search

Global notice COVID-19 Important notice
LA FONTAINE, Jean de (1621-1695). Fables choisies, mises en vers. Paris : Desaint & Saillant, 1755-1759.
LA FONTAINE, Jean de (1621-1695). Fables choisies, mises en vers. Paris : Desaint & Saillant, 1755-1759.
LA FONTAINE, Jean de (1621-1695). Fables choisies, mises en vers. Paris : Desaint & Saillant, 1755-1759.
12 More
LA FONTAINE, Jean de (1621-1695). Fables choisies, mises en vers. Paris : Desaint & Saillant, 1755-1759.
15 More
LA FONTAINE, Jean de (1621-1695). Fables choisies, mises en vers. Paris : Desaint & Saillant, 1755-1759.

Details
LA FONTAINE, Jean de (1621-1695). Fables choisies, mises en vers. Paris : Desaint & Saillant, 1755-1759.

Spectaculaire exemplaire, sur papier Impérial d’Auvergne, colorié vers 1782, relié aux armes du comte d’Artois par les ateliers royaux. Cette édition, certainement la plus fameuse des Fables, est restée célèbre pour les nombreuses gravures qui l'illustrent, réalisées d'après Jean-Baptiste Oudry qui, selon l'éditeur, "sut si bien s'approprier les idées du Poète que l'on dirait en quelque façon que la même muse s'est servie de son crayon... Aussi peut-on à juste titre l'appeler lui-même le La Fontaine de la Peinture, puisque personne n'a mieux su faire agir et parler les animaux qu'il l'a fait dans ses tableaux, et particulièrement" dans ce cycle d'illustrations parmi les plus fameuses des Fables, fruit de cinq années de travail.

Les dessins ont été réalisés entre 1729 et 1733 - si, pour l’éditeur, Oudry “les composoit pour son propre plaisir et dans ces moments de joie et de fantaisie où un artiste… donne un libre essor à son génie”, il est probable qu’ils étaient à l’origine destinés à une série de cartons de tapisserie.

Vers 1751, l’artiste vend ses originaux à Jean-Louis Regnard de Montenault, qui nourrit rapidement le dessein d’une nouvelle édition illustrée des Fables, plus au goût du jour que l’originale. Avec l’aide financière du banquier Darey, les compositions de Oudry sont retravaillées et retouchées spécialement pour la gravure sous la direction de Charles-Nicolas Cochin fils. Les planches, réalisées par les meilleurs graveurs du temps, conservent le format des originaux et l’éditeur choisit une taille inhabituelle pour l’époque - grand in quarto - “quand déjà naît la mode des petits formats [pour renforcer] le caractère prestigieux et monumental de la publication” (C. Lesage).

L’éditeur ne recule devant aucun effort « pour rendre cette édition la plus complette et la plus parfaite qu’il fût possible ». Si les deux premiers volumes sont publiés en 1755 et le troisième l’année suivante, les difficultés financières évidentes au vu du luxe de l’édition ne tardent pas à apparaître, et la parution du dernier volume est repoussée jusqu’en 1759, lorsqu’un don de 80 000 livres du roi lui-même permet de mener l’entreprise à son terme.
Malgré ce soin et après toutes ces péripéties, le succès commercial n’est ni immédiat ni total. Quantité d’exemplaires ne trouvent pas preneur et restent alors non reliés.

Toutes les planches, vignettes et culs-de-lampes ont été magnifiquement coloriées à la main.
Une trentaine d’années plus tard, en 1782, paraît une souscription pour des exemplaires de cette même édition des Fables, « avec les estampes coloriées » : les exemplaires sont enluminés chez Mesdemoiselles Neviance. Les quelques exemplaires coloriés, comme celui-ci, dont on a pu retrouver la trace, sont probablement issus de cette entreprise. Le décor de la reliure de cet exemplaire est en tout cas caractéristique de la production des ateliers royaux des années 1780-1790, ce qui coïncide avec la date à laquelle ils ont été coloriés et reliés. Leur coût, considérable (à partir de 400 livres pour les souscripteurs, et jusqu’à 550 livres pour les non-souscripteurs), les réserve aux amateurs fortunés.

Il semble cela dit que les armes du comte d’Artois, frappées sur les caissons de cet exemplaire, ne doivent pas être interprétées comme une marque de provenance indiquant qu’il est issu de sa fameuse bibliothèque. Son exemplaire personnel de cette édition, non colorié, qui se trouve à l’Arsenal [Fol-BL914], présente ses armes sur les plats et il semble qu’il s’agisse du mode de marquage privilégié de ses exemplaires personnels. Ses armes ont été apposées dans l’idée de lui offrir ou, peut être plus probablement, pour faire de cet exemplaire un cadeau offert par lui ou un de ses proches. Plus qu’une marque d’appartenance, les armoiries deviennent une marque d’origine du somptueux présent.
P. Manard, La Bibliothèque du comte d’Artois (1757-1789). Thèse de doctorat, École Pratique des Hautes Études, 2011, n° 1800, pp. 162 et 333 ; L’Année littéraire, Paris, Mérigot, 1782, pp. 351-353 ; Brunet III, 753 ; Cohen-de Ricci 548-550 (“magnifique ouvrage”) ; C. Lesage, “La Fortune des Fables au XVIIIe siècle”, 1995, pp. 160-165 ("Les deux cent soixante-quinze dessins de Jean-Baptiste Oudry… vont donner naissance à l'édition la plus prestigieuse et la plus copiée du siècle et à de très nombreuses déclinaisons dans les Arts décoratifs…") ; Rochambeau n°86 ; Tchemerzine III, 874-875 (édition magnifique…par les meilleurs graveurs du temps”).

4 vol. in-folio (430 x 287 mm). Exemplaire sur papier impérial d’Auvergne (avec le filigrane AUVERGNE). Une gravure allégorique avec buste de La Fontaine par Oudry, terminé par Dupuis et gravé par Cochin, un portrait de Oudry gravé par Tardieu d’après Largillière, et 275 planches hors texte gravées par Chedel, Cochin, Dupuis, Fessard, Le Bas, et d'autres artistes d'après Oudry, nombreux culs-de-lampe. La planche de la fable Le Singe et le Léopard après la lettre. Les gravures ont été coloriées à la main une trentaine d’années après l’édition. Reliure du dernier quart du XVIIIe siècle : maroquin rouge, large dentelle dorée en encadrement des plats avec des fleurs de lys aux angles, armes du comte d’Artois en pied des dos (quelques piqûres, coiffe du t. 1 arasée). Provenance : Martine de Béhague -- Hubert de Ganay (ex-libris).

Brought to you by

Adrien Legendre
Adrien Legendre

More from Bibliothèque de Martine de Béhague et des comtes de Ganay - Première partie

View All
View All