Lot Content

Global notice COVID-19 Important notice
Details
Masque Dan
Dan mask
Côte d'Ivoire
Socle par Kichizô Inagaki (1876-1951), Paris
Hauteur: 23 cm. (9¼ in.)
Provenance
Paul Guillaume (1891-1934), Paris
Ader-Rheims, expert Jean Roudillon, Ancienne Collection Paul Guillaume, Art Nègre, 9 novembre 1965, reproduit sous le lot 124
Collection privée
Literature
Clouzot, H., Level, A., " L'art indigène des colonies françaises et du Congo belge au Pavillon de Marsan en 1923" in L'Amour de l'Art, janvier 1924, n.1, p.20
Clouzot, H. et Level, A., Sculptures Africaines et Océaniennes, Paris, Librairie de France, 1925, planche III
Zervos, C., " L'art nègre ", in Cahiers d'art, vol.II, n.7-8, 1927, p.243
Guillaume, P. et Munro, T., La Sculpture nègre primitive, Les Editions G. Crs & Cie, Paris, 1929, fig.4
Portier, A., et Poncetton, F., Les Arts Sauvages Afrique, France, éditions Albert Morancé, 1929, pl.XXXIX, fig.64
Pijoan, J., Summa artis, Historia general del Arte, Artes de los pueblos aborigenes, Madrid-Barcelone, Espasa-Calpe S.A., vol.I, 1931; fig.259
Sweeney, J.J., African Negro Art, New York, Museum of Modern Art, 1935, fig.98
Evans, W., African Negro Art, Photographs by Walker Evans, [1936], pl.112
Radin, P. et Sweeney, J.J., African Folktales and Sculpture, New York, Bollingen Foundation, 1952, pl.7
Revue Spectacle du Monde, "Les grandes ventes: l'art nègre", n.51, 1966, p.105
Leiris, M., et Delange, J., Afrique Noire. La création plastique, Paris, éditions Gallimard, 1967, p.28, fig.27
Exhibited
Paris, Exposition d'art indigène des colonies françaises, Musée des Arts Décoratifs, Palais du Louvre, Pavillon de Marsan, 9 novembre 1923 - 27 janvier 1924
Paris, Exposition d'art africain et d'art océanien, Galerie Pigalle, 28 février - 1er avril 1930
Londres, Primitive African Sculpture, The Lefevre Galleries, Londres, 1933, reproduit au catalogue (Reid, Alex., Lefevre ltd.) sous le numéro 22
New York, African Negro Art, The Museum of Modern Art, 18 Mars-19 Mai 1935

Brought to you by

Chloé Beauvais
Chloé Beauvais

Check the condition report or get in touch for additional information about this

Condition report

If you wish to view the condition report of this lot, please sign in to your account.

Sign in
View condition report

Lot Essay

Beau masque à la sculpture sensible dont le front convexe, gravé de profondes rides et percé d'une multitude d'orifices de fixation de parure, conserve des traces d'application de terre ocre. Les yeux ont été anciennement reélargis pour s'adapter à un nouveau porteur, ils sont soulignés de scarifications obliques. Le nez fin est busqué, la bouche ouverte bien dessinée. L'oreille gauche, seule demeurant, est originale. La surface du bois montre des traces d'érosion et une impressionnante patine d'usage. La taille interne est magnifique; les percements sur les joues montrent que ce masque bien qu'accidenté aux parties latérales sur place en Afrique, a été réemployé pour être porté certainement pendant de nombreuses années, ce qui signifie qu'une importance particulière lui était attribuée. Peu de masques de ce type, avec ces rides frontales curvilignes, sont connus, les scarifications obliques sont quant à elles plus fréquentes (Fisher & Himmelheber, 1976, n.20 p.54). L'aspect général du visage, ses qualités d'exéution et son originalité, loin des stéréotypes dan et wé, permettent de penser qu'il s'agit d'un masque-portrait.
L'intérieur du masque garde des inscriptions et des étiquettes: Etiquette ronde dentelée de Potier emballeur des envois de France, cachet à l'encre de la douane de Paris, étiquette de vente n.149, étiquette sparadrap de New York, inventaire du MOMA n.35,574 Guillaume, inscription à la craie chiffre: 25. Le revers du socle Inagaki porte un petit cartouche doré avec l'inscription suivante: Côte d'Ivoire env. Ve siècle

Ce très ancien masque de course présente tous les aspects d'un objet archaïque propre à séduire Paul Guillaume qui accordait aux objets d'art africain une extrême ancienneté ce qui longtemps fit sourire, Vème siècle ou Haut Moyen Âge! Ces datations ne sont pourtant plus si fantaisistes, de nos jours les tests au carbone 14 montrent que Guillaume avait souvent raison; comme en toutes choses il était en avance sur son temps! Cet objet était un de ce ces objets favoris: il est visible sur plusieurs photos de son hôtel particulier du 20 avenue de Messine à Paris, bien placé en évidence à côté de la grande tête byeri acquise par Epstein et aujourd'hui au MET, et d'un ivoire lega acheté ensuite par René Gaffé, l'ensemble surmonté de toiles de maîtres: Derain, Soutine, Modigliani.
De même Guillaume le fit-il publier et exposer à chaque occasion (Galerie Devambez, 1925), la dernière et la plus célèbre étant bien sûr African Negro Art à New York 1935, qu'il ne vit pas, puisque en 1934 il fut emporté par une péritonite; il avait cependant lui-même sélectionné auparavant le masque pour cet évènement, exigeant que tous ses objets exposés au nombre de 34 (Paudrat, Primitivism, New York 1984, p.162) soient libellés: The Paul Guillaume collection, afin de les distinguer de ceux de la masse des prêteurs! Ce fut donc sa veuve Domenica Guillaume, remariée ensuite avec l'architecte Jean Walter, qui prêta les objets de Guillaume à New York; elle conserva l'objet jusqu'à la vente de 1965 lorsqu'elle confia la collection à Jean Roudillon. Selon ce dernier les objets étaient stockés dans une soupente lorsqu'il vint les inventorier et Domenica Walter-Guillaume paraissait ne pas en faire grand cas (communication personnelle Jean Roudillon, Avril 1014). A la vente l'objet aurait été acquis par un artiste.

More from Art d'Afrique, d'Océanie et d'Amérique du Nord

View All
View All