Details
MASQUE PUNU
Gabon
Le visage ovale, les yeux percés d'un arc souligné d'une incision et placés sous de fins sourcils en relief, le nez aux petites narines ourlées, la bouche aux lèvres séparées par une mince fente, les oreilles en relief, la coiffure délimitée par un bandeau frontal est composée d'une projection cylindrique avec restes de cheveux humains insérés dans le bois et de deux tresses latérales. Des bandes horizontales sont creusées à la commissure des lèvres et dans le prolongement des paupières avec reste de pigment rouge, le visage recouvert de pigment noir.
Hauteur: 29 cm.
Post lot text
PUNU MASK

Lot Essay

Ce type de masque provient de la région sud-est de Mouila, où les individus installés au XIXe siècle étaient en étroit contact avec des groupes Tsogho. Ce qui explique peut-être la représentation d'une coiffe dite en "mortier" que l'on retrouve aussi chez les Tsogho.
Les masques noirs sont très rares, Charlotte Grand-Duffay nous a précisé qu'ils ne représentent que 6 des masques Punu sur les six cent recencés dans ses archives. On peut toutefois citer d'autres exemplaires connus tels que le masque de la collection Helena Rubinstein, dispersée en 1966 à New York sous le lot 190, acquis par la suite par Mr et Mme Lloyd Kreeger. Mais aussi celui de la collection Robert et Adrian Mnuchin reproduit dans Robbins, W.N. et Nooter, N.I., African Art in American Collections, Washington D.C., 1989, p. 355, n. 920 ainsi que le masque reproduit dans Falgayrettes-Leveau, C., et al., Masques, Musée Dapper, Paris, 1995, p. 89.
Ces masques appelés Ikawara étaient portés lors de processions nocturnes où les danseurs étaient montés sur de courtes échasses à l'inverse des masques blancs portés avec de longues échasses lors de processions ayant lieu durant la journée. Ils étaient liés à la justice coutumière symbolisée par la toque en mortier toujours recouverte de cheveux humains finement coupés et collés avec de la résine. Cette coiffe en mortier est toujours portée de nos jours par les membres de la Cour de Cassation et de la Cour des Comptes.
;

More from ART AFRICAIN, OCEANIEN ET PRECOLOMBIEN

View All
View All