Lot Content

Global notice COVID-19 Important notice
Johannes Theodorus Toorop (1858-1928)
Provenant d'une collection particulière allemande
Johannes Theodorus Toorop (1858-1928)

Vloed

Details
Johannes Theodorus Toorop (1858-1928)
Vloed
signé ‘Jan Toorop’ (en bas à gauche); signé, numéroté, titré et situé ‘Vloed N.11 Jan Toorop Katwijk aan Zee’ (sur une étiquette au revers)
huile sur toile
67.7 x 76 cm.
Peint à Katwijk aan Zee en 1891

signed ‘Jan Toorop’ (lower left); signed, numbered, titled and located ‘Vloed N.11 Jan Toorop Katwijk aan Zee’ (on a label on the reverse)
oil on canvas
26 ½ x 29 7/8 in.
Painted in Katwijk aan Zee in 1891
Provenance
Collection Hidde Nijland, Dordrecht (en 1891); vente, A. Mak, Amsterdam, 21 décembre 1926, lot 4 (titré 'La marée haute').
Collection van Deventer, Pays-Bas (avant 1937).
Puis par descendance au propriétaire actuel.
Literature
B. van Hensbroek, ‘Amice Spectator’, 1891, p. 263.
E. Verhaeren, ‘Les Salon des XX’ in Journal de Bruxelles, 7 février 1892.
'Les XX - II' in La Gazette, 9 février 1892.
J. Veth, ‘Aanteekeningen schilderkunst’ in De Amsterdammer, 14 février 1892, p. 4 (titré ‘Man in zee’).
H.P. Bremmer, 'De tentoonstelling der werken van Jan Toorop in De Haagsche KunstkringDe Controleur, 28 avril 1894.
Ph. Zilcken, 'Jan Toorop' in Neerland’s Roem en Grootheid, meesterwerken in woord en beeld, 1898, vol XV, p. 111 (illustré).
W. Vogelsang, ‘Jan Toorop Naar aanleiding van de tentoonstellling zijner werken bij Buffa’ in Onze Kunst, 3, 1904, p. 175.
Weltkroniek, 26 mars 1904 (illustré).
J. de Boer, Jan Toorop, Amsterdam, 1911, p. 12, no. 8.
A. Plasschaert, Opmerkingen en gegevens over schilderkunst, Delft, 1914, p. 40.
F. M. Hübner, Holland: Moderne Kunst in den Holländischen Privatsammlungen, Leipzig, 1921, p. 20 (titré ‘Fischer am Meer’).
A. Plasschaert, Jan Toorop, Amsterdam, 1926, p. 35, no. 14 (erronément daté '1890').
M. Janssen, Jan Toorop, Mo¨nchengladbach, 1927, no. 2 (illustré).
B. Knipping, Jan Toorop, Amsterdam, 1947, p. 20-21 (illustré, p. 14).
H. Gerson, Voor en na Van Gogh, Amsterdam, 1961, p. 47 (illustré, pl. 119).
G. van Wezel, 'Waarde Mejuffrouw Marius, Brieven van Jan Toorop' in Jong Holland, 1985, vol. I, no. 4, p. 18 et 19 (illustré, fig. 33).
Exhibited
Utrecht, Tentoonstelling van Kunstwerken van levende meesters, die daartoe opzettelijk zijn uitgenoodigd, juillet 1891, no. 132.
La Haye, Haagsche Kunstkring, Tentoonstelling van Schilderijen, Aquarellen en Beeldhouwwerken, 1891, no. 70.
Rotterdam, Kunstzalen Oldenzeel, Toorop, 1891.
Bruxelles, Musée d'Art moderne, Les XX, 1892, no. 7 (titré 'La marée haute').
Paris, Pavillon de la ville de Paris, Société des artistes indépendants, peintres, sculpteurs, graveurs, dessinateurs et architectes, mars-avril 1892.
Anvers, Ancien musée de peinture, L'Association pour l'art, mai-juillet 1892.
La Haye, Haagsche Kunstkring, Jan Toorop Schilderijen en teekeningen, avril-mai 1894, no. 21.
Arnhem, Jan Toorop, juillet 1894, no. 20.
Rotterdam, Kunstzalen Oldenzeel, Jan Toorop, 1894.
Rotterdam, Tentoonstelling van Schilderijen der Werkende Leden, mars-avril 1896, no. 26.
Groningen, Museum van Oudheden, Tentoonstelling-Toorop, juillet 1896, no. 14.
Rotterdam, Kunstzalen Oldenzeel, Tentoonstelling van Toorop, janvier 1898, no. 25.
Copenhague, Jan Toorop Udstilling, mars 1898, no. 29.
Utrecht, Vereeniging “Voor de Kunst,Tentoonstelling van Werken van Vincent van Gogh en Jan Toorop, décembre 1898-janvier 1899, no. 25.
Dresde, Dresdner Kunstsalon, Jan Toorop : im Haag, octobre-novembre 1899, no. 56c (titré 'Flut').
Vienne, Palais de la Sécession viennoise, Katalog der X. Kunst Ausstellung der Vereinigung Bildender Ku¨nstler O¨sterreichs Secession, 1902.
Amsterdam, Kunsthandel Buffa, Tentoonstelling van schilderijen, aquarellen en teekeningen door Jan Toorop, février-mars 1904.
Amsterdam, Larensche Kunsthandel, Jan Toorop, février-mars 1909, no. 39.
Amsterdam, Gebouw voor Beeldende Kunst, Vondelstraat 80, Toorop, Toorop, tentoonstelling, janvier-mars 1924, no. 2.
Amsterdam, Stedelijk Museum, Tentoonstelling van schilderijen van Jan Toorop, octobre-novembre 1941.
La Haye, Kunsthandel G.J. Nieuwenhuizen Segaar, Herdenkingstentoonstelling Jan Toorop, avril-mai 1961.
Leiden, Stedelijk Museum de Lakenhal; Dordrecht, Dordrechts Museum et Groningen, Groninger Museum, Jan Toorop, Charley Toorop en Edgar Fernhout, novembre 1971-avril 1972, no. 9.
Otterlo, Rijksmuseum Kröller-Müller, J. Th. Toorop, De jaren 1885 tot 1910, décembre 1978-février 1979, p. 57, no. 31 (illustré; erronément daté '1890').
Utrecht, Centraal Museum, Vier generaties : een eeuw lang de kunstenaarsfamilie Toorop, Fernhout, octobre 2001-février 2002, no. 10 (illustré en couleurs).
La Haye, Gemeentemuseum; Munich, Villa Stuck et Berlin, Museum Bröhan, Jan Toorop Zang der tijden, février-mai 2017, p. 43, no. 63 (illustré en couleurs).
Post Lot Text
Aux côtés de Vincent van Gogh, de Piet Mondrian et de Kees van Dongen, Jan Toorop fait partie des rares artistes néerlandais du tournant du XXe siècle à jouir d’une réputation et reconnaissance internationale. Né sur l’île de Java, alors une colonie du royaume des Pays-Bas, il rejoint le continent dès 1869 pour faire ses études à Leiden, La Haye et Delft. Il suit ensuite à partir de 1880 les cours de l’Académie Royale des Beaux-Arts d’Amsterdam.
En 1882, Toorop s’installe à Bruxelles qui est alors un centre majeur de développement des mouvements d’avant-garde, tant sur le plan des arts plastiques, de la musique que de la littérature - la ville verra d’ailleurs la naissance des premiers bâtiments Art Nouveau au tout début des années 1890. C’est à Bruxelles, en réaction à l’académisme, qu’une poignée d’artistes soucieux de se faire connaître et de pouvoir exposer librement, créent le groupe Les XX. Fondé en 1883 par Octave Maus, Théo van Rysselberghe, James Ensor et Fernand Khnopff entre autres, les XX réunit, comme son nom l’indique, vingt artistes fondateurs et organisent annuellement une exposition de leurs œuvres tout en prenant soin d’y inviter des artistes des avant-gardes étrangères. Toorop se rapproche dès le début de ces artistes et sera officiellement “vingtiste” dès 1885.
Ces nombreux contacts avec les artistes d’avant-garde libèrent chez Toorop une force créatrice importante, lui qui peint alors plus dans un style emprunt à Gustave Courbet (fig. 1) et aux autres artistes naturalistes français. C’est au sein des XX qu’il découvre la technique divisionniste de Georges Seurat - invité des XX en 1887, 1889, 1891 et 1892; technique qu’il fera sienne dès 1888, et ce pendant quelques années, avec une grande habileté.
Rapidement, son style évolue à nouveau et se trouve empreint d’une dimension symboliste. Il s’installe en 1890 dans le village de pêcheurs de Katwijk aan Zee. C’est là qu’il peint le magistral Vloed - la marée - au début de l’année 1891. Ce tableau représente, dans une mer agitée, un pêcheur tirant sa barque vers le rivage dans une réelle confrontation entre l’homme et la nature. La surface sinueuse de l’eau, des vagues et de l’écume sont peints avec une grande virtuosité donnant à la riche matière picturale un aspect rappelant certains motifs Art Nouveau. L’influence de Paul Gauguin - invité des XX en 1889 et 1891 - ainsi que des Ukiyo-e japonais et leur cadrage audacieux (fig. 2) est fortement perceptible. Ce sont là de nouvelles indications que Toorop se réapproprie les théories des artistes qui l’entourent, remettant régulièrement son propre travail en question.
Vloed est unique dans l’Œuvre de Toorop; cette peinture exécutée en 1891 est manifeste des évolutions artistiques de l’artiste cette même année. Si ses œuvres passent d’un traitement naturaliste à une touche plus pointilliste avant 1891, Toorop s’émancipe de ces mouvements dans la présente œuvre d’une exceptionnelle singularité, avant d’explorer l’Art Nouveau et le symbolisme qui caractériseront ses œuvres dès la fin de l’année 1891.
Œuvre reconnue rapidement comme importante, elle fut exposée dans de nombreuses expositions importantes à l’instar de l’Exposition des Indépendants en 1892 à Paris, aux XX à Bruxelles et à l’Association pour l’Art à Anvers de mai à juillet de le même année, Vloed sera également exposé dans une salle entièrement consacrée à Toorop lors de l’historique Exposition de la Sécession Viennoise en 1902 (fig. 3), année où fut également exposée la célèbre Frise Beethoven de Gustav Klimt.
Vloed fut acheté l’année de sa création par Hidde Nijland, grand collectionneur néerlandais d’avant-garde qui a possédé près d’une centaine d'œuvres sur papier de Van Gogh. Puis le tableau a appartenu à Salomon van Deventer, industriel néerlandais travaillant notamment pour Anton Kröller et son épouse Hélène Müller. Leur relation dépassa le cadre strict des affaires; van Deventer fut très proche d’Hélène Kröller-Müller, la conseillant en matière d’art et la guidant dans ses achats. Plus tard, il dirigea la fondation qui porte leur nom et qui deviendra le célèbre musée que nous connaissons aujourd’hui à Otterlo.

Alongside Vincent van Gogh, Piet Mondrian and Kees van Dongen, Jan Toorop is one of only a few Dutch artists from the turn of the 20th century to enjoy international fame and recognition. Born on the island of Java, which at the time was a Dutch colony, he came to Europe in 1869 to study in Leiden, La Haye and Delft. In 1880 he went on to take classes at the Royal Academy of Fine Arts in Amsterdam.
In 1882 Toorop moved to Brussels, which at the time was one of the main hubs of the avant-garde movements in visual arts, music and literature. The city would later also be the birthplace of the first Art Nouveau buildings in the early 1890s. It was in Brussels that a handful of artists, wishing to make a name for themselves and to be able to exhibit freely, created the group Les XX as a reaction against academicism. Founded in 1883 by Octave Maus, Théo van Rysselberghe, James Ensor and Fernand Khnopff among others, Les XX brought together, as its name suggests, twenty founding artists and organised annually an exhibition of their work, insuring that foreign avant-garde artists were invited. Toorop was closely linked with these artists from the beginning and went on to officially become a vingtiste (a member of Les XX) in 1885.
This frequent contact with the artists of the avant-garde unleashed a considerable creative force in Toorop, who at the time was painting more in a style in line with that of Gustave Courbet (fig. 1) and other French naturalistic artists. It was as a member of Les XX that he discovered the divisionist technique pioneered by Georges Seurat (a guest of Les XX in 1887, 1889, 1891 and 1892), adopting the technique himself in 1888 and continuing to use it very skilfully for several years.
His style soon changed again, taking on a symbolist aspect. In 1890 he went to live in the fishing village of Katwijk aan Zee. It was there that he painted the impressive Vloed (The Tide) early in 1891. This painting depicts a fisherman pulling his boat through a rough sea towards the shore in a true confrontation between man and nature. The undulating surface of the water, the waves and the foam are painted with such virtuosity, giving the rich pictorial surface an aspect reminiscent of some Art Nouveau motifs. The influence of both Paul Gauguin (a guest of Les XX in 1889 and 1891) and Japanese Ukiyo-e artists and their audacious framing (fig. 2) is strikingly apparent. These are further indications that Toorop was taking on board the theories of the artists around him and repeatedly calling his own work into question.
Vloed is unique within Toorop’s oeuvre; this 1891 painting bears witness to the artist’s development during that year. Although before 1891 his work had progressed from naturalistic treatment to the introduction of a hint of pointillism, Toorop breaks free of these movements in this exceptionally unique work before exploring Art Nouveau and the symbolism that would characterise his work from late 1891 onwards.
Vloed was quickly identified as a seminal work, having been exhibited in numerous important exhibitions such as the Exposition des Indépendants in 1892 in Paris, Les XX in Brussels and the Association pour l’Art in Antwerp from May to June the same year. Vloed would later also be exhibited in a room devoted entirely to Toorop at the historic Viennese Secession Exhibition in 1902 (fig. 3), the same year that the famous Beethoven Frieze by Gustav Klimt was exhibited.
Vloed was bought the year of its execution by Hidde Nijland an important avant-garde Dutch collector who owned around a hundred works on paper by Van Gogh. The painting belonged to Salomon van Deventer, a Dutch industrialist whose clients included Anton Kröller and his wife Hélène Müller. Their relationship went beyond the bounds of business, van Deventer being very close to Hélène Kröller-Müller, advising her about art and guiding her purchases. He later directed the foundation bearing their name, that would become the famous museum in Otterlo we know today.

Brought to you by

Adélaïde Quéau
Adélaïde Quéau

Lot Essay

Nous remercions G.W.C. van Wezel pour les informations supplémentaires communiquées au sujet de cette œuvre.

Cette œuvre sera incluse au catalogue raisonné de l’œuvre de Jan Toorop, actuellement en préparation par G.W.C. van Wezel.

More from Art Impressionniste et Moderne

View All
View All