Lot Content

Global notice COVID-19 Important notice
MASQUE
In addition to Buyer's Premium, a commision of 5.5… Read more PROVENANT D'UNE COLLECTION D'OUTRE ATLANTIQUE
MASQUE

OLMÈQUE, PRÉCLASSIQUE MOYEN, ENV. 900-600 AVANT J.C.

Details
MASQUE
Olmèque, Préclassique Moyen, env. 900-600 avant J.C.
Masque en pierre de couleur crème, peut-être de la jadéite altérée, sculpté finement et représentant un visage idéalisé à l'expression imposante, à la bouche tombante typique, aux lèvres entrouvertes laissant apparaître les gencives supérieures et une rangée de dents, au doux menton arrondi, au nez aquilin, aux joues souples s'enflant sous la paupière, aux yeux en creux surmontés d'arcades sourcilières incisées et sinueuses, aux fines oreilles à l'aspect rectangulaire et à la tête fendue en V à son sommet. Une fine incision sur un des côtés du visage représente de face un "dragon olmèque" de type jaguar à la tête fendue, aux yeux retournés et aux pupilles circulaires, un médaillon sur la joue et un autre un peu plus loin, ainsi qu'une ligne descendant vers le bas de la joue. L'autre côté du visage est incisé à partir de l'oreille avec la représentation d'une tête profilée d'une deuxième créature à l'allure de jaguar. Les parties incisées sont emplies de pigments rouges et on trouve deux perforations de suspension au sommet du masque.
Hauteur: 8.1 cm
Provenance
Miles et Margaret Lourie, New York, acquis au début des années 1960.
Exhibited
New York, Museum of Primitive Art, Pre-Columbian Art in New York: Selections from Private Collections, 12 Septembre-9 Novembre, 1969, fig. 3
Special Notice

In addition to Buyer's Premium, a commision of 5.5% (i.e. 6.578% inclusive of V. A. T.) will be charged to Buyer's. It will be refunded to the Buyer upon proof of export of the lot outside the European Union within the legal time limit.
Post Lot Text
OLMEC STONE MASK
MIDDLE PRECLASSIC, CA. 900-600 B.C.
The carefully sculpted, idealized face with a commanding expression, with classic downward-curving mouth, lips parted revealing upper gum and row of teeth, aquiline nose, soft cheeks swelling at the lower lids, recessed eyes with sunken and arched upper brows, narrow, rectangular ears and cleft-like notch at the top of the head, finely incised on one side of the face with the frontal image of a were-jaguar style "Olmec dragon" with cleft head, upturned eyes and circular pupils, a medallion on the cheek, and a further medallion and straight band descending down the cheek, the other half incised with the profile head of another were-jaguar creature ; in cream colored stone, possibly altered jadeite, the incised areas filled with red pigment, a pair of holes drilled at the top of the mask for suspension.
During the Middle Formative period, Olmec sculptors made mask pendants of jade, serpentine and other hard stones large enough to be worn. The smaller examples were drilled for suspension and probably worn as pendants around the neck or used as ornaments in headdresses.
Among the Mesoamerican civilizations, the Olmec were the first to develop a symbolic artistic vocabulary to communicate their vision of their world view and to create powerful images of their supernatural deities and shamans.
The anthropomorphic creatures that are an important element in Olmec art are fantastic zoomorphs such as the Olmec Dragon. The other principal character of the supernatural world is the 'were-jaguar' characterized by slanted almond-shaped eyes, cleft head, and a down-turned, toothless mouth with flared upper lip and broad nose helping to create the jaguar effect. As in the mask here, the 'were-jaguar'is the most often represented image on Olmec portable objects. The extraordinary fusion of a human and a jaguar has led to many interpretations, yet the choice of the jaguar, the most powerful predator of the tropical rain forest is understandable, the human side is perhaps associated with dwarflike creatures. The infant were-jaguar might invoke the elemental forces associated with rain and maize.
Olmec art may be characterized as more sculptural and iconic than that of the later Maya who seem preoccupied with a more pictorial and narrative style. The Olmec developed a more abstract, symbol-ridden art where the theme of transformation and the mysteries of the supernatural world were brought to the fore.

Lot Essay

Voir Olmec World, pour des masques pendentifs similaires avec des créatures en transformation jaguar incisées de profil, fig. 25, et Olmec Art of Ancient Mexico, fig. 91 et 92 pour une vue de face d'un "Dragon Olmèque" avec des attributs de créature à l'allure de jaguar.
Au milieu de la Période formative, les sculpteurs olmèques réalisèrent des masques pendentifs en jade, serpentine ou autres pierres dures pouvant être portés. Les plus petits exemplaires furent percés pour être suspendus et probablement portés en pendentifs autour du cou ou utilisés comme ornements sur les couvre-chefs.
Parmi toutes les civilisations mésoaméricaines, les Olmèques furent les premiers à développer un vocabulaire artistique symbolique évoquant leur conception du monde et à produire des images puissantes de leurs divinités surnaturelles et de leurs chamans.
Parmi les créatures anthropomorphiques importantes de l'art olmèque, on trouve des personnages zoomorphiques fantastiques tels que le Dragon Olmèque. Le second élément principal de ce monde surnaturel est la créature à l'allure de jaguar qui se caractérise par des yeux bridés en forme d'amande, une fente crânienne, une bouche incurvée vers le bas laissant apparaître les dents, une lèvre supérieure épaisse et un large nez qui renforcent l'évocation imagée d'un jaguar. Comme on peut le voir sur notre masque, ce vocable iconographique est la représentation la plus fréquente rencontrée sur les objets portables olmèques. L'incroyable mélange d'un être humain et d'un jaguar peut s'interpréter de différentes manières mais le choix du jaguar, prédateur le plus puissant des forêts tropicales humides, semble logique et le côté humain est peut être associé avec des créatures naines. Le nouveau-né à l'allure de jaguar peut pour sa part évoquer l'association des forces essentielles avec la pluie et le maïs.
L'art olmèque peut se caractériser comme plus sculptural et imagé que celui plus tardif des Mayas qui semblaient plus attirés par un style pictural et narratif. Les Olmèques ont de leur côté développé un art plus abstrait et plus attaché aux symboles, où les thèmes de la transformation et des mystères surnaturels ont été hissés au plus haut niveau.
;

More from ART AFRICAIN, OCEANIEN ET PRECOLOMBIEN

View All
View All