Lot Content

Global notice COVID-19 Important notice
HÉRODIEN (IIIe siècle). Historiarum Libri VIII. Venise: in aedibus Aldi et Andreae Asulani soceri, septembre 1524.
HÉRODIEN (IIIe siècle). Historiarum Libri VIII. Venise: in aedibus Aldi et Andreae Asulani soceri, septembre 1524.

Details
HÉRODIEN (IIIe siècle). Historiarum Libri VIII. Venise: in aedibus Aldi et Andreae Asulani soceri, septembre 1524.

In-8 (168 x 97 mm). Impression en caractères italiques, lettrines dorées. (La couture des 2 derniers feuillets de garde relâchée.)
RELIURE PARISIENNE EXéCUTéE PAR JEAN PICARD POUR JEAN GROLIER VERS 1540: maroquin olive, multiple encadrement de filets dorés et à froid, large losange central composé de fers en accolade et longs fers feuillagés, contenant en son milieu au premier plat le nom de l'auteur et le titre en lettres capitales flanqué en haut et en bas d'une grosse fleur de lis, et au second plat sa devise PORTIO MEA DOMINE SIT IN TERRA VIVENTIUM flanquée des mêmes gros fers. Au pied du premier plat, la mention en lettres capitales: IO. GROLIERII ET AMICORUM. Dos à sept nerfs soulignés de filets horizontaux et verticaux, tranches dorées, gardes de peau de vélin en tête et et fin de volume, (dos et coins restaurés). Boîte.

PROVENANCE: Jean Grolier (ex-libris et devise dorés sur les plats) -- Pearson (Very choice books, cat. s.d. n° 91, ill.) -- Junius S. Morgan -- Sigurd & Gudrun Wandel (ex-libris), vente à Copenhague, 6 février 1923, lot 1497, ill. -- L'art ancien, Zurich et Bâle (Bulletin 10, 1924, n° 2940) -- Jacques Rosenthal -- Ernst Kyriss, vente à Munich, 16 janvier 1941, lot 474, ill. -- Willy Dreyfus, vente à Londres, 14 mars 1967, lot 108, ill. -- Vente à Paris, 11 décembre 1981, lot 43.

PREMIèRE éDITION ALDINE de l'Histoire romaine d'Hérodien, en édition bilingue grecque et latine. Cette édition, qui se compose de deux parties à signatures et pagination distinctes comportant chacune un titre et une préface d'Andrea Asulani au lecteur, était offerte à la vente en exemplaires complets des deux textes, grec et latin, ou en une partie seule sur deux, indépendantes l'une de l'autre.

TRèS PRéCIEUX EXEMPLAIRE DE JEAN GROLIER, qui n'en conserva que la partie latine, à laquelle il ajouta la préface seule de la première partie en grec (un feuillet, relié à la suite du titre). Les lettrines en ont été enluminées en or comme à l'habitude dans les exemplaires de sa collection aldine, ainsi que l'ancre imprimée au dernier feuillet.

Puissant financier issu d'une famille d'opulents négociants lyonnais, Jean Grolier (c. 1489-1565) s'est rendu célèbre par son impressionnante bibliothèque riche de quelque trois mille volumes, chiffre considérable pour l'époque. Ce n'est donc pas à tort que cet illustre collectionneur lyonnais est aujourd'hui appelé le "prince des bibliophiles". Déjà en 1644, dans son Traicté des plus belles bibliothèques, Louis Jacob faisait les louanges de la bibliothèque de Grolier "qui estoit en telle estime de son vivant pour la rarté de ses livres et le grand amas de ses curiositez, qu'elle estoit une merveille de son temps". Mais la notoriété de sa bibliothèque est due davantage à l'intérêt que notre bibliophile manifestait dans la luxueuse décoration de ses reliures qu'au contenu de ses livres - aussi intéressant fût-il - qu'il se choisissait (littérature classique ou contemporaine et textes historiques).

Succédant encore tout jeune à son père qui exerçait avant lui à Milan la charge de Trésorier du roi de France pendant les guerres d'Italie, Grolier séjourne dans la ville lombarde de 1509 à 1519. C'est durant cette période qu'il va former sa première bibliothèque dont on connaît aujourd'hui l'existence grâce à la survivance de 27 volumes revêtus de cuir orné d'empreintes de plaquettes. Ces reliures, exécutées entre 1510 et 1516 dans deux différents ateliers milanais, ont probablement dû faire partie d'une bibliothèque plus importante, dispersée ou perdue au moment où Grolier quitta l'Italie en 1519. Une fois revenu en France, Jean Grolier confie ses nouvelles acquisitions de livres à des ateliers parisiens pour les faire revêtir de reliures dont le décor, fort simple, n'est pas sans rappeler le goût italien. Comme marque de possession, il se contente alors d'écrire son nom à l'intérieur des volumes, y ajoutant la formule "et amicorum" pour manifester son désir de faire partager avec ses amis cette soif de posséder des livres. C'est donc l'ex-libris manuscrit "Io. Grolierij Lugdunensis et amicorum" que l'on retrouve soit sur la dernière page de ses livres (au colophon), soit sur le délicat vélin qui recouvre le second contreplat d'une partie de ses reliures.

Accusé de malversations pour des détournements de fonds qu'aurait commis son père, Grolier est arrêté en 1536 et tous ses biens saisis, y compris le contenu de cette seconde bibliothèque dont on n'a pu retrouver aujourd'hui que quelque 25 livres. Après avoir été acquitté et être sorti de prison en 1538, Grolier, qui se voit réintégré dans ses fonctions de trésorier général et conseiller du roi, se reconstitue une bibliothèque pour la troisième fois. Ici encore le célèbre bibliophile va bientôt se contenter - comme pour les livres de sa seconde bibliothèque - d'apposer sa marque de provenance manuscrite en fin de volume avant de prendre bientôt l'habitude de faire dorer son ex-libris et sa devise sur les plats de la reliure. C'est cette bibliothèque, la plus importante (quelque 450 volumes sont parvenus jusqu'à nous), qui va faire de Jean Grolier le plus célèbre et le plus grand des mécènes bibliophiles de tous les temps.

IMPORTANTE RELIURE PROVENANT DE LA COLLECTION D'éDITIONS ALDINES DE GROLIER, CONFIéE à L'ATELIER DE RELIURE DE JEAN PICARD.
Auparavant données à Claude de Picques, elles sont aujourd'hui, après les études poussées de Annie Parent-Charon ("Nouveaux documents sur les relieurs parisiens du XVIe siècle", in Revue française d'histoire du livre, p. 389-408) et de A.R.A. Hobson (Humanists and bookbinders, app. 7, p. 267-271), attribuées avec quasi-certitude au libraire-relieur Jean Picard, le mystérieux "relieur aux entrelacs" de Michon. Importateur et distributeur des éditions aldines à Paris, et dans ces fonctions proche de Jean Grolier qui en assurait le soutien et le contrôle financier, Jean Picard fut le relieur favori de Grolier dans la décennie 1540, jusqu'à sa faillite, sa fuite en 1547, et son remplacement par Gommar Estienne. Il relia un très important nombre de livres pour son mécène, que l'on estime à 215 environ, parmi lesquelles on dénombre plus de 130 éditions aldines.

Parmi les fers utilisés, on identifie clairement la grosse fleur de lis ainsi que la tige florale dessinant la pointe du losange, fers que l'on retrouve encore sur les cinq reliures suivantes au moins: sur une reliure alors attribuée par Nixon à Claude de Picques sur Annius (Nixon 10, PML 15429), réalisée vers 1545; sur une reliure qu'il attribuait au Pecking Crow Binder éxécutée vers 1548 sur les Decreta Concilii Tridentini (Nixon 17); sur une édition aldine de Juvenal et Perse (1535) reproduite par A. Hobson dans son article sur "Grolier in France" (in Renaissance book collecting, n° 27, p. 60); sur un manuscrit grec de Angelo Vergèce pour la bibliothèque de Fontainebleau, relié vers 1540 (reprod. in A. Hobson, Humanists, appendix 7, p. 270); ou encore sur le Pic de La Mirandole de la collection Michel Wittock (vente I à Londres, lot 91) relié pour Jean Grolier à la même date que notre Hérodien.

VOLUME EN EXCEPTIONNEL éTAT DE CONSERVATION. Les restaurations qu'il a inévitablement subies sont presque invisibles. Fait très rare, le volume a conservé ses gardes de vélin telles que Grolier les voulait placées (manquent les deux feuillets de papier en-tête placés entre les deux feuillets de vélin; en fin de volume, ce cahier de papier est partiellement décousu). On y trouve en outre un cahier de quatre feuillets blancs en tête et deux cahiers de six feuillets blancs en fin, parfaitement conservés.

EDITION: Renouard, Alde, p. 98.

RELIURE CITéE: Austin, n° 230; Shipman n° 230; J. Rosenthal, Grolier's bibliothek. Über ihre Zusammensetzung und ihre Lücken, in Philobiblon VI (1933), p. 200, ill.; A.R.A. Hobson, "Grolier's bindings classified by workshop", in Renaissance book collecting, appendix 1 c) Jean Picard, n° 230; Hobson/Culot 27.
Post Lot Text
A characteristically elegant gold-tooled olive morocco binding from Jean Grolier's famous third library, which was particularly rich in the classics from the Aldine Press, of which he was the Parisian representative. It was executed by the bookseller-binder Jean Picard, the Aldine retail agent in Paris, who was accountable to Grolier on a monthly basis for his sales of Aldine stock. The supremely talented Picard bound for most of the greatest French and foreign bibliophiles in Paris in the 1530s and 40s, but Grolier was his principal promoter until the binder's bankruptcy in 1547.
;

More from COLLECTION MICHEL WITTOCK TROISIEME PARTIE

View All
View All