de Pandore (avec « e » cette fois) : Les Pilules (ou, plus vraisemblablement Tintin et les Pilules). En dépit de quelques tentatives de démarrer le récit dans un contexte légèrement différent (au restaurant par exemple) ou de le transporter dans un autre environnement que Moulinsart (en France ou en Italie par exemple) et malgré la proposition faite par Greg de commencer de façon moins mouvementée, Hergé est à chaque fois revenu à son ouverture « sur les chapeaux de roues » mettant en scène la voiture de sport du capitaine Haddock, une Volkswagen Coccinelle (la voiture du fugitif), un camion — on verra que la source involontaire de l’accident de ce dernier est un transport de glaces de la firme Motta — et une puissante berline allemande (la Porsche des poursuivants). Six des huit crayonnés qui composent le début de l’épisode font partie des « trésors » du Musée Hergé à Louvain-la-Neuve. Deux d’entre eux ont en revanche été offerts par Hergé, ceci après qu’il ait renoncé à mener ce récit à bien, préférant entreprendre en fin d’année 1960 Les Bijoux de la Castafiore. L’un de ces crayonnés (portant le numéro 4) a été offert au dessinateur Gilbert Gascard, dit Tibet, le 23 février 1961, et l’autre (portant le numéro 3) à son collaborateur Bob De Moor le 22 avril 1977.

Du grand et beau spectacle — On peut imaginer que le jour où Tibet a rendu visite à Hergé, celui-ci lui a permis de choisir, parmi les crayonnés de cet épisode inachevé, celui qui lui plairait vraiment. On peut dire que le « père » de Ric Hochet et de Chick Bill a fait preuve ce jour-là d’un goût très sûr. Souplesse, vivacité, action… les qualificatifs ne manquent pas pour décrire ce qui se passe sur cette quatrième page d’un récit qui a démarré en trombe. C’est sous une pluie battante, et sous les yeux de Tintin et de Haddock, qui la suivaient, que la Coccinelle s’est écrasée contre un arbre. Le capitaine a freiné sec (un véritable exploit dans ce contexte pluvieux !) et s’est extrait péniblement de son siège (conduite à droite… c’est une MG !) tandis que Tintin, plus jeune et plus agile que lui, s’est déjà porté au secours du conducteur. Arcbouté sur la poignée, il a réussi à ouvrir la portière. Et, tandis que son compagnon semble danser le charleston (en réalité, une transe due à la douleur), il entreprend, avec l’aide d’autres personnes accourues sur les lieux de l’accident, d’extraire le blessé, inconscient, de la carcasse de son véhicule. Très avisé, comme d’habitude, il fait étendre une couverture sur le sol et prend la précaution de recouvrir de son imperméable le corps du malheureux, en attendant les secours. Surgit alors la voiture des mystérieux Allemands, qui reconnaissent la Volkswagen qu’ils poursuivaient, et dont on devine qu’ils vont s’arrêter pour intervenir.

Tension dramatique, gags, mystère, mouvement, portraits pris sur le vif… tous les ressorts habituellement mis en œuvre par Hergé sont présents dans ce qui constitue certainement la séquence clé de l’épisode. Le blessé, reprenant conscience un instant, va glisser dans la poche du vêtement qui le recouvre l’objet autour duquel vont se dérouler, en connaissance de cause ou pas, toutes les péripéties du récit. Qui oserait dire qu’Hergé n’est pas à l’aise ici, qu’il n’apparaît pas en pleine possession de ses moyens, et qu’il n’est pas confiant en la suite ? On n’en aura pas de sitôt fini de s’interroger sur les vrais motifs qui l’ont fait renoncer à cet épisode dans lequel, on le constate, il s’était totalement investi. La faute aux Bijoux de la Castafiore, qui lui aura permis de se lancer dans quelque chose de totalement différent ? Peut-être. On pourrait dire que cet abandon correspond aussi au moment où sa vie basculait : c’est à cette époque, au cours de laquelle il a produit Tintin au Tibet, qu’il a décidé de quitter son épouse pour vivre un nouvel amour.
Special Notice

Artist's Resale Right ("droit de Suite"). If the Artist's Resale Right Regulations 2006 apply to this lot, the buyer also agrees to pay us an amount equal to the resale royalty provided for in those Regulations, and we undertake to the buyer to pay such amount to the artist's collection agent.
Sale Room Notice
10% du prix d'adjudication de ce lot seront reversés à l'association "Terre des 4 vents" pour l'École des 4 vents.
10% of hammer price of this lot will be refunded to the association "Terre des 4 vents" for their School.

Brought to you by

Lola Regard
Lola Regard Sale Coordinator
;

More from Bande Dessinée et Illustration

View All
View All